Cinq gestes pour surmonter le deuil de ses parents

iStockphoto.com

Normalement, le processus de deuil s’échelonne sur 9 à 12 mois. Durant cette période, vous vivrez de nombreuses émotions, notamment lors des «premières fois»: les premiers anniversaires de papa et maman, votre premier anniversaire sans leur coup de fil, le premier Noël et… tous les autres premiers événements liés à eux! Ces moments raviveront l’absence. Acceptez qu’il en soit ainsi et considérez les quelques gestes qui suivent. Ils vous aideront peut-être à faciliter votre deuil et à vous apaiser. 

Acceptez les rites funéraires 

Se réunir dans une salle où se trouve le corps (ou les cendres) du défunt facilite le processus de deuil. Les rites funéraires aident à prendre conscience de la perte, favorisent l’expression des émotions et permettent de recevoir les témoignages d’amour et de soutien des proches. «C’est bénéfique de voir que nos parents étaient aimés et d’évoquer des souvenirs avec ceux qui les ont connus», assure Josée Jacques. 

Demandez-vous comment vos parents voudraient que vous viviez leur décès

Ils ne voudraient sûrement pas vous voir dévasté, déprimé ou affreusement coupable jusqu’à la fin de vos jours d’avoir fait ou de ne pas avoir fait telle chose. Au contraire, ils vous diraient certainement de profiter de la vie et de faire la paix avec vous-même et de vous pardonner, s’il y a lieu. 

Perpétuez leur mémoire

À la mort de sa mère, Colette a décidé de faire sienne la tasse préférée de sa mère. «C’est ma façon de me souvenir d’elle au quotidien et de la garder près de moi», confie-t-elle. D’autres, comme Mireille, choisissent d’écrire un journal. «Je le fais quotidiennement en pensant à eux, dit-elle. Je les appelais tous les jours. Ainsi, j’ai l’impression de continuer la tradition.» D’autres encore vont porter un bijou du parent décédé. Bref, les rituels qui viennent du coeur sont apaisants et guérisseurs. Ils touchent l’âme. À vous de trouver celui ou ceux qui vous font du bien. 

Redonnez un sens à votre vie

«Après le décès du dernier parent, on se pose inévitablement certaines questions, déclare Josée Jacques. Plusieurs personnes vont réévaluer leurs choix et leurs priorités. Souvent, ce qu’elles considèrent comme essentiel dans leur existence peut changer. Elles donnent une nouvelle direction à leur vie.» Bref, c’est le temps ou jamais de penser à vous et de réaliser vos rêves. 

Allez vers les autres

Après vous être beaucoup investi auprès de vos parents, pas question de vous laisser glisser dans la solitude. Étoffez votre réseau social et soyez actif.

Vous aimerez aussi:
Perdre ses parents est un profond bouleversement, même à l’âge adulte et même si on sait très bien qu'ils nous quitteront un jour. Pourquoi est-ce si douloureux?
Voici quelques ressources pour vous aider à surmonter le deuil et la perte d'un être cher.
Nos relations avec nos frères et sœurs nous façonnent, nous portent ou nous étouffent. Des relations à la vie à la mort?


4

Commentaires

L'absence de maman

Je suis entrain d 'Écrire un livre sur les Bénéficiaires qui je l'espère pourras faire en sorte de sortir l 'isolement des personnes âgées en perte d'autonomie.Je vit un expérience face a ma mère depuis quelques années .J'ai vécus une approche que moi seul pourras garder au plus profond de mon cœur .Je suis la quinzièmes de la famille après 7 garçons en ligne .Donc je suis le bébé de la famille et je me suis occupé de maman pendant 22 ans. Aujourd'hui ma propre famille on fait en sorte de sortir maman de moi .Mais je sais quel est toujours avec moi. Nous sommes une famille qui a vécus sur le PLATEAU MONT-ROYAL et notre histoire ne fait que commencer. Merci de me lire et de faire suivre .

l absence de maman

j1ai fait de meme durant sept ans et il m1en reste de beaux souvenirs.

Merci

Merci d'avoir partagé ces cinq gestes pour surmonter le deuil de ses parents. La mort est toujours difficile. J'aime bien votre suggestion d'accepter les rites funéraires. À mon avis, planifier les funérailles peut être utile quand on veut surmonter le deuil. Planifier les funérailles est une bonne façon d'honorer et de se souvenir de votre être cher décédé.

Sans soutien

J'ai fait tout ce qui est ecrit dans cet article, a part le soutien car je n'en ai jamais eu de la part de ma famille paternelle et maternelle, les freres et soeurs absents profitant simplement de l'héritage (je suis la plus jeune et de plus mes freres et soeurs ne sont que des demis, ni le meme pere ni la meme mere, en gros je suis fille unique). J'aurai 30 ans bientôt, je suis la plus jeune de la fratrie mes freres et soeurs ont tous entre 35 et 55 ans. Mon pere est mort en 1992. Mon bea- pere en 2007 et ma mere en 2009. Il ne me reste qu'un grand-pere mais qui depuis des années ne se souvient pas de moi. Je ne fais que survivre psychologiquement, je suis épuisée et vidée, mes larmes coulent toutes seules, je ne ferai jamais le deuil de mes parents, ils me manquent à un point où un poignard me planterait le coeur ce serait la meme douleur. J'appelle ma mere et mon beau-pere sans arret, je me mets en colere en voyant leur photo tellement leur mort m'a détruite, je fais bonne figure devant mes enfants et l'exterieur mais j'ai changé, je n'ai comme plus d'âme, je suis éteinte. Même mon mari ne me comprend plus. Je me suis mariée en juillet dernier, nous n' étions que 4 personnes a mon mariage. Je n'ai plus le gout, je m'en fiche...