Trop de cadeaux pour Noël?

iStockphoto.com

On souhaite insuffler de la magie dans la vie de nos petits-enfants et faire en sorte qu’ils se souviennent longtemps de leurs premiers Noëls… Faut-il pour autant aller au-devant de leurs moindres désirs?

Pourquoi tant de cadeaux à nos petits-enfants?

Pourquoi nous faut-il couvrir nos petits de cadeaux ou leur offrir ces trucs hors de prix que leurs parents ne peuvent ou ne veulent leur donner? Pour être aimé? Pour leur faire plaisir? Pour se racheter? Un peu tout cela.

On désire être unique pour nos petits-enfants, on veut qu’ils nous aiment comme on les aime. «On a beau savoir que l’amour n’a rien à voir avec l’argent ou la grosseur des présents, on a l’impression que la valeur de nos cadeaux témoigne de la force de notre amour», remarque Francine Ferland, grand-mère, professeure émérite à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, conférencière et auteure de plusieurs ouvrages sur le développement de l’enfant et la vie familiale, dont Grands-parents d’aujourd’hui, plaisirs et pièges (Éditions du CHU Sainte-Justine, 2003).

On les gâte donc sans retenue et sans se demander s’ils perçoivent vraiment cela comme un gage d’amour. En cherchant tant à leur plaire, il se peut qu’on veuille d’abord se complaire, bien égoïstement, de leurs éclats de joie. «On veut les voir heureux et être la cause de ce bonheur-là, sans même penser aux valeurs que cette surabondance véhicule», note la spécialiste. On leur transmet alors le message que cadeaux, argent et biens sont synonymes d’affection et qu’ils importent davantage que l’attention, que le geste d’offrir, que le bonheur d’être ensemble.

Il est possible que, en les comblant ainsi, on tente de se racheter des frustrations de sa propre enfance ou de compenser ce qu’on n’a pu offrir à ses enfants. Plus à l’aise financièrement, les grands-parents peuvent donner à leurs petits-enfants ce qu’ils ont dû refuser à leur progéniture. Et ils ne s’en privent pas. D’autant que, sans s’en rendre compte, certains sont poussés par la rivalité: en achetant ce que les autres grands-parents ne peuvent offrir, ils croient s’assurer la préférence!



Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Trop de cadeaux pour Noël?

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires