Arthrose: petit lexique antidouleur

Arthrose: petit lexique antidouleur

Toa Heftiba via Unsplash

Pas facile de vivre avec l’arthrose… d’où cet ABC des solutions possibles pour l'apprivoiser.

L’arthrose a beau faire l’objet de nombreuses recherches, elle demeure un mystère pour les scientifiques. À peine sait-on que le sexe – les femmes en sont plus atteintes –, l’âge, l’embonpoint, les blessures antérieures et la génétique sont des facteurs de risque aggravants. Chronique et dégénérative, cette affection articulaire ne se présente pas sans symptômes: la douleur ressentie par certaines personnes est telle que leur qualité de vie en pâtit. Pour la contrer, voici un petit lexique de solutions possibles, allant de la médication à la chirurgie, en passant par un changement des habitudes de vie, sur lequel misent davantage les experts.

 

Antidépresseurs

Prescrits à faible dose, certains ont la propriété de soulager la douleur. La duloxétine, commercialisée sous le nom de Cymbalta, est approuvée pour apaiser les inconforts liés à l’arthrose de la colonne vertébrale. «Ça fait longtemps qu’on l’utilise, car elle joue sur les voies de signalisation de la douleur. Mais comme il s’agit d’antidépresseurs, il faut faire attention: les gens peuvent devenir un peu confus, avoir des changements d’attitude ou prendre du poids», explique Frédéric Massicotte, président de l’Association des médecins rhumatologues du Québec.

 

Anti-inflammatoires

S’ils peuvent s’avérer efficaces pour contrer la douleur, les effets secondaires des anti-inflammatoiresne sont pas négligeables. Le Dr Massicotte évoque notamment un impact négatif sur les reins, la tension artérielle et le cœur, de même que des risques plus élevés d’infarctus, d’AVC et d’ulcères d’estomac. «À 75 ans et plus, prendre des anti-inflammatoiresaugmente le taux de mortalité. Ce n’est pas banal de traiter une personne âgée avec ça. Si elle prend deux ou trois pilules par mois, c’est correct, mais si elle a des douleurs chroniques, je ne voudrais pas lui en prescrire trop longtemps.» Les plus jeunes peuvent miser sur les anti-inflammatoires, à condition d’éviter d’en prendre de façon continue.

 

Approches alternatives

Devant le peu d’options dont dispose la médecine pour apaiser efficacement les douleurs liées à l’arthrose, les spécialistes recommandent parfois des approches plus douces. «Comme on est très limités dans nos traitements – la plupart des médicaments qu’on peut donner sont contrindiqués chez les personnes âgées –, on se tourne vers d’autres approches, dit le Dr Massicotte. L’hypnose, l’acupuncture, l’ostéopathie et la relaxation sont des exemples de traitements qui pouvent aider.» Il faut cependant en évaluer les risques et les bénéfices. Les effets varient d’une personne à l’autre, mais certains y trouvent un soulagement.

 

Arthroplastie

Restaurer ou remplacer une articulation est souvent la solution ultime pour apaiser les douleurs liées à l’arthrose, notamment au genou et à la hanche. Selon Julio Fernandes, chirurgien orthopédiste et professeur titulaire à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, passer sous le bistouri contribue à restaurer la qualité de vie des patients qui résistent aux autres traitements antidouleurs. «On veut que les gens soient mobiles et sans douleur, avec une bonne qualité de vie. Les chirurgies prothétiques de la hanche et du genou comptent parmi les interventions qui améliorent le plus la qualité de vie des patients.»

 

Cannabis

Parfois utilisé comme antidouleur, le cannabis ne doit toutefois pas être pris à la légère. Les études sur son efficacité et ses effets secondaires sont encore trop rares pour que les spécialistes de la santé y voient une solution de premier ordre. On est tenté de l’essayer? Le mieux est d’en parler à notre médecin, qui saura évaluer les risques, nous conseiller un produit adéquat et recommander un dosage sécuritaire.

 

Curcuma

Cette plante, qui donne une épice de couleur ocre fort prisée en cuisine, est aussi un anti-inflammatoire naturel qui peut aider à contrer la douleur. «Le curcuma est un des seuls aliments pour lequel on dispose d’une documentation médicale, rapporte le Dr Massicotte. Il s’agit d’un anti-inflammatoire faible qui fonctionne pour certains patients.» Pour être pleinement efficace, le curcuma doit être mélangé à du poivre, qui favorise son absorption par l’organisme. Les capsules qu’on trouve dans le commerce sont souvent vendues à prix élevé, mais on peut aussi en fabriquer soi-même à partir de recettes trouvées sur Internet.

 

Electrothérapie

Cette technique emploie des courants électriques de très faible intensité dans un but thérapeutique. Les courants en question sont d’une puissance semblable à ceux générés par notre organisme. Selon Anthony Teoli, physiothérapeute spécialisé dans le traitement des symptômes de l’arthrose, l’apaisement de la douleur consécutif à une séance d’électrothérapie est temporaire. «Le soulagement se compte souvent en heures. Il ne s’agit pas d’une solution à long terme. C’est quelque chose que j’utilise rarement dans ma pratique. J’y ai parfois recours pour atténuer la douleur d’un patient qui a très mal et lui permettre de bouger pendant une séance de physiothérapie.»

 

Exercice physique

Les spécialistes consultés sont formels: chez les victimes d’arthrose, l’activité physique est essentielle à une bonne gestion de la douleur. «On ne peut pas prévenir les symptômes, mais on peut influencer certains facteurs pour éviter qu’ils progressent. Si les gens sont en bonne santé, ils courent moins de risques de voir les symptômes se développer», rappelle Anthony Teoli. Peu importe l’activité physique qu’on choisit de pratiquer, l’important est de demeurer actif. «Plus de la moitié du traitement contre la douleur concerne l’hygiène de vie. Pratiquer des activités physiques et avoir un bon tonus musculaire, ça, il est prouvé que ça fonctionne!» rappelle le DMassicotte. 

 

Gestion du poids

Tout comme le manque d’activité physique, l’embonpoint se reflète dans les symptômes liés à l’arthrose, car nos kilos en trop pèsent sur nos articulations. «Ce qui est recommandé en première ligne pour les patients, c’est de faire de l’exercice physique et de gérer leur poids», mentionne Anthony Teoli. Le Dr Massicotte recommande pour sa part d’adopter la diète méditerranéenne. «Ce régime est bon pour tous les groupes d’âge. Il n’y a pas de diète spécifique qui fonctionne pour l’arthrose. On a essayé les suppléments de vitamines, les régimes sans gluten ou sans produits laitiers, mais sans résultat. Comme l’embonpoint est un facteur de risque, on veut surtout maintenir un poids santé.»

 

Infiltrations

L’injection d’une substance médicamenteuse dans l’articulation à l’aide d’une seringue fait partie des moyens les plus efficaces pour apaiser la douleur, mais elle n’a pas que des avantages. Deux types d’infiltrations se démarquent: les corticostéroïdes, qui peuvent soulager la douleur sur une période allant de quelques semaines à quelques mois, ou encore la viscosupplémentation. «Le problème avec la viscosupplémentation, c’est qu’elle ne fonctionne qu’une fois sur deux et que chaque traitement coûte 500 $, affirme le Dr Massicotte. Mais quand ça fonctionne, les bienfaits peuvent durer six mois, voire un an.» Quant aux corticostéroïdes, couverts par le régime d’assurance maladie du Québec, ils sont efficaces moins longtemps. 

 

Massages

Tout comme l’électrothérapie, le massage procure un soulagement temporaire aux douleurs liées à l’arthrose, mais il ne peut pas faire de miracle. «C’est sûr qu’il y a un effet de relaxation, mentionne Anthony Teoli. Sauf que pour une affection chronique comme l’arthrose, on a besoin de se concentrer sur des interventions efficaces à plus long terme. Un massage peut faire du bien la journée même, mais l’effet sera dissipé le lendemain.» Durant le massage, l’utilisation de certains gels, crèmes ou huiles essentielles aux propriétés anti-inflammatoires peut en augmenter les bienfaits.

 

Paracétamol

Aussi appelé acétaminophène, cet analgésique est notamment commercialisé sous le nom de Tylenol. Il s’agit du premier médicament suggéré par les professionnels de la santé aux victimes d’arthrose. «Chez quelqu’un qui souffre d’arthrose du genou ou de la hanche, c’est la base, rappelle le Dr Massicotte. Toutes les études disent que les Tylenol ne font pas des miracles, mais comme on a très peu d’autres options à offrir et qu’il s’agit d’un médicament relativement sécuritaire, on en donne à peu près tout le temps. Pour le reste, ça dépend de l’âge du patient.»

 

Physiothérapie

Les victimes d’arthrose peuvent faire appel à une variété de spécialistes pour les aider à mieux gérer leurs symptômes et à modifier leurs habitudes de vie. Les physiothérapeutes sont formés pour évaluer la condition physique de leurs patients et les aider à atteindre leurs objectifs en matière de mobilité. «L’idée, c’est de les amener à bouger selon leur tolérance et leurs capacités, explique Anthony Teoli. Par exemple, on peut leur montrer à faire certains exercices différemment. On bâtit un programme en fonction des besoins et des objectifs de chaque patient.» Outre les exercices, des techniques de relaxation sont aussi employées pendant les séances. 

 

Recherche

Le Dr Frédéric Massicotte l’affirme d’emblée: ce n’est malheureusement pas demain la veille qu’un traitement pourra guérir ou faire régresser l’arthrose. Cependant, l’arrivée imminente des anticorps anti-NGF (nerve growth factor), qui contribuent à bloquer les influx douloureux dans l’articulation, offrira une nouvelle possibilité aux victimes d’arthrose. «Ces molécules ont été approuvées et seront utilisées sous peu. Il faut cependant faire attention: quand les patients ne ressentent plus du tout la douleur, ils se servent davantage de leur articulation et l’endommagent encore plus.» 

 

Thermothérapie

Dans certaines situations, l’application de chaleur peut contribuer à apaiser les douleurs articulatoires. Il en va de même pour la cryothérapie, c’est-à-dire l’utilisation thérapeutique du froid intense. Quand doit-on avoir recours à l’un ou à l’autre? «Quand on se fait mal, il y a toujours une réaction inflammatoire locale, répond le DMassicotte. On ne peut pas mettre du chaud sur du chaud. On applique alors du froid pendant quelques heures, voire quelques jours. Si la douleur est chronique, ça varie: certains patients répondent mieux à la chaleur, d’autres au froid.»