Super aîné: l’art de bien vieillir

iStock

Étant donné le vieillissement des populations et l’explosion des centenaires à l’échelle planétaire, pas surprenant que de nombreux scientifiques à travers le monde mènent des recherches dans le but de percer le mystère entourant les «super aînés». Dotés d’un cerveau qui rétrécit moins rapidement et d’une mémoire plus vive que les aînés normaux, les super octogénaires et nonagénaires sont en effet la preuve que l’âge chronologique n’est pas toujours équivalent à l’âge biologique. Champions sur le plan cognitif, ils sont capables de retenir des évènements et des notions aussi bien que des gens ayant quelques décennies en moins. 

Le secret des super neurones

Sans savoir exactement ce qui garde le cerveau jeune, les chercheurs sont toutefois d’accord pour dire qu’en plus de la prédisposition génétique, l’exercice physique ainsi qu’une alimentation équilibrée auraient un rôle à jouer, a affirmé le Dr Yves Joanette, chercheur à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, lors d’une entrevue sur le sujet à l’émission radiophonique Info-réveil de La Première Chaîne, en février dernier. Par ailleurs, a-t-il ajouté, on a noté que les super aînés maintiennent en général leurs méninges actives en apprenant sans cesse de nouvelles notions. Ainsi, l’apprentissage et la pratique de plusieurs langues, par exemple, permettraient à la matière grise de mieux résister au vieillissement et aux troubles cognitifs, comme l’alzheimer. Le neuropsychologue Dave Ellemberg, quant à lui, fait part d’études démontrant que les super aînés partagent un point commun, soit celui d’être très sociables. «Les caractéristiques de ces super aînés, c’est qu’ils sont extravertis, qu’ils ont de forts réseaux sociaux […] et des relations familiales et amicales plus significatives que celles de leurs pairs», a-t-il dit lors d’une entrevue à l’émission radiophonique Les éclaireurs, sur La Première Chaîne, en avril dernier. 

Au fond, la clé pour vieillir futé demeure la prévention. Comme l’a si bien dit le Dr Joanette: «Au lieu de subir le vieillissement, on devrait plutôt le préparer, et ce, le plus tôt possible».

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Super aîné: l’art de bien vieillir

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

2

Commentaires

Super aînés

Bientôt 80 ans, votre article m'encourage vraiment à continuer à apprendre. Je prendrai des cours d'aquarelle à l'automne et je suis très enthousiaste. C'est à force de se le faire dire qu'on y croit.

Réponse à Michèle

Bonjour Michèle! Heureuse de savoir que vous êtes encouragée par notre article, merci de nous lire!