À chaque type de cheveux ses soins

À chaque type de cheveux ses soins

istockphoto.com

Avant de choisir ses produits capillaires, on doit d’abord déterminer la grosseur des cheveux. «Ils sont composés de 80% de protéines et de 20% d’eau et d’hydrates de carbone. Sachant cela, on comprend que plus un cheveu est gros, moins il a besoin de soins à base de protéines», explique Léopold Bissonnette, coiffeur et président de Coiffure Québec. Ensuite, on détermine le type de cheveux: normaux, secs, gras, etc. «Le coiffeur pourra ainsi élaborer une prescription adaptée à la cliente et conseiller des soins spécifiques», poursuit le spécialiste.

À noter: on utilise bien souvent trop de shampooing et de revitalisant. «Une noisette au creux de la main suffit», précise Richard Delouya, coiffeur, styliste et consultant pour la marque Herbal Essences. Quant aux produits coiffants (crème, mousse, fixatif, etc.), plus on en superpose, plus on alourdit la chevelure, qui affiche ensuite une apparence terne. «Il faut apprendre à faire les bonnes combinaisons», conclut le spécialiste.

Cheveux normaux

L’entretien. «À cause du stress et de la pollution, je préconise d’emblée à mes clientes un shampooing quotidien afin de rafraîchir la chevelure. On termine par l’emploi d’un revitalisant qui apporte de la brillance aux cheveux», dit Richard Delouya. Et les produits deux en un? Seulement les matins pressés ou à l’hôtel, car ces combinés peuvent entraîner un manque de revitalisant.

Le coiffage. «Il est primordial de protéger les cheveux de la chaleur du séchoir ou des fers à l’aide d’un sérum thermal ou d’un produit coiffant», souligne Léopold Bissonnette. Et l’on tient toujours le séchoir à au moins 5 po (12,5 cm) de distance de la chevelure. On évite aussi de garder le fer en place trop longtemps au même endroit afin d’éviter de brûler les mèches.

Vrai ou faux? Les cheveux normaux sont forts et ne peuvent être endommagés. C’est en partie vrai. Un cheveu qui n’est pas endommagé suppose qu’il est assez fort pour résister aux diverses agressions amenées par le coiffage. Toutefois, même s’ils sont moins facilement dommageables, il faut les traiter comme une lingerie fine ou un tricot en cachemire en employant des produits appropriés.



Pages :