Vigilance 101

Vigilance 101

Cristian Newman via Unsplash

À l’échelle internationale, des millions d’aînés sont victimes de maltraitance. La Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées, le 15 juin, est l’occasion d’en savoir un peu plus sur ce phénomène, grâce à Marie Beaulieu, titulaire de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées.

On dit qu’il y a maltraitance quand un geste singulier ou répétitif, ou une absence d’action appropriée, intentionnelle ou non, se produit dans une relation de confiance et que cela cause du tort ou de la détresse chez une personne. La maltraitance peut prendre deux formes, explique Marie Beaulieu: la violence et la négligence. Celles-ci se répartissent en sept types: maltraitance financière; psychologique; physique; organisationnelle; sexuelle; violation des droits de la personne; et enfin, âgisme.

On ne connaît pas la prévalence de la maltraitance au Québec. Cependant, en extrapolant les données internationales, Mme Beaulieu estime qu’un aîné sur six vivant à domicile subirait de la maltraitance. «C’est beaucoup, ça veut dire près de 16 % des aînés!» souligne la spécialiste. 

Conséquences multiples

«La maltraitance peut entraîner des conséquences sur la santé physique et mentale, ainsi que des répercussions sociales. Pour quelqu’un qui a été maltraité, c’est un trauma. Des gens vont développer des problèmes de santé, connaître des états dépressifs, commencer à s’isoler, à douter de plus en plus des autres», explique Mme Beaulieu.

Cela dit, plusieurs indices peuvent nous mettre la puce à l’oreille pour détecter s’il y a maltraitance chez un proche. Le Plan d’action gouvernemental 2017-2022 pour contrer la maltraitance envers les aînés en énumère toute une série, dont la peur, le repli sur soi, le manque d’hygiène et l’infantilisation. Il faut évidemment les valider auprès de la personne concernée avant de sauter aux conclusions.

Contextes propices à la maltraitance

Comme la maltraitance se produit souvent dans une relation où devrait régner la confiance, de nombreux fraudeurs usent de stratégies pour se rapprocher des personnes visées. Ils vont ainsi tenter de prendre leur victime par les sentiments en se faisant passer pour leur petit-fils, une nouvelle relation amoureuse ou un ami dans le besoin. «Les dernières études tendent à démontrer que le plus important, c’est de regarder qui gravite autour de la personne âgée, parce que souvent, les prédateurs sont dans l’entourage», souligne Mme Beaulieu.

À l’aide!

Si on est victime ou témoin de maltraitance, on peut appeler:

• la Ligne Aide Abus Aînés: 1888 489-ABUS (2287);

• notre CLSC;

• un des CALACS (Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel);

• la police.

Info: maltraitancedesaines.com.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Vigilance 101

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires