Amour: je change de modèle!

James Hose Jr via Unsplash

Nos partenaires se suivent et se ressemblent? Voici comment nous libérer de ces patterns amoureux s’ils ne nous rendent pas heureux. 

Quand on se donne la peine d’examiner les liens amoureux qu’on a tissés au fil des ans, on constate parfois que nos partenaires sont calqué(e)s sur un modèle identique et qu’on reproduit le même type de relation de l’un(e) à l’autre. Or, ces histoires d’amour ne correspondent peut-être pas à nos envies profondes, et peuvent même s’avérer toxiques. «Pendant des années, j’étais invariablement attiré par des femmes qui vivaient dans une grande détresse psychologique, financière ou autre, raconte Stéphane, 56 ans. Je devenais chaque fois le valeureux chevalier se portant à la rescousse de sa belle, en essayant de l’aider à traverser une période difficile ou de la tirer d’un mauvais pas. Mais au bout du compte, notre relation finissait par échouer.» 

Pas la faute à Cupidon

Pourquoi sommes-nous portés à répéter les mêmes erreurs? Selon Bénédicte Ann, coach de l’amour et auteure de plusieurs livres sur le sujet, c’est parce que nous cherchons à guérir des blessures ou régler des problèmes non résolus du passé: «On a tendance à choisir des partenaires qui nous font vivre, à travers leurs comportements, les mêmes ressentis que dans l’enfance, comme la frustration, l’impuissance devant un parent trop envahissant, l’impression de ne pas avoir sa place ou de ne pas être à la hauteur.» Petit, on fait tout pour être aimé des personnes responsables de notre survie, c’est-à-dire nos parents, mais aussi de celles avec lesquelles on a entretenu de solides liens relationnels ou émotifs, comme une grand-mère ou un frère aîné, observe Marie-Josée Dubé, sexologue et psychothérapeute. «C’est donc normal qu’elles soient en général à l’origine de nos patterns.» Par exemple, si notre mère n’endurait pas nos élans de colère, on s’efforcera, de manière inconsciente, de dissimuler ou de nier le côté ombrageux de notre personnalité. 

Par la suite, on essaiera de créer une relation amoureuse avec un partenaire qui nous permettra d’exprimer notre véritable nature. Mais si on n’y parvient pas, on répétera inlassablement le même scénario. «Pour aider à comprendre, imaginons qu’on soit acteur au théâtre et qu’on rate toujours la même scène, poursuit Marie-Josée Dubé. La vie nous la fera jouer et rejouer jusqu’à ce qu’on parvienne à réciter le texte, pour qu’enfin le rideau puisse tomber et qu’on passe à l’acte suivant.»

Le nœud de l’affaire

Si on veut laisser tomber les relations déjà-vu, on doit d’abord admettre qu’on a participé à leur configuration. Après tout, «cela se joue à deux», rappelle Bénédicte Ann. Quand on semble attiré par le même type de partenaire, avec une caractéristique qui nous séduit d’abord, mais nous met les nerfs en pelote par la suite, on a intérêt à ajuster nos lunettes roses et à comprendre nos besoins réels. «Si, par exemple, on a été privé d’affection durant notre enfance, une partie de nous recherchera ou boycottera ce sentiment», explique Marie-Josée Dubé. 

Autrement dit, on reprochera à l’autre sa froideur ou, au contraire, on lui en voudra d’être aux petits oignons avec nous. «On le blâmera, sans parvenir à reconnaître ce besoin qui sommeille en nous», poursuit la sexologue. Sans compter que notre partenaire peut aussi avoir ses propres bibittes, ce qui fait qu’on réactive ensemble, encore et encore, les mêmes blessures. Et qu’on reste pris dans un nœud.  

Guérir pour le mieux

Si la relation est capable d’éveiller d’anciennes blessures, elle peut néanmoins contribuer à les panser. «C’est ce qui se produit dans le cas des transferts positifs entre partenaires, quand l’un vient apaiser et prendre soin de la blessure de l’autre par sa réponse, plutôt que de la réactiver», décrit Marie-Josée Dubé. Mais que faire si les protagonistes n’ont pas conscience de ce qui se trame et se retrouvent dans le ring? Comme dans le cas de Stéphane, que le désir d’impressionner son père infidèle poussait à essayer de jouer le bon gars auprès de ses blondes. «Comme si je devais leur prouver que j’étais tout le contraire de mon père. Mes copines, quant à elles, ayant presque toutes connu une enfance sous le signe de l’abus ou de l’agressivité, en venaient à me reprocher mon côté trop gentil. Je leur en voulais à mon tour de ne pas comprendre mes intentions. Ça ne finissait plus!»

L’observation de son couple et des discussions franches deviennent primordiales si on veut aller au fond des choses. On peut aussi chercher du soutien extérieur, par le biais de livres traitant du sujet, d’ateliers ou de thérapies. L’important en tout temps est de faire équipe, assure la psychothérapeute. «L’objectif est de ne plus fonctionner en mode protection, mais plutôt de s’ouvrir à l’autre, afin d’arriver à conscientiser cette danse et se sortir du modèle. Ainsi, en thérapie de couple, j’encourage chacun des partenaires à explorer et à prendre conscience des blessures que les agissements et les propos de l’autre viennent raviver.» 

En reconnaissant les manques ou les peines que l’on porte en soi, on devient plus apte à communiquer nos besoins et attentes à l’autre, ajoute-t-elle, permettant ainsi à celui-ci de devenir un acteur de changement positif: «En constatant les efforts de l’autre, on se sent reçu. On comprend que notre partenaire ne nous aime pas moins, mais veut plutôt, au contraire, contribuer à notre mieux-être. On parvient ainsi à dépasser nos blessures et, ensemble, à évoluer vers une complicité et une connexion plus grandes.»

Se quitter pour avancer

Si une relation peut guérir nos blessures et favoriser notre épanouissement, il arrive également qu’on soit obligé de déclarer forfait. «Tout dépend de la manière dont on essaie de réparer la relation, confirme Marie-Josée Dubé. Si les partenaires ne sont pas réceptifs, qu’ils grattent les bobos de l’autre sans qu’on parvienne à trouver un terrain d’entente, ou si l’un des deux n’arrive pas à faire respecter ses besoins, la rupture pourrait alors s’avérer nécessaire. Et même, dans certains cas, servir à nous faire avancer.» 

La psychothérapeute ajoute toutefois qu’avant de lancer la serviette, il faut s’interroger: «Ai-je exprimé mes besoins avec clarté? Exploré toutes les avenues de guérison possibles? Travaillé suffisamment sur moi, sur notre relation? Cherché à comprendre l’autre? Trouvé de l’aide extérieure ou des renseignements à ce sujet?» Si on répond par l’affirmative à toutes ces questions et que, malgré nos efforts, rien n’aboutit, alors oui, mieux vaut tirer sa révérence. «On le fait pour respecter nos besoins et pour nous permettre de grandir.» 

Fil conducteur

Si on est célibataire, même en se sachant attiré par un type de partenaire, on risque de répéter des erreurs semblables d’une relation à l’autre. Pour empêcher que cela ne se produise, mieux vaut se fier à notre sens de l’observation plutôt qu’à notre cœur. Surtout lors de la période lune de miel, où tout est beau et merveilleux, met en garde Marie-Josée Dubé: «Au moment où une situation donnée vient éveiller une blessure enfouie, la partie émotive du cerveau entre en jeu, et non celle qui raisonne.» D’où l’importance d’accorder une attention particulière aux réactions et aux émotions qu’elle suscite. Ces symptômes nous font dire: «Oh! Oh! Là, il se passe en moi quelque chose de connu.» Il s’agit ensuite d’utiliser ces symptômes pour mieux définir nos souffrances et trouver des façons de les apaiser. Comme Stéphane l’a fait: «J’ai fini par comprendre que mon besoin d’épater à la fois mon père et mes copines occupait toute la place. J’ai alors pu me concentrer sur mes besoins réels, et j’ai trouvé une personne avec qui je peux enfin m’épanouir pleinement.» 

En nommant avec franchise ce qu’on vit, on parvient à laisser tomber nos comportements habituels, conclut la psychothérapeute. «Ainsi, au lieu de prendre la fuite, de s’emmurer dans le silence ou d’accuser l’autre, par exemple, on adopte des façons d’agir qui répondent à nos besoins profonds.» Ce qui nous permet de détricoter enfin le modèle pour réussir à jouir d’une relation amoureuse enrichissante... et tricotée serré. 

Pour plus d’infos: Centre multiprofessionnel montérégien à sexologuerivesud.com, ou les livres Le prochain, c’est le bon! et C’est décidé, j’arrête d’être célib!, de Bénédicte Ann (Albin Michel). 

À retenir

On vient de faire une rencontre? Ces quatre réflexes proposés par Bénédicte Ann devraient nous permettre d’éviter les pannes de mémoire et les scénarios amoureux qui se répètent:

1 On se souvient que la décision de s’engager dans une relation nous revient: on est responsable de notre casting amoureux (ce n’est pas la faute de l’autre si…).

2 On demeure attentif aux éléments — toujours les mêmes! – qui finissent par nous tomber sur les nerfs. Il faut se l’avouer quand une de ses attitudes ne correspond pas à nos valeurs, comme la façon désagréable dont il s’adresse à ses enfants ou sa manie de trop faire la fête. 

3 L’autre est avare comme notre père l’était ou fait preuve d’égocentrisme comme notre mère? Prudence…

4 On n’oublie surtout pas de faire respecter nos besoins.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Amour: je change de modèle!

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

1

Commentaires

Amour: je change de modèle

Très intéressant