En manque de vitamine D?

iStockphoto.com

Le manque de vitamine D et ses effets sur la santé

Les Canadiens de plus de 50 ans manqueraient de vitamine D, championne de la santé des os parce qu’elle contribue à y fixer le calcium et le phosphore. Le soleil n’étant pas toujours au rendez-vous et notre alimentation, pas toujours adéquate, nous devons vraiment nous préoccuper de notre apport quotidien en vitamine D. C’est à tout le moins ce que soutient Santé Canada, qui suggère même à tout quinquagénaire de prendre des suppléments de vitamine D. La Société canadienne du cancer, plutôt prudente et conservatrice, en fait tout autant depuis l’an dernier. La Société canadienne d’ostéoporose, l’Association canadienne de dermatologie et le Groupe de travail de la Société canadienne de pédiatrie emboîtent le pas.

«C’est une recommandation encore peu connue, précise le pharmacien consultant Jean-Yves Dionne, spécialiste des produits naturels. C’est aussi la première fois que le Guide alimentaire canadien conseille un supplément à une portion de la population.»

Outre ses vertus en ce qui concerne les os, la vitamine D améliore la force musculaire, aide à prévenir plusieurs cancers et protège contre certaines maladies auto-immunes, croit-on de plus en plus. D’ailleurs, presque toutes les cellules du corps humain ont des récepteurs de vitamine D. «Des recherches lui attribuent un rôle protecteur contre la sclérose en plaques, le diabète et la schizophrénie, soutient Paul Boisvert, coordonnateur des activités éducatives de la chaire de recherche sur l’obésité de l’Université Laval et directeur des communications pour le Conseil canadien des aliments et de la nutrition. Et c’est sans compter son importance pour la santé du cerveau, du cœur, du pancréas et des intestins.»

Durant l’été 2008, les conclusions d’une étude américaine faite à Harvard sur 18000 hommes de 40 à 75 ans pendant 10 ans, soutenaient même que les hommes consommant suffisamment de vitamine D auraient deux fois moins de risques de subir une crise cardiaque. Le principal auteur de l’étude, Edward Giovannucci, recommande lui aussi de hausser l’apport quotidien. Un homme sur quatre dans son étude avait un taux insuffisant de vitamine D, situation typique des pays nordiques.



Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

En manque de vitamine D?

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires