La réalité virtuelle contre la maltraitance

La réalité virtuelle contre la maltraitance

Lucrezia Carnelos via Unsplash

Lancés à l’initiative de la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais et soutenus par la Fondation Luc Maurice, les Ateliers 360 pour les aînés misent sur la réalité virtuelle pour lutter contre la maltraitance et développer l’empathie. Selon la Fondation, 16 % des aînés sont victimes de maltraitance chaque année, soit près d’une personne sur 7.

Lors du lancement des ateliers dans une résidence de Lachine, le 28 novembre dernier, un groupe d’aînés a pu visionner deux des trois capsules conçues en collaboration avec la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées de l’Université de Sherbrooke. Chaque scénario plonge les participants dans des situations d’abus, d’intimidation et d’âgisme. Le but? Sensibiliser les aînés et leur entourage à la maltraitance, dont ils ne sont pas toujours conscients, et les inviter à agir pour favoriser la bientraitance. 

«La réalité virtuelle, c’est la façon la plus simple de se rapprocher d’une certaine réalité. Cela permet aux gens d’être plus sensibles à la personne qui est victime de maltraitance, mais aussi de mieux comprendre ce qui se passe dans la tête de ceux et celles qui la font subir», explique Marie Beaulieu, titulaire de la Chaire.

En plus d’être sécuritaire, le casque de réalité virtuelle est un outil facilement accessible, peu importe les limitations physiques, financières ou cognitives, ainsi qu’un excellent moyen de communication entre les utilisateurs et les intervenants pendant les ateliers, dont l’animation sera assurée par la Chaire. 

Cela dit, le recours à cette technologie auprès des aînés peut surprendre. Or, pour Jasmin Roy, président et fondateur de la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais, il fallait justement «sortir de cette zone où on alimente des idées préconçues à l’effet que les personnes aînées ne sont pas intéressées par les technologies. Pour l’avoir constaté moi-même en visitant une résidence de Sherbrooke, ce n’est pas vrai du tout. Plusieurs personnes étaient connectées sur internet. Il faut simplement les mobiliser pour que ce soit bénéfique».

Le déploiement des ateliers est prévu pour 2020 au Québec. Info: ateliers360aines@outlook.com.



Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

La réalité virtuelle contre la maltraitance

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires