Incontinence urinaire: incommodante, mais traitable!

iStockphoto.com

Les types d’incontinence urinaire

Les types d’incontinence urinaire

Une fois filtrée par les reins, l’urine emprunte deux conduits, appelés uretères, pour se rendre à la vessie. Lorsque celle-ci est quasi pleine, des nerfs indiquent au cerveau qu’il est temps d’uriner.

L’urine passe alors dans un autre conduit, l’urètre, dont le col est maintenu fermé par un sphincter. Normalement, il peut retenir l’urine jusqu’à ce que le sphincter se relâche volontairement, au moment voulu.

Quant aux muscles du plancher pelvien, situés sous la vessie, ils ont pour tâche de soutenir la vessie et de maintenir l’urètre bien fermé afin de retenir le flot d’urine.

Il arrive toutefois que les choses ne se déroulent pas exactement de cette façon. C’est alors que survient l’incontinence. Il en existe cependant plusieurs types.

L’incontinence urinaire à l’effort

C’est la forme la plus fréquente chez les femmes. Elle se caractérise par une perte involontaire d’urine. Tousser, éternuer, rire, danser, soulever un objet lourd ou faire de l’exercice suffisent à provoquer la fuite.

L’incontinence urinaire par impériosité (vessie hyperactive)

Elle s’observe par une envie pressante, soudaine et fréquente d’uriner, pour une très petite quantité à la fois. Ce besoin se fait sentir plusieurs fois durant la journée et, parfois même, la nuit. À l’occasion, devant l’impossibilité de se rendre très rapidement aux toilettes, elle peut occasionner des pertes accidentelles d’urine. Chez les personnes qui ont une vessie hyperactive, le muscle vésical se contracte trop souvent et involontairement, même quand la vessie n’est pas remplie. C’est cette contraction musculaire qui crée l’envie subite d’uriner.

L’incontinence urinaire mixte

C’est une combinaison de l’incontinence à l’effort et de l’incontinence par impériosité. Près de la moitié des gens ayant une vessie hyperactive font aussi de l’incontinence urinaire à l’effort. 

L’incontinence urinaire par regorgement

Elle se signale par un écoulement fréquent ou constant d’urine, qui se produit en raison d’un trop-plein d’urine dans la vessie. La personne n’arrive pas à évacuer complètement l’urine: elle n’en élimine qu’une petite quantité à la fois. Les troubles de la prostate en sont le plus souvent à l’origine.

L’incontinence urinaire fonctionnelle

Elle se produit en raison d’un problème physique ou neurologique (arthrite grave, maladie d’Alzheimer, AVC, maladie de Parkinson, etc.) qui empêche la personne de se rendre à temps aux toilettes.



Pages :