Je termine une amitié sans drame

Je termine une amitié sans drame

Ümit Bulut via Unsplash

Comme les relations amoureuses, les liens amicaux ont parfois une fin. Si certaines amitiés se terminent dans le conflit, d’autres ne causeront pas de drame en s’éteignant. 

Nous l’apprenons en vieillissant: au fil du temps, il est normal que les amitiés se transforment. Certains liens grandiront année après année. D’autres finiront par s’essouffler et nous perdrons lentement ce sentiment de complicité qui nous rapprochait auparavant. Il y a aussi les amitiés qui se déchirent à la suite d’une dispute, puis celles dont nous provoquons la mort par choix, mais en douceur, comme ça m’est arrivé l’an passé avec quelqu’un que j’aimais beaucoup.

Cela faisait quelque temps que je sentais que notre relation, autrefois si proche, s’était émoussée. Chaque fois que nous passions du temps ensemble, je sentais que je dérangeais, que je ne disais jamais la bonne chose, et que le respect qu’elle avait pour moi n’était pas ce que j’avais imaginé. J’ai aussi réalisé que je donnais beaucoup de moi à cette personne, qui avait souvent besoin de soutien à cause des frictions dans sa famille. De son côté, j’étais de plus en plus en bas de la liste. J’ai tenté d’avoir une discussion, mais j’ai frappé un mur d’indifférence. J’attribuais à notre amitié des qualités qu’elle n’avait plus. Je filtrais notre relation à travers les lunettes roses du passé, et elles avaient été fracassées sur une pierre très dure. 

J’ai donc décidé de mettre officiellement fin à notre amitié. J’ai cessé de texter cette personne et de lui donner des nouvelles. J’ai placé son compte Instagram en sourdine. Je l’ai retirée de mes listes privées sur Facebook. Sans grand étonnement, elle a aussi cessé ses communications avec moi. J’avais vu juste. Vous comprenez peut-être que je vous suggère de disparaître dans un nuage, sans avoir de comptes à rendre. Eh bien, oui!

Se donner le droit de juste s’en aller

Nous choisissons nos amis parce qu’ils nous font du bien et parce que nous avons des champs d’intérêt communs. Lorsque nous sommes plus jeunes, les amitiés flottent au gré des années scolaires, des déménagements et des groupes ou clubs auxquels nous appartenons. En vieillissant, les amitiés deviennent plus précieuses, car nous avons moins d’occasions de rencontrer de nouvelles personnes. Pas étonnant qu’il ne soit pas facile de rompre avec quelqu’un avec qui nous partageons un long bout de chemin. Mais la vie entraîne des changements. Les amitiés de longue date ne portent pas de cape enchantée qui les rend éternelles. Nous avons le droit de fermer le livre d’une relation sans nous sentir coupable. 

Se respecter

Certains amis sont avec nous simplement pour se nourrir de notre attention et de notre énergie, sans jamais nous rendre la pareille. En agissant encore et encore de la même façon avec nous, ils nous disent que nous ne sommes pas importants pour eux. Il faut comprendre ce qu’ils expriment par leurs gestes sans le dire à haute voix, et passer à autre chose. Nous méritons des amitiés qui nous nourrissent et qui nous font grandir. 

On se parle… ou pas

La base de toute relation saine commence par une discussion. Aborder la source du malaise de manière objective et calme pourra aider les amitiés en détresse, mais encore fortes. Toutefois, le non-dit est éloquent. Il n’est pas toujours nécessaire de faire une mise au point. Laisser simplement partir les sentiments amicaux comme un bateau de papier dans un ruisseau sera moins pénible pour nous. 

Pour trouver une finalité en soi et éviter de ressentir de la culpabilité, nous ferons la liste des raisons de cette rupture silencieuse. Cela nous donnera un peu de perspective et permettra d’avoir des réponses à offrir, si jamais la personne qu’on laisse derrière soi décide de communiquer avec nous. Soyons notre meilleur ami et choisissons-nous d’abord!

Mes nouveaux réflexes: 

- Je ne me laisse pas culpabiliser.

- J’affirme que j’ai droit à des amitiés enrichissantes. 

- Je romps en douceur et selon mes propres termes.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Je termine une amitié sans drame

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

1

Commentaires

Amitié

Votre texte m’a aidé à accepter la fin d’une amitié vieille de 25 ans.