Comment apprivoiser la solitude?

Comment apprivoiser la solitude?

BBH Singapore via Unsplash

Pas facile de trouver nos repères en pleine pandémie mondiale. La situation sans précédent nous oblige à apprendre à vivre avec la solitude.

«La solitude c’est pas dangereux, c’est nécessaire! Ça peut être positif comme négatif, ça réfère seulement au fait d’être seul. Ce n’est pas négatif si on passe un après-midi tranquille à lire, par exemple», rappelle Catherine Gareau-Blanchard, conseillère principale et formatrice à l’Association canadienne pour la santé mentale. 

Ce changement de perspective est un des outils que propose la formatrice pour lutter contre cette idée que la solitude est toujours une tare. «On pense beaucoup aux choses qu’on ne peut plus faire. Je peux passer la journée à me dire que je ne peux pas aller voir mes amis, que je ne peux pas aller au bureau, mais je peux faire le choix de me dire que c’est le moment pour recommencer la peinture, le piano ou le yoga!»

 

Un article qui pourrait vous intéresser -> 7 gestes pour reprendre le contrôle


Le but n’est évidemment pas de se sentir coupable si on ne remplit pas notre agenda, mais plutôt de mettre à l’horaire des activités qui nous plaisent et qu’on a toujours pris plaisir à faire seul. 

«Les retraités sont souvent plus occupés que les gens au travail», assure la conseillère principale. Oui, c’est agréable de garder nos petits-enfants, de jouer aux cartes ou d’aller faire notre jogging avec le club de course, mais du temps s’est libéré à l’horaire et c’est normal d’avoir envie de l’occuper d’une manière ou d’une autre. «Ça peut être le moment de faire autant des choses agréables que des choses qu'on reporte depuis longtemps. C’est une belle occasion de classer nos papiers, nos vieilles photos, de jeter nos vieux impôts, d’encadrer de jolis dessins, etc.»

 

Un article qui pourrait vous intéresser -> COVID-19: des ressources pour nous aider


Isolement social vs. isolement physique

Si on pratique actuellement l’isolement physique, il est possible de lutter contre l’isolement social en restant en communications avec notre entourage grâce aux technologies. Si on n’a pas de réseau personnel, le réseau formel peut nous aider à passer au travers cette période solitaire. «La circuit formel ça aide! Si ça nous inquiète d’appeler nos proches, on peut appeler une ligne d’écoute, on sait qu’on ne dérange pas. La personne au bout du fil a choisi de faire ça, il faut faire confiance que ça ne la dérangera pas, souligne Catherine Gareau-Blanchard. Ça aide certaines personnes à passer par dessus la barrière de la gêne.»

 



5

Commentaires

Suggestions

Pourquoi ne pas mettre en place un endroit virtuel pour bavarder entre aînés?

Réponse à Diane

Bonjour Diane! Nous avons un groupe Facebook où il est possible de discuter entre aînés! https://www.facebook.com/groups/354224148564513/?source_id=185577518211915Merci!

Réponse à Diane

Bonjour Diane! Nous avons un groupe Facebook où il est possible de discuter entre aînés! https://www.facebook.com/groups/354224148564513/?source_id=185577518211915Merci!

C'est bien beau le

C'est bien beau le confinement de quelques jours. Après ces nombreuses semaines de confinements ça devient long et dure, Parfois je me dis que pourtant c'est aujourd'hui qu'il faut vivre car demain je ne sais pas ???
Je suis veuf et seul à la maison et j'ai besoin de voir des gens. Retraité depuis cinq ans et impliqué dans la société et maintenant je ne peut rien. Je me dis aussi pourquoi vivre plus longtemps? mes passe-temps ne sont plus là. Et probablement ces actions sont là pour longtemps. Je parlais avec une personne la semaine dernière et drôlement elle pense comme moi et en plus elle me disait qu'elle ne sais pas si elle va être capable de passer au travers de cette crise. Il n'y a plus d'avenir ni de projets à faire.

Réponse à Richard

Bonjour Richard! Nous entendons votre désarroi. Si vous voulez parler de ce que le confinement vous fait vivre, vous pouvez communiquer avec Tel-Aide (514-935-1101), et si vous vivez de la détresse ou des idées noires nous vous suggérons fortement de communiquer avec Suicide Action Montréal (1-866-APPELLE).