Et si le cholestérol n’était pas mauvais?

Et si le cholestérol n’était pas mauvais?

iStock Photo

L’idée que le cholestérol est l’ennemi à abattre pour éloigner les maladies cardiovasculaires a si bien fait son chemin qu’on traque ce type de gras partout. Pour beaucoup, afficher un faible taux de cholestérol est un objectif santé. Or, selon de nombreux spécialistes, le cholestérol ne s’avérerait finalement pas aussi néfaste qu’on croit, et les statines, cette classe de médicaments conçue pour abaisser le taux de cholestérol sanguin, seraient surutilisées. Une véritable polémique dans le monde médical! Pour y voir clair, voici l’avis de nos experts sur cinq affirmations. 

1 Le cholestérol n’est pas si terrible.  

Le cholestérol est essentiel au maintien d’une bonne santé. Et bien que médecins et scientifiques s’accordent pour dire qu’un taux élevé de LDL (le mauvais cholestérol) représente un risque accru de maladies cardiovasculaires, il n’est pas le seul responsable de ces dernières, loin de là. Des facteurs liés au mode de vie se révèlent souvent plus dommageables: le tabac, l’obésité (surtout abdominale), la sédentarité, l’hypertension et le diabète. 

«Le cholestérol n’est qu’un facteur parmi d’autres, soutient le Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut de cardiologie de Montréal. Pour évaluer le risque d’un individu, il faut tenir compte de l’ensemble des facteurs, et non pas uniquement du taux de cholestérol. Par exemple, une personne qui affiche un taux légèrement ou modérément élevé de cholestérol, mais qui priorise un régime méditerranéen riche en grains entiers, poissons, légumineuses, noix, huile d’olive, fruits et légumes, un poids santé et une vie active et sans tabac, ne m’inquiétera pas outre mesure, contrairement à quelqu’un avec un faible taux de cholestérol, mais qui persiste dans ses mauvaises habitudes. Ce qui a un impact réel sur le risque de maladies cardiovasculaires, c’est l’abandon du tabac, une alimentation prévenant le surpoids et la pratique régulière d’activité physique. En prévention primaire, ces actions sont beaucoup plus efficaces qu’une médication. La grande majorité des gens susceptibles d’avoir une crise cardiaque pourraient l’éviter s’ils modifiaient leur mode de vie.»  

2 Le cholestérol n’est pas l’ennemi des 40 ans et plus.  

Le risque de maladies cardiovasculaires est plus élevé chez les hommes après la quarantaine et chez les femmes après la ménopause. Résultat: les autorités sanitaires de certains pays, dont les États-Unis, recommandent dans leurs directives de prendre des statines en prévention. Mais, selon le Dr Jean Bergeron, lipidologue, chef du service de lipidologie du département de médecine du CHU de Québec et responsable de la clinique lipidique du CHUL, un risque strictement basé sur l’âge, même avec un cholestérol légèrement élevé, n’est pas un motif suffisant pour les prescrire dans un objectif de prévention: en l’absence d’autres facteurs de risque, la menace d’accidents cardiovasculaires est relativement faible.  

3 Les statines sont surutilisées. 

Les statines étant les médicaments les plus vendus à travers le monde, elles représentent un marché fort lucratif pour l’industrie pharmaceutique. Or, de plus en plus de professionnels de la santé remettent en question le bien-fondé d’en prescrire autant. Soyons clairs: les statines sont bénéfiques sans l’ombre d’un doute en prévention secondaire, c’est-à-dire chez les personnes ayant déjà fait un infarctus ou un AVC. Elles réduisent le risque d’un nouvel épisode. Selon le Dr Jean Bergeron, elles sont aussi utiles pour d’autres groupes clairement à risque, dont les gens atteints de diabète de type 2, de maladie rénale chronique ou d’hypercholestérolémie familiale génétique. 

Le débat concerne plutôt la prescription de statines en prévention primaire. Autrement dit, avant même que survienne un accident cardiovasculaire, quand les gens ne sont pas malades, mais présentent un risque légèrement ou modérément élevé. «Il n’y a généralement pas d’urgence à prescrire des statines, rappelle le Dr Bergeron. Le risque doit être justifié. Cela dit, il se prescrit certainement trop de statines en prévention primaire. C’est la solution facile pour traiter les gens à faible ou à moyen risque. En effet, il est plus simple de prescrire une pilule plutôt que de coacher les patients sur la mise en place de saines habitudes pour réduire les risques. La brièveté des rencontres médicales et l’absence d’une équipe de professionnels pour seconder les médecins expliquent en partie la situation. Autre dilemme: que fait-on quand un patient refuse de modifier son mode de vie ou n’est pas en mesure de réduire suffisamment ses risques? Ne vaut-il pas mieux le protéger en le traitant?» 

Depuis plusieurs années, le Dr Juneau s’insurge contre le réflexe qu’ont certains médecins de prescrire des statines dès que le taux de cholestérol dépasse la norme. «Je ne suis pas contre l’utilisation de statines, au contraire: elles se révèlent fort pertinentes dans certains cas. Mais elles sont clairement surutilisées, notamment chez les gens à faible risque. Bien sûr, elles font baisser rapidement le taux de cholestérol. Mais si la personne ne modifie pas son mode de vie, elle ne sera pas protégée pour autant contre les maladies cardiovasculaires. Les autres facteurs de risque la rattraperont. Sans compter que les statines créent une fausse sécurité: il est démontré que les gens qui en prennent font généralement moins d’efforts pour bien s’alimenter et moins d’activité physique que ceux n’en prenant pas. De plus, les bienfaits des statines en prévention primaire sont plutôt modestes. En chiffre absolu, la baisse du risque d’infarctus représente environ 1 %!»  

Attention, toutefois: on peut certes revoir sa prescription en diminuant certains facteurs de risque, mais on n’interrompt jamais son traitement sans en discuter avant avec son médecin. 

4 Prendre des statines est risqué.  

Tous les médicaments, quels qu’ils soient, comportent des risques. En ce qui concerne les statines, les douleurs musculaires sont les effets le plus souvent rapportés par les utilisateurs. Étonnamment, les gens actifs semblent davantage touchés. «Les compagnies pharmaceutiques affirment que 7 à 8 % des personnes prenant des statines en souffrent, indique le Dr Juneau. Mais, dans ma pratique, c’est plutôt 20 % de mes patients.» 

Par ailleurs, certaines personnes accusent les statines de générer des cancers, d’affecter les facultés mentales ou de provoquer des troubles sexuels. «Je n’y crois pas, affirme le Dr Juneau. Aucune étude sérieuse n’a prouvé ces faits. Par contre, les statines peuvent augmenter légèrement le risque de diabète.»

5 Les jaunes d’œufs sont mauvais.  

Contrairement aux idées reçues, il n’y a aucune raison de bannir les œufs de notre alimentation, d’autant plus qu’ils procurent un bon apport nutritif. En fait, si on est en bonne santé et qu’on ne présente pas de facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, on peut manger un œuf par jour sans problème. En revanche, si on est à risque élevé de maladies coronariennes, on limite leur consommation à deux par semaine. 



10

Commentaires

Articles sur le colésthérol

On ne sait plus que penser..tellement de contradictions et articles scientifiques différents!!

Le cholestérol, un facteur de risque mais pas une cause

Le fait que le cholestérol soit associé à certaines pathologies cardiaques ne signifie pas nécessairement qu'il en est une cause.

Le cholestérol peut très bien être un facteur de protection en étant à l'origine de protéines de stress qui permettent à l'organisme de mieux gérer la situation.

Le cholestérol LDL censé mauvais permet même de neutraliser des endotoxines bactériennes circulant dans le sang. Le fait qu'il y en ait beaucoup peut signifier que l'organisme lutte contre une septicémie. Il est alors un pompier plutôt qu'un incendiaire,

statine

cause pour le moins des brulements d'estomac jusqu'à nausées ????

La prise de médicaments anti-cholestérol...

J'ai 76 ans, je prends 2 comprimés par jour de Statines et d'Ezetrol..1 Co. chacun.
Je prends ces pilules depuis l'âge de 50 ans. Mon seul problème est que je les digère plutôt mal... Il m'arrive d'en laisser ou d'en oublier un de temps à autres. J'ai un poids tres santé, 50 kg, je mesure 1m67. Je fais beaucoup d'exercices: en hiver ski alpin, de fond et raquettes et longues marches. Au printemps, sauf quand il pleut, je fais du vélo, de la marche, du golf, du jardinage, etc. Je vois mon médecin une fois par année et je suis très rarement malade.... suis-je anormale?

statine

Je prend du lipitor depuis plusieurs années mon taux de cholestérol est bon c'est sur je prend des statines j'ai déjà demandé a mon Docteur d'arrêter d'en prendre mais elle n'a pas voulu

cholestérol

moi je prend du lipidor depuis longtemps j aimal dans les muscle un médecin me l avais enlevé j étais beaucoup mieux mais la j ai eter opérer pour une valve a l institut de cardiologie il mon redonner des lipidor mais je recommence a avoir mal dans les muscles

Statine

Mon mari a pris différente sorte de statine sans jamais être capable de les tolérer.Je crois fermement que ce médicament détruit la masse musculaire et cause de grandes douleurs musculaire.Pour moi ce n'est pas un bon médicaments.De nombreuses personnes de mon entourage n'ont pas été capable de le prendre à cause de douleurs musculaires et toutes sortes de maux.Je ne comprend pas que tant de personnes prennent ce médicament en prévention.....mais en prévention de quoi???? si ils ne sont pas malade....pour mois tout ça est un racket des compagnies pharmaceutiques.

Statine

Je suis entièrement d'accord avec Pauline. Mon conjoint en a pris pendant 12 ans. C'était un gars naturellement musclé et il a perdu une importante partie de sa masse musculaire en plus des douleurs. De plus, 3 de ses tendons des biceps, 1 du bras gauche et 2 du bras droit se sont totalement sectionnés absolument sans raison pendant cette période... Il a arrêté de prendre ce poison depuis 1 an et tranquillement il reprend peu à peu de sa masse musculaire, mais le mal est fait au niveau des tendons sans compter les problèmes intestinaux aussi encourus (diverticulites à répétition qui lui ont valu l'ablation de 45 cm de colon en 2016). Ce médicament cause plus de torts que de bienfaits selon moi.

Statine

J'ai un taux très élevé de mauvais cholestérol familial depuis plusieurs années et je ne voulais pas prendre de statine et ne faisait pas trop attention à mon alimentation. J'ai 61 ans et en janvier dernier, suite à des tests Ibi percentin et coronographie, on a vu que j'avais 3 artères de bouchées et une 4e probablement. J'ai subi un quadruple pontage, c'était bouché à 95 %! Maintenant je prend un nouveau médicament en injection cutanée qui est le Repatha. Mais je dois prendre des statine aussi, je n'ai pas le choix. Dans 1 mois je verrai si j'ai des douleurs musculaires et on verra. Je ne veux surtout pas que mes nouvelles artères se bouche. Je surveille mon alimentation et je m'en porte mieux! Dans mon cas, c'est sérieux surtout que j'ai des bosses sur le corps et c'est dû au cholestérol!

simfastatine ,lipanthyl,ezetrol

Je suis sportif depuis 16 ans je cours 3 fois par semaine et 3 séances de musculation par semaine,depuis que mon Doc ma donné de la statine je cours beaucoup moins j'ai très mal aux talons d'achille donc il ma donné a la place lipanthyl au couché j'ai les talons brûlant tellement brûlant que je ne sais pas comment mettre mes pieds et comme le cholestérol ne baisse pas il vient de me donner de l'ezetrol la je suis devenu très handicapé des jambes du coup j'ai tout jeter et je ne veux plus entendre parler du cholestérol et du poison qu'il donne pour le faire baisser du coup depuis quelques mois mon sport est descendu considérablement car avec les douleurs je ne pouvais plus en faire et maintenant ça fait 1 semaine que je prend plus ces poisons ça va mieux sauf une tendinite du talon droit du a cette M---- de médocs j'ai un cholestérol familiale j'ai une hygiène de vie propre ,beaucoup sport et beaucoup de légumes et très peu de viande pas de beurre un morceau de fromage de temps en temps alors le blabla du cholestérol je ne veut plus en entendre parler pour moi d’ailleurs mon doc ma donné une prise de sang a faire pour mesurer le taux dans 3 mois mais je ne le ferrai pas je suis maître de moi même tous simplement.