MADA

Chaque mois, nous mettons une MADA (Municipalité amie des aînés) de l’avant pour son projet original ou innovant. En mai 2017, les lecteurs et internautes seront invités à voter pour leur initiative préférée!

0
MADA

Saint-Fabien-de-Panet – Gym à l’église

Par Linda Priestley

S’entraîner dans une église? Qui l’aurait cru? Et pourtant, c’est bien ce que font les aînés de Saint-Fabien-de-Panet chaque semaine pendant l’hiver. La municipalité des environs de Montmagny a lancé l’idée il y a plus de quatre ans afin de les encourager à bouger même quand la saison froide se met de la partie.
0
MADA

Saint-Roch-des-Aulnaies - Planche d’appui

Par Linda Priestley

Pour Saint-Roch-des-Aulnaies, petite municipalité au bord du fleuve Saint-Laurent, l’intégration des personnes âgées dans la vie communautaire est une priorité. On y prête donc une oreille très attentive aux multiples suggestions de la population aînée.
0
MADA

Saint-Charles Borromée. Livraison à domicile.

Par Linda Priestley

Lire à volonté sans même devoir se déplacer? À Joliette et à Saint-Charles-Borromée, les mordus de romans en tous genres vivent ce rêve de beaucoup de lecteurs grâce à une bibliothèque ambulante.
0
MADA

Drummondville as de la prévention

Par Par Linda Priestley

A Drummondville, on ne joue pas avec le feu quand il est question de protéger les aînés. Afin de les éclairer en matière de prévention, la municipalité a conçu un jeu de cartes dont chacune comporte un conseil de sécurité facile à adopter.
0
MADA

Une belle leçon de transmission

Par Linda Priestley

Même si elle ne comporte qu’une poignée d’habitants, 420 au dernier recensement, la modeste municipalité de Notre-Dame-de-Ham, située à une trentaine de kilomètres de Victoriaville, n’est pas en panne d’inspiration quand il s’agit de permettre aux générations de se tendre la main.
0
MADA

Longueuil. Une initiative haute en couleur!

Par Linda Priestley

Tout a commencé en 2014, quand la Ville de Longueuil s’est dotée d’une politique visant à faire voir aux jeunes et aux moins jeunes l’art urbain sous un angle positif. Depuis, les graffitis et les tags profanateurs s’effacent peu à peu devant des fresques et des murs thématiques colorés... et 100 % réglementaires.