Gérer les personnes envahissantes

Gérer les personnes envahissantes

iStockphoto.com

Qu’il s’agisse d’un ami qui s’obstine à nous donner des conseils qu’on ne demande pas, d’une mère qui appelle trois fois par jour ou qui arrive toujours à l’improviste, d’une belle-soeur qui se croit chez elle quand elle pousse notre porte ou d’un voisin qui rebondit dès qu’on met le nez dehors, on se retrouve tous confrontés, un jour ou l’autre, à un envahisseur.

Qui sont les envahisseurs?

On peut être flatté par sa présence et sa sollicitude. Au début, du moins. Mais après un certain temps, il finit par peser lourd. «Ceux qui s’imposent sont souvent des gens qui se sentent seuls, qui ont de la difficulté à être seuls ou qui sont dépendants, explique la psychologue Josée Jacques. Quant aux personnes qui éprouvent un perpétuel besoin de rendre service, elles cachent dans bien des cas une faible estime d’elles-mêmes et un grand besoin d’être aimées. Leur valorisation passe par leur rôle d’aidant. Bien entendu, elles ne sont pas malveillantes. Mais elles en font trop et deviennent vite envahissantes. Elles le font aussi en pensant répondre aux besoins de l’autre, alors que ce n’est pas nécessairement ce qui se passe.» 

Une chose est certaine, les envahisseurs ont des besoins relationnels différents de ceux qu’ils parasitent. Pour comprendre, il faut savoir que certains individus sont plutôt fusionnels et d’autres, plutôt individualistes. De par leur nature, ces derniers sont nettement plus sensibles à l’envahissement. Tout dépend également de l’intensité. Si votre beau-frère se pointe tous les jours et reste pendant des heures, il y a de fortes chances qu’à un certain moment vous ne le supportiez plus. Même chose à propos de la collègue qui s’arrête deux ou trois par jour devant la porte de votre bureau pour vous raconter sa vie et qui ne décolle pas. C’est de la démesure que naît la sensation d’envahissement. Mais quel que soit votre seuil de tolérance, on ne peut pas parler d’envahisseur sans parler de proie. 



Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Gérer les personnes envahissantes

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

3

Commentaires

mon grain de sel

Ça m'a fait du bien de lire ce texte; Je crois avoir une bonne intelligence relationnelle : les relations sont importantes pour moi. J'aime que les personnes avec qui j'entre en relation se sente bien, les écouter réellement. J'aime être sincère, mais ironiquement, j'ai conscience que la personne en face de moi a des émotions qui peuvent prendre le dessus sur son côté rationnel.

Et parfois, je choisis tout simplement mon cheval de bataille. Il n'est pas toujours évident de prioriser notre besoin de sincérité ainsi que notre de besoin de préserver une belle relation avec autrui.

Ainsi, dans mon cas, j'ai des relations très satisfaisantes avec les gens qui partagent le même point de vue que moi. On est tous polically correct ensemble, mais c'est ce qui fait qu'on s'apprécie et qu'on se soude j'ai l'impression. Par contre, dans mon cas, ça attire bien souvent des personnes toxiques et négatives, car je crois que j'essaie toujours un peu de contrôler mon langage non verbal; J'essaie de m'intéresser à quelqu'un réellement, la connaître malgré mes préjugés et ses différences, envoyer des signaux positifs pour ne pas nuire à son estime d'elle-même. J'espère faire de merveilleuses découvertes. Je suis qui, moi, pour faire sentir une personne inintéressante ?

Ainsi, certaines personnes deviennent si accaparantes qu'il faut imposer nos limites, même si ça fait mal. Car parfois, ça dégénère au point de nuire à notre santé mentale. Je suis dans la trentaine et jusqu'à présent, ce que je réalise, c'est que ça clique ou ça clique pas. Selon mon expérience, toutes les personnes à qui <<j'ai donné une chance>> selon différents contextes m'ont grugés temps, patience et énergie. Je n'ai fait aucune découverte du siècle, mais peut-être la vie me surprendra-elle un jour !

J'avais même déjà lu quelque part que ce que l'on détestais chez quelqu'un est quelque chose que nous détestons inconsciemment sur nous-même. Alors pour l'avoir testé, je crois maintenant que ce que je déteste chez quelqu'un (ex: pessimisme) est quelque chose qui m'envahis, à la limite qui me rend hypersensible. Et c'est mon super radar qui me dis: fuis cette personne, tu y perdras ta peau !

Et ainsi, je me sens mieux de me faire confiance, de m'écouter et de mettre mes limites en partant. Et également, d'être à l'écoute de mes sentiments lorsque je suis avec quelqu'un pour ne pas envahir sa bulle de mon côté.

mere âgée qui me culpabilise et m'envahit

Je suis.dans une situation précaire pour le moment, ma mere est perverse narcissique et à été placée provisoirement dans une maison par ce que elle c'est cassé la jambe, j'ai fait une tentative de suicide a cause d'elle, par ce que je refusait et refuse toujours d' être son aide soignante (elle est très difficile insupportable même) elle est rentrée à la maison la première fois amis suite a un déplacement du materiel elle a du être ré opérée j'ai du la supporte pendant 15 jours (je suis obligée de vivre avec elle je n'ai pas de revenu et de revenu du SPAS car pour eux comme je vis avec elle et qu'elle une pension j'ai besoin de rien, et se fait la demarche pour avoir un appart elle va pique une crise et me faire du chantage pour me dissuadé de ne pas le faire et c'est la que j'ai fais la tentative pour appelé au secours) le soucis c'est que a chaque fois la date de retour est reculée et elle veut rentrer (c'est legitime mais c'est moi qui hais encore en souffrir) elle ne lâche pas les baskets et veut absolument que je soit sa garde malade et aide soignante, choses que je suis imcapable de faire avec elle puisque perverse et que je ne peut plus la supporter puis je ne suis pas qualifiée pour ce genre de soins (elle veut que le la lange aussi et puis quoi encore, sans parler de sa tentative de corruption pour m'obliger a etre son aide soignante (elle me donne une somme d'argent fixe pour que je reste et que je la soigne et ma santé mentale elle va où??, si en 15 jour ou sa perversion a empiré j'ai fai une tentative de suicide ca va être quoi si elle vit jusqu'à 90 ans (et elle vient d'en avoir 78 seulement :-!)-je suis épuisée de tous surtout que ça fait depuis janvier que ça dure, mois de la chute initial :-[ je voudrais vivre moi pas devoir rester attachée a une mère devenue ingérable et perverse et handicapée de plus est, je sais que c'est ma mère mais y a un moment ou il faut que l'oiseau quitte le nid et fasse sa vie je ne vais pas l'abandonner mais je voudrait juste enfin pouvoir vivre ma vie et ne plus être prisonnière d'elle

L'importance de gérer les personnes envahissantes

J'ai vécu une situation ou j'étais continuellement dérangée par une personne qui me racontait continuellement ce qui s'était passé de sa journée au travail qu'elle n'avait pas apprécié.
Je me suis vite sauvée de cet envahissant. J'ai simplement coupé les liens car il me gaspillait énormément d'énergie et j'ai réalisé que ma santé pourrait en souffrir. J'ai donc convenue de ne plus répondre à ses appels sur internet et au téléphone. Depuis, je me sens beaucoup mieux. J'ai réalisé combien il était important de se respecter et de prendre soin de moi.