Quand les enfants annoncent une mauvaise nouvelle

Quand les enfants annoncent une mauvaise nouvelle

iStockphoto.com

Selon la croyance populaire, lorsqu’un bébé ne se rend pas à terme ou meurt à la naissance, les parents s’en remettent plus vite que s’ils avaient vécu avec l’enfant. Or, les recherches démontrent que les parents peuvent ressentir une grande perte à n’importe quel moment de la grossesse, et que leur chagrin peut être aussi intense que s’ils avaient vécu avec le petit. Pour les parents, un lien affectif s’établit bien avant la naissance du bébé. 

Pour l’entourage, c’est différent, l’attachement n’est pas encore créé. Il est donc difficile pour les proches de comprendre toute la peine ressentie par les parents, et surtout son intensité et sa durée. La peine est pourtant bel et bien réelle. Au cours des semaines qui suivent une telle perte, les parents traverseront immanquablement une période de deuil marquée par toute une gamme d’émotions. Les mêmes qu’à la mort d’un être cher. Leur deuil durera de quelques semaines à plusieurs mois. En général, plus le décès survient à un stade avancé de la grossesse, plus le deuil risque d’être long. Mais peu importe le stade de la grossesse, il est important de ne pas minimiser la douleur que cause la mort d’un bébé à naître. 

Ne soyez pas mal à l’aise de parler de cette perte avec votre fille. Au contraire. Les personnes endeuillées ont besoin de partager le drame qu’elles vivent. Écoutez votre enfant dire sa colère, sa tristesse, son amour pour son bébé perdu, sans la juger. Réconfortez-la aussi. Mais évitez les formulations du genre : «C’est pour le mieux, il n’aurait pas été normal», «T’es chanceuse, tu en as un autre» ou «Vous êtes jeunes, vous pouvez en avoir un autre.» Demandez-lui plutôt ce que vous pouvez faire pour l’aider à traverser cette épreuve. Soyez disponible et attentif à ses besoins. Laissez-lui le temps de faire son deuil. N’insistez pas pour qu’elle se débarrasse vite des objets destinés au bébé et qu’elle démonte sa chambre. Une bonne idée : suggérez-lui de se joindre à un groupe de soutien ou à des forums sur Internet pour parents endeuillés afin de partager son histoire avec des personnes qui comprennent sa douleur. 

Rien n’y fait? Après une telle perte, certaines mères se culpabilisent, se sentent responsables. Elles cherchent les erreurs qu’elles auraient pu commettre. Elles ont l’impression de ne pas avoir été à la hauteur. C’est pourquoi elles n’arrivent pas à faire leur deuil. Si c’est le cas, conseillez à votre fille de consulter un professionnel. Une fois la période de deuil passée, il ne faut surtout pas faire comme si le bébé n’avait jamais existé. Certaines personnes vont en effet tirer un trait sur l’événement afin de ne pas raviver la douleur des parents. Mais pour ces derniers, cet épisode fait partie de l’histoire de leur famille. Il a une place dans leur vie. Acceptez qu’il en soit ainsi. Acceptez aussi que votre fille puisse connaître de temps à autre des petits moments de tristesse, notamment à la date de décès de bébé. Si votre enfant veut en parler, écoutez-la simplement. 



Pages :