10 choses qu'on ne dit jamais sur le cancer

10 choses qu'on ne dit pas sur le cancer

Rawpixel via Unsplash

Personne ne s’attend à recevoir un jour un diagnostic de cancer. Et personne n’y est vraiment préparé. Voici ce qu’on devrait absolument savoir, d’après des gens qui ont déjà traversé cette épreuve.

On aura besoin d’aide. On est fier, on se sent capable, on ne veut pas de pitié. Pour toutes ces raisons et d’autres encore, on refuse souvent l’aide ou alors on n’en demande pas. Parfois, on attend beaucoup trop longtemps avant de réclamer du soutien. Il faudrait au contraire accepter l’aide offerte et exprimer ce dont on a besoin… mais on a aussi le droit de refuser le genre d’aide qui, au fond, ne nous aide pas du tout! 

On perdra des amis. On s’en étonnera, on ne comprendra pas, on sera blessé et on se sentira trahi, abandonné. Certains amis seront moins présents, d’autres ne nous inviteront plus à faire des sorties comme avant… Le savoir ne diminue pas la peine, mais ça nous permettra peut-être d’encaisser un peu mieux le coup. 

On s’en fera de nouveaux. La voisine timide qui dépose des plats préparés sur le pas de notre porte, le copain d’une massothérapeute qui vient s’occuper de notre dos, l’infirmière extraordinaire qui soulève des montagnes pour nous aider, notre voisin de chambre à qui on peut tout raconter… 

On n’est pas le seul touché. Au début, on ne pense qu’à ça, à soi, au cancer, à son impact. On a peur. On est triste. On est en colère. Normal. Mais ce cancer n’est pas qu’à soi, les proches en sont tout aussi affectés. Parfois, ça prend du temps avant de le réaliser pleinement. 

Le corps change. Gain ou perte de poids, peau sèche, rouge ou craquelée, ulcères buccaux, douleur aiguë ou diffuse, ongles noircis, cicatrices, perte de cheveux… On ne reconnaît plus son corps, on ne le contrôle plus. L’accepter exige beaucoup d’humilité et de lâcher-prise. Il faut aussi savoir que le corps reprendra généralement ses droits avec le temps.

Le cancer coûte cher. Transport, traitements et soins non couverts par la RAMQ, achat de matériel spécialisé, absences du travail, suppléments alimentaires… Tout ça coûte beaucoup d’argent lorsqu’on n’a pas d’assurance pour couvrir les frais. Cela dit, certains programmes de soutien financier existent; on se renseigne auprès de la Fondation québécoise du cancer ou de la Société canadienne du cancer. 

Les enfants sont très résilients. On hésite à leur parler de la maladie, on veut les épargner. Pourtant, quand on est franc et qu’on dit les choses telles qu’elles sont, en utilisant des mots adaptés à leur âge, la réaction des enfants peut nous impressionner. 

La sexualité… quelle sexualité? La libido en chute libre, la douleur dans son corps desséché, l’anxiété qui gruge le moral… En anticipant la situation, on construit plus vite son acceptation, et on cultive mieux notre intimité avec des câlins, de la douceur et des mots tendres.  

L’énergie sera réduite. Oui, le personnel soignant nous prévient qu’on sera plus fatigué, mais il reste difficile d’appréhender jusqu’à quel point. Certains jours, on a le sentiment d’être passé sous un 10 roues, et cinq fois plutôt qu’une! Parfois, la simple idée de mettre un pied hors du lit entraîne un état dépressif instantané. Il faut savoir aussi, et tout de suite, que même ces jours-là finissent par passer. 

La vie ne sera plus jamais la même. Avec le diagnostic de cancer vient généralement une conscience accrue de la fragilité de la vie et un appétit féroce d’en profiter pleinement. Il se peut aussi qu’une fois les traitements finis, quand un horizon plus clément se dessine, on ait l’impression d’être un peu perdu, qu’on ait peur de vivre des rechutes, qu’on se sente exténué, voire déprimé… Éprouver cela, c’est tout à fait normal. On n’hésite donc pas à en parler et à demander de l’aide.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

10 choses qu'on ne dit jamais sur le cancer

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

10

Commentaires

Guérison du cancer

Pour certain comme moi la guérison est possible et elle m'a permis de voir et d"aborder la vie différemment

10 choses sur le cancer

J'ai lu le sujet ,il fait peur c'est important d'être averti pour soi ou pour aider un amie , très instructif MERCI

Cancer du sein

Pour avoir traverser l’an dernier une mammectomie partielle l’an passé suivi de 16 traitements de chimiothérapie et de 29 de radiothérapie je pourrais ajouter qu’il faut vivre 1 jour à la fois et ne pas anticiper ce qui reste comme mme traitements à venir. C’est plus facile et encourageant. De plus il faut être patient avec nous. J’avais espéré revenir comme avant dès la fête m des traitements mais il faut accepter que notre corps a besoin de temps pour se refaire et reprendre des forces. Une fois que nous avons accepter ça il est plus facile de se rendre compte des progrès que nous faisons petit à petit. Je ne considère en reconstruction actuellement, je soigne ma peau qui a vieilli depuis un an , fais réparer mes dents qui se sont beaucoup abîmés, mes ongles qui sont secs et cassants et mes cheveux qui repoussent tranquillement et peu fournis alors je vois à me faire faire un volumateur etc. La vie reprend doucement son cours et on veux en profiter le plus possible.

C'est très important de

C'est très important de savoir ce qui est écrit ici sur ce sujet. Pour moi, Je serai mieux préparé à parler avec les gens qui sont atteints de cette maladie. Et si, par malheur, je suis atteint de cette maladie, je serai mieux préparé à parler aux autres personnes.

Bien sur que c,est difficile

Bien sur que c,est difficile de traverser cette épreuve il nous faut beaucoup de soutien sur tout moral le physique en prend un coup mais j,essai d,être positve mon conjoint m,aide beaucoup je guérie tranquillement je remercie celui-ci tous les jours .c,est aussi vrai que nous devenons plusen plus fragile pour tout ce qui se passe autour de nous. Mais je foncé vers la vie d,une façon positive je me parle tous les jours pour rester de bonne humeur malgré la douleur.. merci de me donner la chance de m,exprimer..

Double mastectomie

Si je peux aider les personnes ayant eu ou auront un cancer, voici un peu mon histoire. En 2000 diagnostique cancer du sein suivi d'une mastectomie. En 2003 la même chose s'est produite cancer et mastectomie. En 2011, diagnostique de métastase au sacrum. En 2017, les métastases ont bougé aux côtes. Quelles histoire! mais je suis toujours vivante. Sans me mettre la tête dans le sable, je vis au jour le jour car j'ai gagné 18 ans de vie à date. Je profite de toutes les occasions pour sortir et voir des amis, voyager si possible et prendre les temps de relaxer et entretenir des pensées positives. J'espère que cette petite histoire saura vous aider. La vie est belle.

Cancer du sein!

C'est bien vrai que la vie ne sera plus jamais la même. J'ai aimé lire le dernier paragraphe. J'ai eu un cancer du sein dans les deux et subit la mastectomie complet du côté gauche et de la radiothérapie du côté droit. Et, ça fait la deuxième fois que le cancer du sein revient. J'ai toujours ce mal de vivre à chaque fois que je me regarde dans le miroir. Je me sens exténué et même déprimé…

Félicitations pour cet article!

J'ai une amie qui m'a impressionnée par le fait qu'elle a appelé ses amis et confectionné avec eux un grillé horaire pour avoir quelqu'un tout les jours pour l'aider. Même des voisins se sont mis de la partie. Déjeuner, faire le ménage, les commissions et les rendez-vous peuvent être une montagne quand on est malade. Il faut oser demander. Et oui des connaissances et des voisins peuvent devenir des amis!

cancer

J'ai eu le cancer du poumon gauche et enlever,personne m'a dit quoi se soit sur le cancer,je suis parti chez moi avec une tres grose douleur que j'ai voulu en finir avec la vie tellement sa faisait mal,j'ai passé du temps en psyciatrie,apres 6 ans je fait juste un peu de m'en sortir.

Cancer

Très bon article.
Moi c'est le cancer du poumon droit avec métastases cutanés. Stade 4 donc incurable.
Apres pleins de traitements qui n'ont pas fonctionnés, j'essaie juste de profiter le plus des petits plaisirs de la vie. Et d'être forte pour mes enfants et petits-enfants.
J'ai un grand cercle d'ami (e) qui me supporte et qui sont très présents pour m'aider. C'est une chance que j'apprécie beaucoup et qui aide beaucoup au moral.
C'est une épreuve très difficile pour tout le monde autour de moi aussi. Il y a des jours où on veut en finir et ne pas avoir peur mais ma famille est là pour me supporter. Alors bonne chance et merci pour vos commentaires xxx