Aide médicale à mourir: le point

Aide médicale à mourir: le point

iStockphoto.com

Au Québec

La Loi concernant les soins de fin de vie au Québec a été sanctionnée par l’Assemblée nationale du Québec le 10 juin 2014 et entrera en vigueur en décembre 2015. Faisant suite aux recommandations du rapport Mourir dans la dignité, la loi a pour but d'assurer des soins respectueux aux personnes en fin de vie, et de reconnaître que leur volonté prévaut lorsqu'elles sont exprimées clairement et librement afin de leur offrir un accompagnement adapté à leur situation, notamment pour prévenir et apaiser leurs souffrances. Elle comprend les soins palliatifs offerts aux personnes en fin de vie et l'aide médicale à mourir.    

Les soins palliatifs

Offerts dans les établissements de santé et de services sociaux, dans les maisons de soins palliatifs ou au domicile de la personne, les soins palliatifs ont pour but d'alléger les souffrances des personnes en fin de vie et sont adaptés aux besoins de chaque personne. En aucun cas, ils ne peuvent accélérer ou retarder la mort. Elle prévoit l'administration de médicaments qui la rendront inconsciente de façon continue jusqu'à son décès, à la condition que le consentement à ce soin ait été donné par écrit. 

L'aide médicale à mourir

L’aide médicale à mourir permet à une personne en fin de vie, si elle le demande, de recevoir des médicaments ou des substances qui provoqueront son décès lorsqu'elle éprouve des souffrances physiques et psychiques insupportables que les soins palliatifs ne parviennent pas à soulager. L’aide médicale à mourir est strictement encadrée et doit faire l'objet d'une requête libre et éclairée. Selon la loi, les conditions suivantes doivent être présentes:

  • Être  une personne assurée au sens de la Loi sur l'assurance maladie.
  • Être majeure et apte à consentir aux soins.
  • Être en fin de vie.
  • Être atteinte d'une maladie grave et incurable.
  • Être dans une situation médicale se caractérisant par un déclin avancé et irréversible de ses capacités.
  • Éprouver des souffrances physiques et psychiques constantes, insupportables et qui ne peuvent être apaisées dans des conditions qu'elle juge tolérables.

Un médecin n'est pas obligé d'administrer l'aide médicale à mourir et peut refuser en raison de ses convictions personnelles. Dans ce cas, il devra quand même respecter la volonté de la personne et aviser la direction de l'établissement où il pratique afin que cette dernière trouve un autre médecin qui pourra répondre à la demande du patient..



Pages :

6

Commentaires

Aide médicale à mourir

Certains médecins de nos jours n'accordent pas les mêmes soins à une personne âgée et privilégient la jeunesse. Mon inquiétude réside dans le fait que si je décide par convictions religieuses ou autres de ne pas demander qu'on "me suicide" (car c'est cela dans le fond on demande le suicide et ça se fait par personne interposée en l'occurence le Dr) est-ce que le Dr sera enclin à me donner les soins dont j'ai besoin ou se dira-t-il tout simplement "Elle n'a qu'à demander la mort" à l'âge qu'elle a. Certains médecins de nos jours ont l'empathie pas mal enfouie profondément, lorsqu'ils en ont. C'est intéressant, ça va vider les hôpitaux, faire de la place pour les plus jeunes et les personnes âgées se sentiront obligées de le faire parce qu'on les aura convaincues que leur place n'est plus sur terre et surtout avec tout ce qu'on entend à la télévision, la peur d'être maltraités dans certains Centres les incitera à le faire. Suis-je pessimiste?

aide médicale à mourir

entièrement d'accord.
atteinte de Parkinson, est ce une maladie qui pourrait me permettre l'aide médicale à mourir
si toutefois la maladie m'amenait dans un état végétatif....

mourrir dans la dignite

comme vous le dite si bien il y a des professionnel qui ne sont pas d"accord a vouloir faire le geste d"aide une personne a mourir c"est aisde a quelqu"un a se suiccide . par contre il devra y avoir des médecins qui sont d"accord alors il devra avoir une clinique ou hôpital pour les gens qui veulent de l"aide a mourir Mais attention qu"il n"y est pas des gens qui profite de la situation pour se debarasser de personne qu"ils trouvent trop emcombrant de s"occupe . On va dans des maison de soin pour personnes ages qui n"ont jamais de visite on les rencontre leur parle et qu"ils nous dise (quand vous arrive c"est un rayon de soleil ; c"est le plus beau cadeau que je recois ce moment la)

Aide médicale à mourir

Pour moi, j'aimerais bien obtenir de l'aide à mourir si je suis atteinte d'une maladie dégénérative (alzheimer ou autres) car j'ai aidé ma mère jusqu'à son décès au CHLSD car elle n'était pas bien soigné et le personnel n'avait pas toujours le temps pour son bain ou la changer de couches, de la sortir de sa chambre. Donc après cette triste expérience, JE NE VEUX PAS SUBIR LE MÊME SORT ET LES PROBLÈMES S'AGRAVENT AUX CHLSD. ET ON NOUS DIT QUE LE COÛT EST TRÈS ÉLEVÉ ET EN PLUS IL MANQUE DE PLACES. C'EST JUSTE ET LOGIQUE DE LAISSER LA PLACE À D'AUTRES.

aide médicale à mourrir

Je suis pour, absolument. J'ai vu souffrir mes deux parents, jusqu'à leur dernier souffle, des souffrances affreuses, ma mère cancer du sein, ensuite généralisé. Mon père fibrose pulmonaire. Je suis personnellement atteinte de cholangite sclérosante primitive et +++ et lorsque le moment sera venu, j'ai déja informé ma famille, que j'aimerais bénéficier de cet aide à mourir, je souffre et de penser que je souffrirai encore davantage.....Dans 5 ans, dans 10 ans, cette maladie est rare et méconnue. Alors bravo à ce projet de loi et je souhaite que les médecins comprennent que rendu à ce stade palliatif, qu'ils ne peuvent plus sauver/guérir la personne.......Merci beaucoup

MON ÉPOUSE EST TRÈS MALADE

Elle a seulement 60, a la maudite maladie d'Alzheimer, elle est à la dernière étape de la maladie, elle n' est plus avec nous autre, elle ne prend plus la fameuse pilule. Cela n'arrête pas, la maladie progresse, son testament est fait en conséquence et homologué. Cela me coute cher et au gouvernement (7,000) par mois. Lorsqu'on a fait notre testament dans un accord mutuel, on ne voulait pas être impotent car je vais au CHSLD pour la faire manger et les autre soins sont prodigués par leur service.