L'abc de la presbyacousie

iStockphoto.com

Le brouhaha d’un resto, une salle de réunion où le bruit de la climatisation s’ajoute à l’écho des discussions, les tête-à-tête sur une terrasse avec en musique de fond le tapage de la rue: autant de situations où il faut avoir l’oreille fine pour ne pas perdre le fil et tout comprendre. Mais ces cacophonies du quotidien peuvent s’avérer très frustrantes pour ceux qui souffrent de presbyacousie.

Sournoise, insidieuse, cette perte d’acuité auditive due au vieillissement ou aux traumatismes subis par certaines composantes de l’oreille a de fâcheuses conséquences qui vont de la contre-performance jusqu’à l’isolement social et la perte d’autonomie chez les personnes plus âgées qui n’entendent presque plus.

Toutefois, même si la presbyacousie est une conséquence normale du vieillissement – environ 30% des personnes âgées auraient une déficience auditive –, elle ne nous affecte pas tous de la même façon ni au même âge. De fait, le niveau de presbyacousie et son évolution dépendent d’une part de l’acuité auditive à la naissance, qui varie d’un individu à l’autre, et, d’autre part, du traitement que nous avons fait subir à notre système auditif. Il n’est pas rare que des quadragénaires souffrent de presbyacousie...

L’oreille


Pour comprendre la presbyacousie, il faut d’abord comprendre le fonctionnement de l’oreille. Vue de l’intérieur, elle a la complexité technique d’une chaîne haute-fidélité. Elle est formée de trois parties: l’oreille externe, avec le pavillon et le conduit auditif, l’oreille moyenne, incluant le tympan et trois osselets, puis l’oreille interne avec la cochlée, le nerf auditif et le labyrinthe, responsable de l’équilibre.

Le son voyage dans les airs sur des ondes qui font vibrer les composantes de l’oreille. La longueur de ces ondes, leur fréquence, varie selon qu’il s’agit de sons aigus ou de sons graves. On calcule la fréquence des sons en hertz (Hz); ainsi, le son grave de la plus basse note d’un orgue est d’environ 20 Hz, mais le son aigu d’un sifflet pour chien est d’environ 20000 Hz. L’oreille humaine capte des sons variant de 20 à 8000 Hz.

Les ondes sonores sont d’abord captées par le pavillon externe qui les fait dévier vers le conduit auditif. Le son va ensuite frapper le tympan, dont les oscillations transmettent les ondes aux trois osselets, lesquels les transmettent à la fenêtre ovale à l’entrée de l’oreille interne. En vibrant, celle-ci fait bouger le liquide contenu dans la cochlée. Ce liquide contient de minuscules cellules nerveuses qui ressemblent à des cils et qui, sous l’effet des vibrations, s’agitent et transmettent les ondes au nerf auditif. C’est aussi dans la cochlée que se fait la répartition des sons selon leur fréquence (graves, moyens et aigus). Ils sont ensuite acheminés par le nerf auditif vers le cerveau où se fait le décodage final. Voilà pour la mécanique!

Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

L'abc de la presbyacousie

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires