Huit faits sur la ménopause

Grossesse, hormonothérapie

5. Vous pouvez tomber enceinte même à 49 ans. De nombreuses femmes croient qu'un cycle menstruel irrégulier annonce la fin de leur fertilité. Même si la fertilité décroit au début de la quarantaine, 50% des femmes produiront néanmoins un ovule lors de leur dernier cycle!

6. Il y a plus d'un type d'hormonothérapie. De nos jours, les nombreuses hormonothérapies offertes peuvent être adaptées aux besoins de chaque femme. Une hormonothérapie à faible dose, sous forme de comprimés, de gels ou de timbres cutanés, permet un soulagement significatif des symptômes de ménopause et peut être utilisée en toute sécurité par la plupart des femmes.

7. L'hormonothérapie ne retarde pas l'inévitable. «Si je commence à prendre des hormones, je ne ferai que masquer les symptômes, et ils réapparaîtront dès que j'arrêterai le traitement.» Faux. La plupart des femmes qui présentent des symptômes légers ou modérés remarquent une diminution lente, mais constante, de leurs symptômes dans les deux à trois années qui suivent la ménopause.

8. Vous n'avez pas à vivre la ménopause comme votre mère. De nombreuses femmes se rappellent les malaises de leur mère et redoutent la ménopause. Même si l'âge et l'intensité des symptômes peuvent être liés à l'hérédité, vos antécédents maternels n'ont pas inévitablement à dicter votre propre expérience. Il est essentiel de prendre votre santé en main; c'est souvent l'étape la plus importante à votre bien-être.

Des organismes tels que la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) et la North American Menopause Society (NAMS) offrent des renseignements pertinents et à jour sur les options thérapeutiques et les derniers résultats de la recherche. Votre médecin peut également vous renseigner et vous rassurer.

Mise à jour : mars 2010



Pages :

1

Commentaires

ménopose

Il est vrai que les symptômes de la ménopose sont différents pour chaque personne.Personnellement, je remercie la science pour les nouvelles découvertes en hormonothérapie comme traitement,car pour moi ce fut une vraie délivrance des bouffées de chaleur nocturne ou pis encore au travail j'avais parfois l'air de la personne malade qu'on devrait étendre sur une civière plutôt que l'infirmière qui prodiguait des soins.Alors je dit oui à un bon suivi médical et de l'hormonothérapie adaptée à mon propre corps.