De belles dents blanches

istockphoto.com

Les dents blanches ne sont plus l’apanage des seules stars d’Hollywood! Elles font de plus en plus d’adeptes qui ont maintenant accès à une panoplie de produits et de techniques. Mais avant de les imiter, mieux vaut être bien informé, car nous ne partons pas tous égaux dans la course à la blancheur.

D’abord, une précision: il ne faut pas confondre les produits qui agissent sur la surface des dents et les traitements de blanchiment. Les premiers se trouvent sous forme de gomme à mâcher ou de dentifrice et contiennent des agents abrasifs. «Ils peuvent favoriser le délogement des taches et redonner un peu de brillance aux dents, mais ils ne blanchissent pas l’émail», explique Johanne Côté, de l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec.

Quant aux traitements de blanchiment, ils se regroupent sous deux catégories: ceux effectués par un dentiste et ceux offerts en vente libre. Dans les deux cas, on se sert d’un agent oxydant, le peroxyde, pour briser les pigments de couleur sur l’émail. Le principal effet secondaire: une hypersensibilité des dents qui ne durera que quelque temps.

Le dentiste d’abord

Avant de choisir un traitement, quel qu’il soit, il est primordial de faire examiner ses dents par un dentiste. Celui-ci pourra s’assurer que la bouche est en bonne santé. Un traitement effectué sur une carie ou tout autre problème dentaire pourrait en effet s’avérer des plus douloureux… Le dentiste sera également en mesure de reconnaître la cause exacte du changement de couleur des dents et de déterminer si un traitement est possible.

De façon générale, les dents jaunissent en raison de l’usure. À force de mastiquer, l’émail s’amincit, laissant paraître la couche inférieure de la dent (la dentine), qui est jaune. Une grande consommation de tabac, de café, de thé et de vin rouge a aussi un impact sur l’éclat du sourire. Dans un cas comme dans l’autre, un blanchiment peut être considéré.

Il y a cependant un bémol pour les fumeurs. «Dans les années 1980, deux chercheurs ont affirmé que le peroxyde augmentait les risques de cancer chez les fumeurs. Le problème, c’est qu’on a noté plusieurs irrégularités dans le protocole de l’expérience; les résultats ne sont donc pas concluants», mentionne Annie St-Georges, dentiste, professeure adjointe à l’Université de Montréal. Pour cette raison, certains croient que les fumeurs devraient s’abstenir de fumer ou, à tout le moins, ne pas fumer durant le traitement. Sans compter que le tabac en atténue l’efficacité.

Pour tous… ou presque

L’examen chez le dentiste pourrait révéler d’autres conditions particulières. C’est le cas notamment des dents qui ont changé de couleur à la suite de la prise de certains médicaments. La tétracycline par exemple, un antibiotique autrefois prescrit aux enfants, avait pour effet de jaunir ou de bleuir l’émail des dents d’adultes en formation. Si vous êtes dans cette situation, vous pouvez envisager un traitement de blanchiment, mais il sera beaucoup plus long et vous n’obtiendrez peut-être pas la teinte désirée.

Par ailleurs, il faut savoir que le blanchiment agit seulement sur les dents naturelles; il n’aura aucun effet sur un plombage ou une restauration. Il faut donc prévoir des coûts supplémentaires, voire plusieurs centaines de dollars, pour changer couronnes ou prothèses partielles, qui n’auront plus la même couleur que les dents. Même si rien n’indique que le blanchiment puisse être nocif, les traitements sont tout de même déconseillés aux personnes dont le système immunitaire est affaibli, de même qu’aux femmes enceintes ou qui allaitent.

Les traitements professionnels

Votre dentiste vous offrira deux possibilités de traitement de blanchiment: celui dit «à la maison» et celui «sur la chaise». Dans le premier cas, il prendra l’empreinte de vos dents pour la reproduire dans un moule de plastique appelé gouttière. Vous devrez ensuite y déposer un gel blanchissant et le porter durant quelques heures, le jour ou la nuit. Le traitement se déroule généralement sur deux semaines. Selon Annie St-Georges, l’option «à la maison» est la plus populaire. «Toutes les études démontrent que c’est la plus efficace. Par contre, c’est le patient qui est responsable de la réussite», précise-t-elle. Les prix d’un tel traitement varient énormément; il serait donc sage de magasiner…

Plus blanc, mais à quel point ?

Que peut-on espérer lorsqu’on paie des centaines de dollars pour un blanchiment des dents? Plusieurs éléments entrent en considération, à commencer par la couleur initiale des dents et l’âge du patient. Les personnes de 45 ans et plus ne doivent pas s’attendre à obtenir le même résultat que celles de 20 ans, par exemple; leur émail est plus usé et a connu beaucoup plus de produits forts en colorant.

Peu importe l’âge, le résultat n’est pas permanent. La durée dépend du mode de vie de chacun. Certains font un rappel chaque année, alors que d’autres attendent trois ans. Mais même après tout ce temps, les dents ne redeviennent pas aussi jaunes qu’avant le traitement. Le moment venu, le dentiste évalue de nouveau la teinte des dents pour déterminer la marche à suivre. Parfois, un traitement à la maison de quelques jours suffit à rétablir l’éclat.

Les produits en vente libre

Il est possible de se procurer des traitements de blanchiment en pharmacie. Pour blanchir, le produit doit rester un certain temps sur les dents, sans contact avec la salive ou la langue; les traitements de type «peinture» seraient donc à éviter. Avec les bandelettes, on obtient généralement de bons résultats, quoique les fabricants ne puissent évidemment y mettre une grande concentration de peroxyde. Et il faut suivre les directives scrupuleusement, car des bandelettes mal appliquées peuvent irriter la gencive. Ce traitement a l’avantage d’être moins coûteux.

La dentiste Annie St-Georges invite les personnes qui l’envisagent à en parler à un professionnel de la santé. «Ça peut être une bonne solution, mais il faut tout de même subir un examen dentaire avant. De plus, le dentiste vous dira si vous avez le type de dentition pour ce traitement.» En effet, les bandelettes ont une forme standard. Il faut s’assurer que les dents ne se chevauchent pas et que les bandelettes les couvriront complètement.

Ainsi, avant de rêver d’un sourire digne d’une pub de dentifrice, mieux vaut consulter un spécialiste. Vous éviterez les déceptions. Sans oublier qu’une belle dentition est d’abord une dentition propre et en santé…

mise à jour: 2008-08-29



Pages :

  • 1
  • 2
  • Lire sur une page