PROCURATION : 3 FAITS À SAVOIR!

Publireportage

Publireportage - Depuis le début de la pandémie, plusieurs Québécois et Québécoises ont fait le choix de donner une procuration à un proche afin de les aider à gérer leurs finances personnelles. Voici 3 faits importants à savoir si c’est votre cas ou si vous prévoyez le faire prochainement.

1 - Vous demeurez responsable de vos biens
La procuration ne vous retire pas la responsabilité des décisions prises en lien avec la gestion de vos biens, dans la mesure où vous êtes toujours apte à prendre vos propres décisions. « Vous demeurez donc responsable de vous assurer que les opérations et les transactions faites en votre nom sont toujours alignées avec vos attentes, précise Me Jean-François Hébert, avocat chez Desjardins, et ce, même si vous ne souhaitez plus être impliqué dans la gestion quotidienne de vos affaires. Le patron, c’est vous! ».

2 - Votre procureur doit agir dans votre intérêt
Aucune procuration, même celle rédigée par un notaire ou un avocat, ne permet à votre procureur de faire ce qu’il veut comme il le veut. Votre argent vous appartient toujours! Ainsi, tous les gestes posés par votre procureur doivent être dans votre intérêt et en conformité avec vos volontés. Il est donc important de discuter de vos attentes avec lui et de prévoir dans la procuration la durée et la portée des gestes pouvant être posés en votre nom.

3 - Votre institution financière n’est pas tenue de collaborer avec votre procureur
« Ce que peu de gens savent, c’est que la procuration est un contrat entre un mandant, vous par exemple, et son procureur uniquement ; l’institution financière n’en fait pas partie. Ainsi, accepter de collaborer avec un procureur est un privilège accordé au membre-client, et non un droit. Et un privilège, ça peut être retiré à tout moment », ajoute Me Hébert. Votre institution financière peut donc choisir de communiquer directement avec vous pour valider des informations ou des transactions, par exemple, ou lorsqu’elle a des raisons de croire que vous pourriez être victime d’exploitation financière.

Et si jamais vous souhaitez changer de procureur, sachez qu’il est possible de le faire, mais que le processus varie en fonction du type de procuration qui vous lie à lui.

Vous avez des questions concernant la procuration? N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre institution financière ou d’un conseiller juridique.