Solide à l’os!

Ostéoporose santé des os

Joyce McCown via Unsplash

En plus d’être le mois de l’ostéoporose, novembre est aussi l’occasion de parler de la prévention des chutes, particulièrement à l’approche de l’hiver. Voici deux judicieux conseils de la Dre Suzanne Morin, chercheuse clinicienne à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), qui étudie les effets de l’ostéoporose sur la santé.

CONSEIL # 1 Donner du muscle à notre squelette

L’exercice aide à maintenir la densité osseuse et parfois même à l’améliorer, pourvu qu’on y mette un peu de vigueur, sans tomber dans l’excès. L’entraînement avec des poids ou des élastiques permet d’augmenter la masse musculaire, essentielle pour protéger le squelette. «L’avantage, c’est que ça ne requiert ni supervision ni équipement sophistiqué et qu’on peut le faire à la maison», soutient la Dre Morin. Pour mettre toutes les chances de notre côté, on combine cet entraînement à des exercices de cardio (marche rapide, danse, ski de fond, natation) et d’équilibre (yoga, tai-chi).

CONSEIL # 2 Déterminer si on est à risque élevé de chute

Bien que facile à diagnostiquer, une fragilité osseuse sous-jacente peut dans certains cas passer inaperçue. Mieux vaut donc être vigilant si, par exemple, on a souffert après l’âge de 50 ans d’une fracture de fragilisation, c’est-à-dire occasionnée par une chute de notre hauteur sans vélocité, comme glisser sur une surface de glace en marchant. Ou encore si des membres de notre famille ont subi une telle fracture (hanche, poignet, col du fémur). «On en parle à notre médecin de famille, qui pourrait alors prescrire une mesure de la densité osseuse, une prise de sang ou autre examen», mentionne la chercheuse.

Évaluation du risque d’ostéoporose: osteoporosecanada.ca, 1 800 977-1778. Info: novembresanschute.ca.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Solide à l’os!

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires