Comment vous faire écouter

iStockphoto.com

«M’écoutes-tu?... As-tu compris ce que je te dis?» Combien de fois avez-vous été obligée de dire ça à un interlocuteur pour réclamer son attention? Pas étonnant, l’art d’écouter se perd. «Les mots, on les entend avec nos oreilles, reconnaît la psychologue Jocelyne Bounader. Mais ce n’est pas parce qu’on prête l’oreille qu’on écoute bien et qu’on comprend ce que l’autre exprime. Dans le tourbillon de la vie moderne, il est en effet de plus en plus difficile de s’arrêter pour offrir une oreille attentive. On écoute à moitié, on prépare notre réponse avant que l’autre ait fini de parler, on s’active pendant qu’on nous parle ou, trop pressé, on coupe la parole. Le langage corporel donne également un feedback sur la qualité d’écoute. Plus souvent qu’autrement, quand une personne lance: “Tu ne m’écoutes pas”, elle veut dire à l’autre que c’est ce qu’indiquent son regard, l’expression de son visage ou sa posture. Quand notre interlocuteur nous regarde dans les yeux, hoche la tête, dit oui ou non de temps à autre, on se sent écouté; alors que l’absence de signaux corporels laisse croire le contraire. Or, il n’y a rien de plus frustrant que de ne pas être écouté, puisque c’est quand on l’est qu’on se sent exister.» 

Reste que l’art de la communication n’est pas donné à tous. Certaines personnes ont effectivement beaucoup de mal à le pratiquer. «Si on a été un enfant pas écouté, mal écouté ou pas entendu, on aura énormément de difficulté à échanger, confie le psychologue Pierre Faubert. D’autres éléments peuvent aussi brouiller les communications. Les bruits environnants, par exemple, créent des interférences qui empêchent de bien saisir ce que l’autre dit. Or, on vit dans un environnement de plus en plus bruyant, qu’on pense seulement à la sonnerie des cellulaires dans les endroits publics. Un truc simple pour développer cette conscience des bruits: se retirer régulièrement dans un lieu tranquille, ne serait-ce que cinq minutes, pour se mettre en état de silence et d’écoute de soi. Il sera ensuite plus facile de faire abstraction des bruits et d’écouter les autres.» 

Selon Pierre Faubert, l’écoute est une forme de créativité: on crée un lien, une relation. Mais pour créer, il faut être présent. «La bonne communication est dans la présence consciente et totale à l’autre, soutient-il. Malheureusement, on est tellement robotisé dans nos habitudes quotidiennes que, quand quelqu’un nous parle, on le regarde en disant: “As-tu dit quelque chose?” Or, l’écoute active requiert beaucoup d’énergie et de concentration. C’est pourquoi on n’y arrive que si on est bien disposé physiquement et mentalement. Si on est fatigué, malade ou angoissé, notre qualité d’écoute en sera nécessairement affectée. Mieux vaut dire à quelqu’un qui réclame une bonne oreille: “Je suis vraiment fatigué. Je ne peux pas bien t’écouter présentement. Ce que tu as à me dire est important pour moi et je n’ai pas envie de faire semblant. Est-ce qu’on pourrait reprendre la conversation plus tard?” C’est là un signe de respect.» Mais pour se faire écouter et comprendre des autres, il faut également savoir capter l’attention. À cet effet, rappelez-vous les quatre C d’une bonne communication: concision, clarté, cohérence et confiance. 



Pages :

6

Commentaires

Mon mari

Mon mari ne m'écoute pas, je lui parle ou discute de choses que je ressens et il poursuit la conversation du moment, pas d'échange de sa part. Je peux lui parler et arrêter et il ne demande pas la suite. Je trouve cela triste. Et cela me rend triste.
Je me sens seule.
Pourquoi il fait semblant de m'écouter, car je pourrais parler à un mur je crois que cela serait =.
Il est bon pour tout le reste...
Mais l'écoute la vraie, pas sûr.
Pourquoi?

comment vous faire écouter

A mon avis pour se faire entendre correctement il faut bien fixer la personne a qui on veut parler et lui dire très sincèrement et gentiment que vous souhaiteriez être écouté car votre seul objectif c'est d'arriver à une entente. ensuite ne vous mettez pas à parler toute suite même s'il vous semble que l'autre est prêt à vous écouter! Attendez qu'il vous dise (par exemple allez-y) je vous dis cela par expérience! Cela va refléter la qualifier de ce qui va suivre après... bon courage.

Femmes et travail

Dans le monde du travail, la gente féminine évite de communiquer avec moi: jalousie, concurrence dans la vie... Comment avoir du poids?

Couper la parole: un don héréditaire.

Ma belle-mère ramène tout à elle: d'abord elle vous pose une question qui ne concerne que vous...il n'y a que vous qui pouvez y répondre. Exemple tout bête: comment s'est passé la visite chez untel aujourd'hui? On voit un début d'élan d'empathie mais ERREUR à peine vous finissez la phrase ("eh bien aujourd'hui, untel a dit qu'il fallait faire ca et...") elle enchaîne tout de suite avec un "Ah mais moi je connais quelqu'un qui ... parce que moi je ...etc etc. ". Donc je l'écoute d'une oreille (pas très attentive certes, mais ca elle s'en fiche donc ce n'est pas très grave.
Son fils, mon mari, fait la même chose mais en plus grave parce que là c'est mon mari. ET nous sommes supposés avoir une relation plus que cordiale pour finir nos jours heureux et ensemble. ALORS Monsieur prend très rarement la parole quand nous sommes deux, ET quand je commence une phrase, il l'a terminé aussi tôt pour y mettre fin. Exemple: "Je pense que notre fille pourrait attraper la varicelle un peu plus tôt que prévu parce que..." ET lui: "bah pourquoi? On ne la sort jamais. ET puis c'est dans les crèches où ils attrapent ça hein". Ok. Sur le point de donner mon avis, il me donne le sien à la place. La discussion en finit là ET c'est bien dommage. Il n'y a aucun échange. Je commence, il finit. Point final.

le mien ne m'écoute pas non plus

Bonjour, je partage un peu le même vécu que Kathy. Mon mari opte pour différentes attitudes toutes aussi agaçantes les unes les autres. Le mien est du genre "article de magazine" donc si ce que je dis est de l'info, il écoute, si en revanche je commence à RACONTER un début d'histoire, systématiquement un warning doit s'afficher dans sa tête, et il me coupe tout de suite la parole : il me pose une question ultra importante pour lui à ce moment-là, hors sujet évidemment ("tu as payé l'horodateur?") me passe devant pour attraper un truc ("attends, pardon stp") ce qui lui permet de couper le contact visuel, ou bien interpelle notre fils qui va se faire une tache ou n'a pas bien mis sa chaussette. En plus du fait qu'il trouve cette stratégie peu subtile pour me décourager de prolonger trop mon anecdote et me montre si peu d'intérêt, le fait de faire passer avant ma parole des trucs si insignifiants me renforcent l'idée que je n'existe pas à ses yeux. Il me dit que je ne sais pas résumer, que je pars dans de grands discours et digressions décourageantes, mais j'ai bcp changé ma façon de communiquer pour capter son attention, et ça n'a rien changé. Mis à part cela, la moitié du temps bien entendu il regarde ailleurs quand je lui parle et ne retient pas le quart de ce que je lui dis, j'en suis réduite à ne lui parler que de choses inintéressantes du genre "il faut ranger l'appart" ou "j'ai un RDV tard demain, tu peux aller chercher le loulou?". Comme toi Kathy, je trouve ça très dommage et pauvre comme relation, je n'aurais pas voulu non plus de grandes conversations à bâtons rompus tous les soirs, mais de temps en temps un peu de consistance nous rappelle pourquoi on est ensemble. Et... j'ai la même belle-mère que toi! Elle ne pose des questions que pour pouvoir caser son anecdote, elle se sent seule donc je suis un déversoir à paroles. Je l'aime bcp, mais je vois de qui tient mon mari car elle a les mêmes stratégies d'évitement de communication, bonjour les week-ends avec eux deux! J'arrête là, je ne voudrais pas vous perdre, vous aussi! ;-)

pour le cadeau avec l'abonnement

j.étais supposé avavoir une montre podometre gratuit et je ne l'ai toujours pas recu pourquoi c'était bien écris gratuit ave l'abonnement
merci en attendant votre réponse