Urbanistes d'une génération à l'autre

Urbanistes d'une génération à l'autre

Charles Briand

Même s’ils ont passé leurs étés ensemble au chalet familial, qu’on ne s’y trompe pas: l’urbaniste Guy Legault et son petit-fils Francis Duval ont la ville tatouée sur le cœur. De vraies «fleurs de macadam», comme le chante Jean-Pierre Ferland!

Le lien des Legault-Duval avec Montréal remonte à plusieurs générations. «La famille Legault s’est installée à Pointe-Claire en 1695», rappelle Guy Legault, qui a lui-même grandi au cœur du Plateau-Mont-Royal dans les années 1930 et 1940. «Nous avons toujours été dans le continuum urbain de Montréal. Je suis une fleur de macadam! Et les parents de Francis ont toujours habité la ville, eux aussi.» Son petit-fils renchérit: «On est une famille très urbaine!»

Cette particularité se ressent jusque dans la profession qu’ils ont choisie tous les deux. Francis Duval, récemment diplômé en urbanisme, suit en ce sens les traces de son grand-père maternel, qui s’est lui-même spécialisé en urbanisme à la fin des années 1950, après des études en architecture, quelque temps avant que le Québec se dote d’une première école d’urbanisme. «J’ai décidé de devenir architecte à sept ans parce que j’aimais dessiner des maisons, se souvient Guy. Je voulais créer des espaces urbains, alors que personne ne parlait de ça à l’époque.»

Dans le cas de Francis, le choix de carrière n’a pas été aussi simple. «J’ai étudié à HEC avant de me rendre compte que le domaine des affaires ne me convenait pas. J’ai fini par aller en urbanisme, un chemin plus naturel pour moi. Je pense, au fond, que je le savais depuis longtemps.»

Il faut dire que l’inspiration n’était pas loin… Ce conseiller en urbanisme à la Ville de Longueuil garde des souvenirs impérissables des discussions avec son aîné autour de la ville, leur sujet de prédilection, et surtout de certaines balades en métro alors qu’il était tout petit. «Comme il en a fait les plans, mon grand-père connaissait tout par cœur. Il pouvait me dire à l’avance quand on allait prendre une courbe. Pour moi, c’était impressionnant et c’était également un élément de fierté [de savoir qu’il avait contribué à la construction du métro].»

Penchants artistiques

Tous deux ont beau partager une passion nourrie pour tout ce qui touche les villes, ils ont aussi l’art dans le sang. Alors que le premier, aujourd’hui retraité, continue notamment à réaliser des esquisses de bâtiments à l’aquarelle, le second, vrai mordu de photo, alimente un compte Instagram très suivi.

«Grand-papa et moi, on aime tous les deux les belles choses. Il a du goût, et ça, je pense qu’il me l’a transmis aussi.» Guy Legault corrige de suite: «Ah non, ça vient aussi de sa mère. Parce qu’entre nous deux, il y a ma fille, une personne vraiment remarquable qui a amplifié ce que j’ai pu lui transmettre. Francis est l’héritier de tout cela.»

Guy Legault a reçu le titre de Grand Montréalais en 1978 et a été nommé commandeur de l’Ordre de Montréal en 2016. Sa carrière à la Ville de Montréal l’a notamment amené à mettre en œuvre le dossier de l’urbanisme pour la configuration des tracés du métro.



Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Urbanistes d'une génération à l'autre

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires