Bouger pour prévenir le cancer

iStockphoto.com

Richard Chevalier, spécialiste en physiologie de l’exercice, vient de publier Pour prévenir le cancer, bougez!, un ouvrage qu’appuie la Fondation québécoise du cancer (FQC). «L’exercice est un outil pour mieux nous armer contre la maladie et l’auteur de cet ouvrage nous montre comment l’utiliser pour profiter de son effet protecteur», dit le Dr Michel Gélinas, cofondateur et président de le FQC.

Mais attention! L’exercice ne constitue pas une protection absolue, pas plus que ne le sont une bonne alimentation et le fait de ne pas fumer. Les grands sportifs Mario Lemieux, Saku Koivo et Lance Armstrong ont été atteints de cancer. «Étant plus en forme que la population en général, ils peuvent être traités plus agressivement et, souvent, ils s’en tirent bien, explique Richard Chevalier. Les études épidémiologiques ont toujours constaté qu’il y avait moins de cancers et moins de récidives chez les personnes physiquement actives.»

De combien l’exercice réduit-il le risque de cancer ? «L’une des grandes conclusions de toutes ces recherches est la relation dose/effet, répond l’auteur. Petite dose d’exercice pour un petit effet protecteur et grosse dose d’exercice pour un grand effet protecteur.» La recherche a également mis en évidence que c’est l’exercice de type aérobique qui fournit le plus grand effet protecteur. Il faut que le cœur «pompe»!



Pages :