Surveillez vos grains de beauté

D’un grain de beauté à l’autre

iStockphoto.com

Qui n’a pas déjà rêvé d’afficher sur le visage un grain de beauté identique à celui de Madonna ou de Cindy Crawford? Malheureusement, les grains de beauté ne sont pas tous aussi mignons ni aussi stratégiquement situés. Certains peuvent même se métamorphoser en mélanome malin. Mais comment différencier celui-ci du simple grain de beauté? Quelles personnes risquent d’avoir ce type de cancer? Peut-on le prévenir?

D’un grain de beauté à l’autre

Les grains de beauté sont formés de cellules pigmentaires (les mélanocytes) qui s’agglutinent les uns aux autres. On les reconnaît à leur forme ronde ou ovale, leur contour bien net, leur couleur uniforme allant du brun clair au noir et leur diamètre le plus souvent inférieur à 6 mm (¼ po). Ils sont plats ou légèrement surélevés, et gardent leur taille, leur forme ou leur couleur durant des années.

Certains grains de beauté sont présents à la naissance: ils portent alors le nom de naevus pigmentaires congénitaux. D’autres apparaissent progressivement au cours de la vie, en général avant l’âge de 20 ans, sur les parties du corps les plus exposées aux UV. Ne l’oublions pas: les mélanocytes fonctionnent à plein régime sous le soleil. Un de nos géniteurs a beaucoup de grains de beauté? Nous en aurons beaucoup nous aussi. Car leur nombre est souvent lié à l’hérédité.

Qu’on les aime ou non, nos grains de beauté sont généralement là pour de bon. Car les médecins sont de plus en plus réticents à enlever un naevus normal, entre autres parce que l’excision laisse souvent une cicatrice moins belle que le grain de beauté lui-même. Bref, ils le retireront uniquement s’il est inesthétique ou mal situé. C’est le cas, par exemple, du grain de beauté sur lequel frottent les bretelles du soutien-gorge, la ceinture ou les lunettes, et qui risque d’être blessé ou arraché par inadvertance.

Bien que la plupart des naevus soient sans danger, il subsiste toujours un risque que l’un d’eux se métamorphose en mélanome malin. «Un tel mélanome peut se développer sur une peau normale ou sur un naevus existant, rappelle le Dr Joël Claveau, dermatologue spécialisé en cancers cutanés. En fait, moins de 25% des mélanomes malins sont associés à des grains de beauté. Et le problème, c’est qu’au début ils leur ressemblent, ce qui n’aide pas à les identifier.» Raison de plus pour placer nos grains de beauté sous haute surveillance.



Pages :