Zoom sur les produits verts

istockphoto.com

Dans un monde idéal, on aimerait fabriquer ses propres cosmétiques afin de connaître exactement ce que l’on applique sur sa peau. Malheureusement, comme les recettes maison ne se conservent pas, il serait utopique de croire que l’on peut préparer son exfoliant ou son hydratant tous les matins!

Toutefois, on peut orienter ses choix vers des compagnies qui s’efforcent d’employer des ingrédients purs, parfois même certifiés biologiques, et qui ne sont pas issus de manipulations chimiques. On peut également faire un geste social en achetant des cosmétiques qui proviennent du commerce équitable.

Des ingrédients de qualité

Alors qu’il étudiait les origines de la cosmétique traditionnelle et les effets des plantes sur la santé humaine, Alain Renaud a eu envie de partager ses recherches. C’est ainsi qu’est née, en 1979, la marque Druide, dont la mission première est de respecter l’être humain et son environnement. «Nous respectons le consommateur en vendant des produits qui donnent les résultats qu’ils prétendent donner. Mais nous respectons également l’environnement, avec nos emballages minimalistes et nos contenants et papiers recyclables à 100%», explique le fondateur.

Contenant uniquement une matière première d’origine entièrement végétale, la grande majorité des produits Druide est certifiée biologique. Cette certification, émise par Ecocert, est une garantie de qualité et d’authenticité pour Alain Renaud. «Aujourd’hui, tout le monde parle de produits naturels. Mais tout est naturel… même le pétrole! Cette appellation est souvent employée à mauvais escient. Moi, j’appelle ça du marketing naturel!», s’exclame-t-il.

Il faut donc se méfier des shampooings aux fruits ou des crèmes aux extraits de plantes : bien souvent, il s’agit de parfums chimiques. Du côté d’Aveda, la terminologie utilisée est aussi choisie avec soin. «On évite le mot naturel comme la peste!, explique Nadia Sofia Segato, responsable des relations publiques et des ventes aux sociétés. Nous parlons plutôt de produits à base de plantes et de fleurs pures à 100%.»

Bien que la totalité de la gamme ne soit pas certifiée biologique, elle souligne qu’au moins un ingrédient entrant dans la composition de chacun des produits provient de la culture biologique. En visitant le site Web de l’entreprise (www.aveda.com), on constate en outre qu’une politique sur le choix d’ingrédients «verts» est appliquée. Ainsi, aucun dérivé animal ou pétrochimique n’est employé. De plus, depuis les deux dernières années, tous les nouveaux produits sont exempts de parabènes, des agents de conservation chimiques.

Fabrication artisanale

Dans l’atelier situé à Rougemont, le personnel des Douceurs d’Aurélie fabrique savons, laits de bain et huiles hydratantes pour le corps à partir de lait de chèvre et de brebis, d’huiles végétales et d’huiles essentielles. Dérivés pétroliers, alcool, agents de conservation chimiques et colorants sont bannis des listes d’ingrédients.

«Je souffrais d’eczéma et je n’arrivais pas à contrôler ce problème avec ce que je trouvais sur le marché. J’ai donc décidé de développer mes propres formules!, raconte Lise Tanguay, propriétaire de l’entreprise. Au départ, je souhaitais concevoir une crème pour le corps. Mais pour que la texture soit intéressante, il fallait inclure des ingrédients chimiques (comme les parabènes), ce que j’ai refusé de faire.» Voilà pourquoi la gamme propose plutôt une huile hydratante fabriquée à partir d’huile de pépins de raisin et d’huile de noyaux d’abricot, des huiles sèches qui pénètrent la peau sans laisser de sensation graisseuse.



Pages :