Périménopause et ménopause: une nouvelle vie

Périménopause et ménopause: une nouvelle vie

iStockphoto.com

La périménopause: parfois les montagnes russes

Cette étape qui précède la ménopause s’amorce lorsque vous ressentez les premières manifestations associées à la ménopause. Elle s’étale habituellement entre deux et huit ans. 

La progestérone est généralement la première hormone à manquer. Parmi les manifestations annonciatrices: une exacerbation du syndrome prémenstruel (SPM) et une plus grande irritabilité. Guère surprenant puisque la progestérone a un effet calmant. Suit ensuite le déficit en oestrogènes. 

Au début, le signe le plus fréquent est le changement dans les menstruations qui deviennent irrégulières. Elles peuvent être plus courtes ou plus longues, et le flux menstruel plus abondant ou plus léger. Certains mois, il n’y en a pas du tout. 

S’ajoutent les fameuses bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes. Au moins 75% des femmes en sont incommodées à divers degrés. 

D’autres symptômes viennent s’y greffer: anxiété, insomnie, fatigue, difficultés de concentration, douleurs musculaires et articulaires, sécheresse vaginale, sensibilité des seins, maux de tête, chute de libido, palpitations, tendances dépressives, et plus encore. Sans compter différents changements corporels: la silhouette s’empâte, la peau perd de son éclat et de son tonus, les cheveux s’éclaircissent. La belle affaire! 

Tandis que les ovaires produisent de moins en moins d’hormones, les symptômes, eux, augmentent – en fréquence et en intensité – à mesure que les femmes approchent de la ménopause. Enfin, la plupart des femmes. Car la périménopause se vit différemment de l’une à l’autre. Certaines femmes ont beaucoup de symptômes, d’autres moins, et quelques chanceuses pas du tout ou presque. 

Quasi impossible toutefois de prédire dans quel groupe vous vous situerez, à moins que vous ayez déjà les deux pieds dedans. Car, contrairement à l’âge de la ménopause, l’hérédité ne joue pas sur l’intensité des symptômes. On sait toutefois que ces derniers sont souvent plus importants chez les fumeuses et les obèses. 

En périménopause, au début des manifestations, une alimentation riche en phyto-oestrogènes (soja ou fèves edamame, graines de lin, etc.) peut vous aider à réduire les symptômes légers. L’activité physique également.



Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Périménopause et ménopause: une nouvelle vie

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

2

Commentaires

Saignement menstruel très abondant et très longs. (24jours)

Est çe normal. Est çe que je suis seule à vivre ca.....

Humeurs

J'ai 54 ans et un mois sur 2 je veux tuer avant les menstruations. suis-je la seule?