Perdre ses parents à l'âge adulte

Perdre ses parents à l'âge adulte

iStockphoto.com

On est toujours trop jeune pour devenir orphelin!

Lorsque son père est mort, Colette, 61 ans, a ressenti une profonde tristesse. Mais il lui restait sa mère. Quand celle-ci s’est éteinte, un an plus tard, elle fut anéantie. «Même si ma mère était malade, je pouvais la toucher, lui parler, la soigner. Je sais que c’est dans l’ordre des choses de voir mourir ses parents, particulièrement à l’âge adulte. Pourtant, je me suis sentie abandonnée. Ils me manquent terriblement.»

Jean-Luc, 66 ans, regrette aussi le départ de ses parents. «Le petit garçon en moi voudrait encore entendre son père raconter ses fameuses histoires de pêche et sa mère rire aux éclats. J’aimerais profiter encore de leur présence et de leur affection.»

De son côté, René, 54 ans, se sent coupable de ne pas avoir fait la paix avec son père. «Peu de temps après le décès de ma mère, je me suis disputé avec mon père. J’ai coupé les ponts. Maintenant qu’il n’est plus là, je me dis que j’aurais dû tenter un rapprochement. En fait, nous étions tous les deux trop orgueilleux pour le faire. Je le regrette.»

Chacun a sa propre histoire, ses propres souvenirs. Mais un fait demeure: nos parents sont irremplaçables, et ce, qu’importe l’âge ou la relation vécue avec eux. «Perdre ses parents, c’est perdre ses racines, soutient Josée Jacques, psychologue et auteure du livre Les saisons du deuil (Éditions Québecor). Ils sont la base de notre identité, nos piliers, les témoins de notre histoire. C’est un pan de notre vie qui disparaît avec eux. Et même s’ils étaient loin ou si la relation était parfois tumultueuse, ils représentaient une sécurité. Il était en effet rassurant de savoir qu’ils étaient là pour nous et qu’il était toujours possible de “rentrer à la maison”, même temporairement, si notre vie s’écroulait. Sans compter que leur mort nous fait prendre conscience de notre propre finalité. On réalise que la prochaine génération à disparaître sera la nôtre.» 



Pages :

3

Commentaires

je viens de perdre mon père et avant lui ma mère

vraiment je sens un vide irremplaçables,que j'ai perdu les vrais sentiments dans ma vie.

car l'amour parental est après l'amour de Dieu que Dieu les accueille dans sons vaste paradis .

J'ai perdue mon père,

Je sens un gros vide en dedans De moi.la vie est pas comme avant.

j'ai perdu mes parents

moi j'ai perdu ma mère à l'age de 11 ans et mon père est mort un an après ma mère. j'ai toujours ce chagrin