Comment trouver une assurance vie malgré la maladie?

Comment trouver une assurance vie malgré la maladie?

iStock

L’âge, une condition médicale préexistante ou un précédent refus d’un assureur empêchent parfois de souscrire un contrat d’assurance vie traditionnel. Nos solutions de rechange pour dormir tranquille. 

L’importance de détenir un contrat d’assurance vie n’est plus à démontrer. La prestation non imposable versée par l’assureur au moment du décès est une bouée de sauvetage pour les proches du défunt. Diane, 55 ans, est d’ailleurs en pleine planification successorale… et sur le point d’acheter une première maison avec son conjoint de fait. «Les démarches pour obtenir une assurance vie sont plus complexes qu’on n’imagine», confie-t-elle. Diane, qui ne fume pas, est atteinte de diabète de type 1 depuis l’adolescence. Or, l’assureur recevant une proposition d’assurance vie jauge le risque financier que le consommateur représente. En tarification traditionnelle, de savants calculs lui permettent de classer le demandeur dans l’une ou l’autre des catégories de risque prédéfinies en fonction de son âge, de son état de santé, de sa silhouette, de ses habitudes de consommation de tabac, d’alcool et de drogue et de ses antécédents familiaux.

Chose certaine, l’assureur maîtrise l’art complexe des mathématiques actuarielles. Pour répondre aux attentes de ses actionnaires et pour respecter les engagements pris auprès des détenteurs de police, toute compagnie d’assurance vie doit jongler avec une multitude d’hypothèses. Et le diabète dont souffre Diane viendra assurément alourdir sa facture d’assurance…

Gino Mastrocola, tarificateur indépendant pour la société Gestion de risques Mastrocola inc., navigue dans les dédales de l’assurance depuis longtemps déjà. «Certaines maladies peuvent entraîner une lourde surprime pour l’assuré en tarification traditionnelle et, dans certains cas, le refus pur et simple de l’assureur.»

 

L’ABC de la tarification traditionnelle

Nous avons probablement tous déjà eu une expérience d’achat d’une assurance vie dite «traditionnelle». Première étape? Une rencontre avec le conseiller en sécurité financière pour compléter la proposition d’assurance. S’ensuit généralement soit une entrevue téléphonique avec un préposé d’un centre d’appel, soit, pour un besoin d’assurance vie plus important, un examen paramédical. 

Et c’est sur ce dernier point, bien souvent, que cela accroche! Une infirmière se déplacera à domicile pour effectuer une prise de sang, une analyse d’urine et possiblement même un électrocardiogramme. Un rapport du médecin traitant peut également être exigé par le tarificateur au dossier avant qu’une décision de l’assureur soit rendue. 

Or, nous n’aimons généralement pas les examens médicaux qui ne nous semblent pas nécessaires. Ou nous avons parfois peur, pour une raison ou une autre, de voir notre dossier refusé par l’assureur. Un peu comme Diane en raison de sa condition médicale.

 

Contourner la surprime

Résumons. Diane caresse l’ambitieux projet d’acheter une première maison avec son amoureux des trois dernières années. Elle souhaite souscrire une assurance vie qui lui permettrait d’effacer son solde hypothécaire en cas de décès. «J’aimerais aussi pouvoir m’offrir un enterrement traditionnel avec le cercueil de mon choix et une cérémonie mémorable, tout en léguant 10 000 $ à chacun de mes trois petits-enfants.» Selon ses premières estimations, les frais funéraires pourraient, à eux seuls, avoisiner les 20 000 $.

Le budget qu’elle souhaite consacrer mensuellement à cette protection d’assurance vie dépasse légèrement le cap du 100 $. «Je ne souffre d’aucune complication associée au diabète de type 1 et je n’ai aucun autre antécédent médical à déclarer», précise-t-elle. Gino Mastrocola confirme que «la neuropathie, la rétinopathie ou la néphropathie sont des exemples de complications du diabète susceptibles d’avoir un impact important sur la surprime».

Même sans complications, Diane n’a pas le choix de dévoiler cette condition préexistante à l’assureur au moment de remplir la proposition d’assurance. Selon notre expert, elle doit s’attendre à une surprime de 250 % – soit 150 % de plus que le taux standard de 100 % – en assurance vie traditionnelle. 

Mais des solutions de rechange sont offertes pour contourner ce problème de santé qui occasionne la surprime.

 

1 Assurance vie à émission simplifiée

Première différence avec un contrat d’assurance vie émis en tarification traditionnelle: nul besoin de subir un examen paramédical. Le contrat à émission simplifiée n’exige que de répondre à quelques questions de base concernant notre santé, facilitant ainsi la démarche et la mise en vigueur plus rapide de la protection convoitée. 

Si Diane coche non aux premières questions, elle sera admissible au premier palier de couverture (100 000 $, à titre d’exemple). Des réponses négatives aux questions suivantes lui permettront d’obtenir une protection bonifiée de, disons, 250 000 $. «Par contre, une réponse positive – elle aurait vécu un épisode de maladie quelconque, à titre d’exemple – à une des questions de la troisième section limitera la possibilité d’obtenir la couverture maximale», explique Gino Mastrocola.

Sous l’assurance vie à émission simplifiée, l’aspect médical de la chose se limite donc aux réponses fournies sur papier. Et aucun rapport du médecin traitant ne sera demandé non plus. Mais plaçons-nous maintenant dans les souliers de l’assureur. Ce dernier doit gérer prudemment les sommes qui lui sont confiées dans l’objectif de respecter les engagements futurs pris auprès des détenteurs de contrat. Il ne peut donc faire de cadeau…

«Puisque l’assureur ne possède aucune donnée médicale vérifiable pour estimer le risque financier que le proposant représente, les primes sont habituellement plus élevées qu’en tarification traditionnelle», explique notre expert. Dans la même logique, le capital assuré offert sera aussi limité. Et ce n’est pas la seule restriction que l’assureur impose pour protéger ses deniers…

Le contrat doit être en vigueur pour une période de deux ans avant qu’on puisse être admissible à la prestation de décès. La seule exception: si on décède durant cette période en raison d’un accident, l’assureur versera habituellement la prestation prévue. Mais si un décès non accidentel survient dans les 24 mois suivant l’émission du contrat, nos bénéficiaires n’obtiendront pas la prestation de décès: ils devront se contenter du remboursement des primes, majoré des intérêts courus. Mieux vaut donc peser le pour et le contre avant d’opter pour cette solution de rechange.

 

2 Assurance vie à acceptation garantie

On parle ici d’un second type d’assurance vie sans examen paramédical. Contrairement au précédent, celui-ci n’implique cependant aucune question concernant l’état de santé. Il est l’un des plus faciles à obtenir sur le marché. Son nom est d’ailleurs assez révélateur: notre acceptation est… garantie. Sous réserve d’être en mesure d’assumer la prime au contrat, nous obtiendrons donc la couverture promise rien qu’en fournissant notre genre, notre âge et notre lieu de résidence. 

Bien souvent, cependant, l’assurance vie à acceptation garantie en est une dite de «dernier recours». Puisque l’assureur n’a aucune idée du risque que nous représentons, il n’accorde qu’une faible couverture d’assurance vie, et ce, à fort coût. «Il s’agit de la forme d’assurance la plus onéreuse sur le marché par dollar de couverture», confirme Gino Mastrocola. Et, comme c’est le cas pour l’émission simplifiée, aucune prestation n’est payable si un décès non accidentel survient dans les deux premières années suivant l’entrée en vigueur du contrat.

 

Tableau comparatif des primes 

Sur base du cas de Diane, 55 ans, non-fumeuse, souffrant du diabète de type 1.

-> Pour un contrat d’assurance vie permanent doté d’un capital-décès de 50 000 $

- Tarification traditionnelle, avec la surprime de 250 %: 187 $ par mois 

- Émission simplifiée, si Diane se qualifie dans la meilleure catégorie: 94 $ par mois 

- Émission simplifiée, si Diane se qualifie dans la moins bonne catégorie: 109 $ par mois 

- Acceptation garantie: 177 $ par mois

-> Pour un contrat d’assurance vie temporaire, terme de 20 ans

Quel capital assuré peut-elle obtenir vu sa condition médicale, en fonction d’un budget approximatif de 100 $ par mois?

- Tarification traditionnelle, avec la surprime de 250 %: 100 000 $

- Émission simplifiée, si Diane se qualifie dans la meilleure catégorie: 200 000 $ 

- Émission simplifiée, si Diane se qualifie dans la moins bonne catégorie: 125 000 $

 

À noter

1) L’acceptation garantie n’est généralement disponible qu’en assurance vie permanente.

2) Le capital assuré maximum offert en acceptation garantie est bien souvent de 50 000 $ de couverture. Aux fins de comparaison des primes, la simulation a été effectuée sur cette même base en tarification traditionnelle et en émission simplifiée.

3) L’assurance vie permanente est plus onéreuse puisqu’elle couvre l’assuré tout au long de sa vie. L’assurance temporaire vient à échéance au bout du terme (20 ans, dans ce cas-ci), mais elle peut être renouvelée pour un terme équivalent, les primes étant alors majorées pour tenir compte de l’âge de l’assuré au moment du renouvellement.

Source: picki.ca.


Le meilleur rapport qualité/prix

Le tableau comparatif des primes permet à Diane de dénicher la protection offrant le meilleur rapport qualité/prix, en tenant compte bien évidemment de sa condition préexistante. La surprime en tarification traditionnelle lui permet d’emblée d’éliminer cette option.

Par contre, si Diane est prête à accepter une couverture temporaire de 20 ans – jusqu’à ses 75 ans, donc –, elle pourrait bénéficier d’une protection d’assurance vie oscillant entre 125 000 $ et 200 000 $ grâce à l’émission simplifiée. Cette solution, dont le coût est d’environ 109 $ par mois, respecte son budget et lui permet de faire un bon bout de chemin dans sa planification successorale. 

Un bémol, cependant. Le coût de la prime seul ne doit pas dicter notre choix: en fait, il importe d’analyser plusieurs autres variables avant de jeter notre dévolu sur un produit d’assurance. Gino Mastrocola compare ce choix à celui d’un prêt hypothécaire. «Le taux d’emprunt est important, mais il y a d’autres facteurs à considérer avant de signer l’hypothèque: les modalités de remboursement anticipé ou la pénalité à payer en cas de résiliation avant terme en sont deux exemples.»

 

Magasiner la meilleure offre

Il ne faudrait pas se limiter au marché primaire, qui se compose des grandes compagnies comme Manuvie, Sun Life et iA Groupe financier (Industrielle Alliance), conseille notre expert. Bien que ces dernières dominent le marché de l’assurance, d’autres sociétés constituant le marché secondaire, telles Humania, Spécialité-Vie inc. et Plan de protection du Canada (CPP), proposent aussi des produits pouvant répondre à un besoin plus spécifique. D’ailleurs, en cas de besoin d’assurance en émission simplifiée, ces fournisseurs sont des incontournables.

Gino Mastrocola recommande de magasiner une offre avantageuse. «Il est suggéré d’ouvrir nos horizons pour dénicher le produit d’assurance vie convoité au meilleur coût possible. Un conseiller en sécurité financière indépendant est en mesure d’identifier l’assureur le mieux adapté à toute condition médicale.» Les plus habiles avec la technologie trouveront aussi en ligne des comparateurs d’assurance performants pour faciliter leur travail.