Passion théâtre

iStockphoto.com

Claudette Cloutier ne croyait pas que son rêve se réaliserait si rapidement. Elle apprend par hasard qu’on est à former une troupe de théâtre amateur à Rivière-des-Prairies. «Même si c’était pour balayer», elle voulait en être. Puis elle rencontre la directrice, qui cherchait une comédienne pour le rôle de Joséphine, dans Le Bourgeois gentleman, d’Antonine Maillet. Sans doute conquise par l’enthousiasme de Mme Cloutier, la directrice l’invite à participer à une lecture et... lui donne le rôle! «Heureusement, j’ai de la facilité avec les accents... Ce rôle, c’était comme si j’avais gagné à la loterie», s’exclame celle qui travaillait alors à un kiosque de Loto-Québec! 

Après la première, la troupe Les Fantaisistes est engagée pour l’été à L’Assomption. Cette saison confirme le coup de foudre de Claudette. «Le théâtre est vraiment une passion depuis la première fois où je suis montée sur scène; je me sens dans mon élément.» Puis, après deux ans et demi avec cette troupe, elle décide de suivre des cours au Centre Roussin, où elle apprend notamment les jeux d’expression orale et gestuelle pour mieux rendre et multiplier les personnages. 

«Jouer est très exigeant, indique André-Marie Coudou, professeur au Théâtre Art Neuf. C’est le texte qui va mobiliser le corps; il faut le mémoriser, mais aussi travailler les émotions, ce que certains trouvent parfois difficile. Il ne faut surtout pas jouer à jouer.» «Il y a tellement et toujours à apprendre! poursuit Claudette. Il faut être à l’écoute des comédiens, les respecter en connaissant notre texte, laisser sa place à chacun, et savoir improviser à l’occasion pour faire le lien en cas d’oubli chez le partenaire. Je peux faire tout ça: j’ai une bonne mémoire, puis je connais mes répliques et l’essentiel du texte.»



Pages :