Une réalité proche de nous

rawpixel via Unsplash

La Semaine nationale des proches aidants, qui se tient du 3 au 9 novembre, se déroule cette année sous le thème «Parce que nous serons tous proches aidants», dans le but de sensibiliser le plus grand nombre de gens possible à cette éventualité.

En raison de la tendance générale à favoriser le maintien à domicile des patients le plus longtemps possible, il y a de fortes chances qu’on doive à un moment donné s’occuper d’une personne aînée, d’un adulte ou d’un enfant proche de nous, rapporte le Regroupement des aidants naturels du Québec (RANQ). Or, les défis sont nombreux lorsqu’on devient proche aidant. D’où le thème choisi, qui suscite l’empathie, explique Ludovic Salondy, agent de communication du RANQ. «Cette réalité prend racine dans notre propre vie et interpelle chacun d’entre nous à se mettre dans la peau d’un proche aidant.»

La campagne de sensibilisation vise à interpeller tous les membres de la société – y compris les proches aidants eux-mêmes, qui ne se perçoivent pas toujours comme tels – en attirant leur attention sur le travail que ces derniers sont amenés à effectuer. Tout au long de la semaine, diverses initiatives, dont une campagne conjointe sur les médias sociaux qui illustrera le rôle et le quotidien des proches aidants, nous amèneront à réfléchir à des façons de soutenir leur cause et de se préparer quand notre tour viendra. 

Pour connaître les activités prévues dans le cadre de la Semaine nationale des proches aidants qui se déroulent près de chez nous, on se renseigne auprès des organismes participants suivants: 

• Regroupement des aidants naturels du Québec (RANQ), ranq.qc.ca, 514 524-1959. 

• L’Appui pour les proches aidants d’aînés, lappui.org, 1 855 852-7784. 

• Réseau FADOQ, fadoq.ca, 514 252-3017.

• Baluchon Alzheimer, baluchonalzheimer.com, 514 762-2667. 

• Société canadienne du cancer, cancer.ca, 1 888 939-3333.

• Parkinson Québec, parkinsonquebec.ca, 514 861-4422.

• Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer, alzheimerquebec.ca, 514 369-7891.

• Réseau de coopération des EÉSAD (Entreprises d’économie sociale en aide à domicile), aidechezsoi.com.

• Société de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) du Québec, sla-quebec.ca, 514 725-2653.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Une réalité proche de nous

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

1

Commentaires

Aidante naturelle

Bon article. Il faut informer les aidant(e)s et ceux-ci et celles-ci ne doivent pas hésiter à accepter l'aide qui nous offertes. Je trouve toujours sur ma route, une personne qui n'a pas eu l'occasion de côtoyer de proche une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer et qui de par son regard, me juge. Depuis que je m'occupe de ma maman, j'ai appris à ignorer la catégorie de gens fermés. Heureusement, je dirai sans me tromper, qu'à 98% des gens croisés ici et là, je vois un regard attendri, un sourire et même un bon mot à l'occasion. Je ne regrette aucunement le fait de prendre soins de ma maman comme celle-ci l'a fait pour moi dès ma naissance. C'est un pur bonheur rempli d'amour vrai et simple.

Le fait que je déplore est celui qui oublie les aidant(e)s de ma catégorie. Celle qui n'habite pas avec la personne aidée mais qui a les mêmes obligations. J'ai cessé de travailler jeune ce qui fait que je n'ai plus aucun revenu et le Gouvernement m'ignore. Les dépenses additionnelles occasionnées par l'aide que j'apporte se trouvent à être assumé par mon mari. Heureusement qu'il est là pour nous. Ce n'est pas normal que je n'ai aucun soutien financier de la part de notre Gouvernement pas le simple fait que ma maman n'habite pas chez moi. Malgré ce fait ce n'est pas ce dernier qui va me faire couper l'aide que j'apporte à la personne qui m'a donnée la vie. Il est évident que cela allègerait le fardeau fiscal imposé par la maladie qui prend le contrôle de la personne malade, de son entourage ainsi que du financier.

Le retour de Madame Marguerite Blais en politique est-il enfin un peu de lumière au bout de mon tunnel ainsi qu'à bien d'autres dans la même situation que moi? En cette semaine pour nous, est-ce possible de croire qu'il y a une réelle volonté de nous appuyer?

Je suis fière de ma maman, de son entourage ainsi que de toutes les démarches que j'ai faites pour lui venir en aide. Si c'était à refaire, je n'hésiterais pas une seconde. J'aime ma maman. Comme plusieurs qui ont vécu un jour le fait que la personne aidée ne les reconnaissent plus, je vais vers ce chemin. J'aurais toujours son beau regard, le contact du cœur et la musique pour communiquer jusqu'à la toute fin.

Bonne semaine à nous toutes et tous!!!