Le soleil: l'art de s'en faire un allié

Le soleil: l'art de s'en faire un allié

iStockphoto.com

Avec toutes les campagnes anti-soleil des dernières années, bien des gens en sont venus à croire que moins on s'expose au soleil, mieux c'est pour la santé. Mais éviter complètement le soleil est une erreur aussi grave que de trop s'y exposer ou, encore, de le faire sans protection solaire. Le soleil nous fait du bien. Voici sept bonnes raisons pour succomber intelligemment à ses rayons.

Le plein de vitamine soleil

Qu'on se le dise: le soleil est encore et toujours le meilleur moyen de faire ample provision de vitamine D. Car on a beau trouver cette fameuse vitamine dans certains aliments – lait, poissons gras et beurre, par exemple –, cet apport est généralement insuffisant, même si on a un régime équilibré. De leur côté, les rayons UV, au contact du cholestérol dans la peau, stimulent la fabrication de vitamine D dans l'organisme. Cette vitamine est essentielle puisqu’elle favorise l'absorption du calcium et du phosphore, maintient leurs taux dans le sang et assure la fixation du calcium sur les os. Résultats: elle travaille à la formation et à la conservation des dents et des os, à la prévention de l'ostéoporose ainsi qu'à la réparation osseuse après une fracture. Le corps a la capacité d'emmagasiner la vitamine D. Il est donc possible alors de nous constituer, tout au long des prochains mois, une bonne réserve de vitamine D pour l'hiver.

Mais inutile de paresser toute la journée sous les rayons pour en faire provision: 20 minutes d'exposition du visage, des mains et des bras, quand l'ensoleillement est le moins nocif (avant 11 h et après 15 h), suffisent à nous procurer notre ration quotidienne.

Les filtres solaires empêchent-ils notre peau de produire de la vitamine D? Oui, ces filtres diminuent effectivement la capacité de la peau à synthétiser la fameuse vitamine. Par conséquent, si on passe la journée à l'intérieur (travail oblige!), on devrait prendre le temps de s'exposer au soleil, sans écran, au moins quelques minutes chaque jour. Et si la pause se prolonge, on étale son écran solaire parcimonieusement. Vous passez plutôt de longues heures à l'extérieur? Une bonne protection ne vous empêchera pas de faire le plein de vitamine D, puisque les produits solaires ne bloquent pas les rayons à 100%.

Un antidépresseur naturel

En été, les consultations chez les psys baissent radicalement grâce... à la lumière solaire! Pas surprenant. Il est maintenant connu que la lumière – et non pas les UV – a un effet stimulant sur le cerveau, alors que son absence a un effet dépresseur.

Explication: quand les jours raccourissent, l’épiphyse, petite glande située dans le cerveau, sécrète une plus grande quantité de mélatonine, une hormone qui joue un rôle dans la régulation de l'humeur et des rythmes biologiques, ce qui provoque une baisse d'énergie physique et mentale. Voilà pourquoi, dès qu'arrive l'automne, nous broyons si facilement du noir et que certaines personnes sont victimes de dépression saisonnière. Aux individus les plus affectés par ce phénomène, on propose rien de moins qu'une photothérapie qui consiste à regarder une lumière très intense chaque jour, pendant un certain temps.

Mais avec le retour du beau temps, le problème ne se pose plus. Quand les jours allongent, le surplus de lumière inhibe la sécrétion de mélatonine, ce qui fait grimper notre moral en flèche. Plus encore, la vitamine D joue un rôle dans la sécrétion de la sérotonine, une autre hormone régulatrice de l'humeur. Coup double! Et puisque la lumière naturelle, même filtrée par les nuages ou un parasol, est plus intense que la lumière artificielle, mettons le nez dehors chaque jour.



Pages :