Ensemble: policiers de père en fils

Ensemble: policiers de père en fils

Courtoisie

Chez les Bouchard, on a le métier de policier dans le sang. Robert, le papa, se réjouit aujourd’hui de voir ses fils Dannick et Mikael suivre ses traces. 

Le capitaine Robert Bouchard, chef aux opérations au Centre de vigie et de coordination opérationnelle de la Sûreté du Québec (SQ), parle avec fierté du parcours de deux de ses fils. Comme lui, son aîné, Dannick, a fait ses classes au Collège de Maisonneuve avant de joindre les rangs de la SQ en 2018. Et, à son tour, le troisième de la famille, Mikael, étudiant au cégep, s’apprête à marcher dans ses pas. «Je pense que j’ai créé une lignée», s’amuse Robert Bouchard. Lui-même avait toujours espéré faire ce métier. «J’avais deux rêves: devenir soldat ou policier. Et j’ai fait les deux!» 

D’infirmier à policier

«Après mon secondaire 5, j’ai étudié en soins infirmiers, mais j’ai abandonné le domaine après le cégep pour m’engager dans l’armée.» Après une seconde réorientation, en 1993, il recevait son diplôme en techniques policières et entamait ses années de patrouille. Depuis, il a cumulé les expériences dans de nombreuses régions du Québec tout en gravissant les échelons: de Rouyn-Noranda à Victoriaville, en passant par Shawinigan et même Matagami. Il y a une dizaine d’années, il est revenu à Montréal et travaille au grand quartier général de la SQ, rue Parthenais. «C’est certain que les transferts n’ont pas toujours été faciles, mais je pense que c’est ce qui a soudé notre famille, croit Robert Bouchard. Nos quatre enfants et nous entretenons une belle complicité.»

«Mon père nous parlait beaucoup de son métier», enchaîne Dannick, agent au poste de la MRC de la Rivière-du-Nord, dans les Laurentides. Devenir policier l’a toujours intéressé. «Quand j’étais jeune, c’était surtout le côté auto-patrouille et uniforme.» Cette perception a évidemment évolué. Tout comme son frère Mikael, Dannick a toutefois pris le temps de peser le pour et le contre avant de choisir sa carrière. «On a eu beaucoup de discussions à ce sujet, indique leur père, mais je n’ai jamais mis de pression pour qu’ils deviennent policiers. C’était leur choix.»

Patrouiller en famille 

En juillet dernier, les trois Bouchard ont eu l’occasion de travailler ensemble, le temps d’une soirée, pour assurer la sécurité sur le pont Jacques-Cartier pendant les feux d’artifice. «J’attendais cette journée depuis le début de l’été», se rappelle Mikael. Celui-ci avait décroché un emploi de cadet à vélo pour l’été, alors que son père et son aîné étaient sur place comme policiers. «C’était mémorable», confirme Robert. 

Tout récemment, le capitaine a de nouveau accompagné Dannick durant une journée de patrouille – événement exceptionnel dans une carrière. Il n’envisage pas de prendre sa retraite avant d’avoir réalisé un second duo père-fils en compagnie de Mikael dès que ce dernier aura terminé ses études. «Après 25 ans à la SQ, je pourrais me retirer, mais je suis loin de là. J’ai encore de belles années devant moi.» 



1

Commentaires

POLICIER DE PÊRE EN FILS.

TRES BEAU À VOIR,MES FÉLICITATIONS MESSIEURS.