10 vins québécois faciles à boire

10 vins québécois faciles à boire

Zan via Unsplash

Les vins québécois et canadiens n’ont rien à envier à leurs cousins d’importation. Aujourd’hui, on déguste les cuvées locales parce qu’elles sont bien faites, tout simplement. La preuve par dix crus à découvrir. 

Notre experte

Jessica Harnois est connue pour sa collection Bù, qui compte une douzaine de vins abordables offerts tant à la SAQ qu’en épicerie. Grande adepte des vins locaux, la sommelière d’expérience vient par ailleurs de publier #boirelocal (Les éditions La Presse).

 

Cinq rosés rafraîchissants


Un grand favori

Rosé le plus vendu à la SAQ, la cuvée Champs de Florence, élaborée à partir de seyval noir à Saint-Armand, en Montérégie, se distingue avec des notes de fraises des champs et de canneberges. C’est aussi le préféré, toutes catégories confondues, de Jessica Harnois. «Il offre un bel équilibre, onctueux et acidulé à la fois, typique des vins de chez nous. Et sa texture n’a rien à voir avec tous les autres rosés sur le marché.» Domaine du Ridge Champs de Florence (14,55 $). Code SAQ: 741 702.


Pour les sushis du vendredi

Cet assemblage de chancellor, de seyval noir et de frontenac gris séduit par son équilibre impeccable et sa droiture. «C’est un rosé frais, linéaire et qui ne prend pas trop de place. Un vrai vin de soif avec une belle acidité et des arômes de framboises.» Son petit côté fruité s’allie d’ailleurs à merveille avec des sushis, des mets épicés ou du saumon fumé. Les artisans du Terroir Roze (13,95 $). Code SAQ: 10 817 111.


Doux et fruité

Ceux qui aiment les rosés américains très fruités seront servis avec cette Cuvée Détente. Son secret? Le microclimat du Domaine Les Brome, dans les Cantons-de-l’Est, qui permet d’attendre la fin d’octobre pour les vendanges. Les raisins (seyval noir, De Chaunac et Maréchal Foch) y sont donc cueillis à pleine maturité. «Ici, on a une belle sucrosité, ce qui en fait un vin qui se marie très bien avec des plats épicés.» On pense poulet général Tao, porc BBQ, voire tartare relevé. Léon Courville Vigneron Cuvée Détente (14,95 $). Code SAQ: 11 686 626.


Un charmeur accessible

Les terres des environs d’Oka, réputées pour leurs vergers, sont tout aussi fertiles pour les vignobles. À preuve, cette cuvée tout en fraîcheur au nez séduisant, dont les notes de fraises et de rhubarbe rappellent le terroir de chez nous. Outre ce Rosé du Calvaire, élaboré à partir de pinot noir et de chardonnay, la maison a lancé une version plus abordable vendue en épicerie, La Cantina Vallée d’Oka, à base de triomphe d’Alsace, de frontenac gris, d’acadie et de vidal. «Ces deux vins sont vraiment très bons!» La Cantina Vallée d’Oka Rosé du Calvaire (19,95 $). Code SAQ: 13 835 648.


Des bulles pour l’apéro

Selon Jessica Harnois, le Québec se démarque autant avec ses rosés qu’avec ses mousseux. Alors, que dire de ce mousseux rosé? «Un bonheur à chaque gorgée», écrit-elle dans son guide. Les vignerons, Anick Desjardins et Stéphane Lamarre, établis à Dunham, sont partis d’un assemblage de cépage sainte-croix (60 %) et de radisson (40 %). Résultat: un vin aux notes de canneberges et de framboises, légèrement acidulé, parfait pour accompagner de simples croustilles ou des crevettes panko à l’apéro. Château de Cartes Rosé (29,10 $). Code SAQ: 12 357 453.

 

 

Cinq blancs percutants


Au-delà des pommes de Rougemont

Voilà un chardonnay plutôt surprenant qui, le temps d’un verre, nous fait voyager jusqu’en France. «À l’aveugle, je me pense en Bourgogne, illustre Jessica Harnois, qui décrit une belle richesse en bouche. Je ne le bois pas pour encourager les vins locaux, je le bois parce qu’il est bon!» Ses arômes beurrés et sa vivacité s’accordent bien avec les poissons gras ou les fromages crémeux. Coteau Rougemont Chardonnay La Côte (23,95 $). Code SAQ: 13 612 532.


Une valeur sûre 

Pionnier de la viticulture au Canada, Inniskillin s’est fait d’abord fait un nom avec ses vins de glace. Aujourd’hui, autant ses cuvées élaborées dans la vallée du Niagara que celles qui proviennent de l’Okanagan attirent l’attention. Et c’est dans cette dernière région que poussent les vignes entrant dans la composition de ce pinot gris ample et plein de fraîcheur. «J’aime tout d’eux, mais ce vin a un petit je-ne-sais-quoi qui le fait briller.» Avec ses flaveurs d’abricot, de poire et de miel, il a tout pour plaire. Inniskillin Okanagan Reserve Pinot Gris (24,95 $). Code SAQ: 13 879 464.


Excellent passe-partout

Le vigneron Jean Joly, qui a fondé le Vignoble du Marathonien à Havelock (Montérégie), il y a 30 ans, porte bien son nom. «Tout ce qu’il touche, c’est joli!» Il en va de même pour ce seyval, un hybride «typique du terroir québécois». Son acidité – on décèle des notes de citron et de pomme Granny Smith – accompagne bien les salades estivales cuisinées avec les légumes croquants de notre potager comme une riche fondue de fromages. Vignoble du Marathonien Seyval Blanc (15,70 $). Code SAQ: 11 398 325.


Aromatique et exubérant

Le cépage frontenac gris s’est particulièrement bien adapté au climat québécois. À découvrir: des vins uniques qui font honneur à notre terroir. «Ça goûte comme rien au monde.» Gagliano – oui, l’ancien ministre libéral a troqué la politique pour les vignes – en a fait un produit funky doté d’une belle intensité avec des arômes abricotés, miellés et légèrement boisés en finale. Pour un mariage parfait, on l’associe à des mets relevés: de l’indien ou des fromages au goût prononcé, par exemple. Gagliano Frontenac Gris (17,05 $). Code SAQ: 11 575 731.


Un vrai grand vin

Dans la catégorie «vins rares», cette cuvée nommée en l’honneur de Gilles Vigneault vaut assurément le détour. D’une part, il est issu d’un des vignobles parmi les plus expérimentés de la Belle Province – L’Orpailleur célébrera bientôt ses 40 printemps. D’autre part, son assemblage de vignes hybrides et nobles (chardonnay, vidal et seyval) s’avère des plus réussis, riche et fruité à la fois. «Ça goûte le Québec et c’est ce que j’aime!» Vignoble de L’Orpailleur Cuvée Natashquan (26 $). Au domaine ou en ligne (orpailleur.ca).

 

 

Où commander des vins locaux?

Il est plus facile que jamais de trouver des vins d’ici, soutient Jessica Harnois. «On a accès à nos vins québécois partout, que ce soit à l’épicerie, à la SAQ ou directement chez les vignobles, dont plusieurs offrent la livraison depuis le début du confinement.» Des distributeurs proposent également des boîtes livrées à notre porte. Deux bonnes options:

La Boîte Nordiq du Sommelier Nordiq: 4 vins, 1 cidre et 1 bière pour 160 $, livraison incluse dans la grande région de Montréal. Info: boitenordiq.com.

Caisse découverte La boîte à vins: 6 bouteilles pour 140 $, livraison incluse à Montréal ou sur la Rive-Sud. Info: boiteavins.com.