S'aimer chacun sous son toit

S'aimer chacun sous son toit

rawpixel via Unsplash

Il y a des couples pour qui il n'a jamais été question de vivre sous le même toit. Petit traité de l’amour à distance.

Madeleine et Dominique se jurent fidélité depuis bientôt 25 ans. Le couple ne s’est jamais querellé, voire même boudé, au cours de toutes ces années. Tout un exploit à une époque où séparations et divorces sont monnaie courante! Leur recette? Elle diffère totalement de celle des couples traditionnels: les deux tourtereaux vivent chacun de leur côté, Madeleine à Saint-Jovite, Dominique au cœur du plateau Mont-Royal.

Depuis leur coup de foudre dans une brasserie de Saint-Jovite, Madeleine et Dominique n’ont jamais cessé de se fréquenter, sans toutefois partager la même résidence. Ils se voient presque toutes les fins de semaine, quelquefois en semaine. En fait, ils acceptent de se côtoyer au quotidien seulement lorsqu’ils partent deux ou trois semaines en vacances pendant l’été.

Une formule un peu spéciale, direz-vous, mais qui fait drôlement leur affaire! «Quand j’ai fait la connaissance de Dominique, j’étais veuve, mère de 4 enfants (9, 14, 15 et 17 ans) encore aux études et j’enseignais dans une école primaire. Dominique, séparé, père d’un enfant, était policier à la Ville de Montréal. Aucun de nous ne voulait quitter son emploi et encore moins former une famille recomposée», raconte Madeleine qui n’a jamais regretté cet amour à deux adresses.

Relations en parallèle

Cette décision de ne pas mêler les deux familles vaut peut-être à ce couple d’être encore ensemble. C’est du moins ce que soutiennent les psychologues qui assistent, depuis l’éclatement des familles, à une progression constante du nombre de relations évoluant en parallèle. «La famille reconstituée s’avère une situation extrêmement difficile à vivre pour les deux conjoints. Et davantage pour les enfants ! D’où le fait que de plus en plus d’hommes et de femmes séparés optent pour une deuxième relation sans résidence commune. Je le constate régulièrement auprès de mes clients», soutient la psychologue Françoise Nicolas qui connaît justement très bien la musique, vivant elle-même ce type de relation depuis plus de 15 ans.

Elle reconnaît que d’avoir gardé sa famille (deux enfants) et celle de son conjoint (quatre enfants) chacune sous leur toit respectif a contribué au succès de sa deuxième vie de couple. «Même si nous ne vivons pas côte à côte, notre relation ressemble à celle des autres couples. On fait des activités ensemble les week-ends; les soirs de semaine, nous allons au théâtre, au cinéma, à différents spectacles. En plus de nous aimer, on est devenus les deux plus grands amis du monde…», relate la spécialiste convaincue des vertus de l’amour à distance.



Pages :