L’odeur de la maladie

L’odeur de la maladie

Matheus Cenali via Unsplash

De nombreuses études l’ont démontré ces dernières années: certaines maladies peuvent être détectées par l’odorat à un stade relativement précoce. Et pas toujours nécessaire d’avoir le nez fin!

Voici un court palmarès de ces signatures olfactives:

• Acidocétose diabétique (une complication du diabète): odeur de pomme ou encore de fruit pourri.

• Fièvre typhoïde: odeur de pain.

• Fièvre jaune: odeur d’étal de boucher.

• Rubéole: odeur de poulet plumé.

• Diphtérie: odeur sucrée.

• Scrofule (une sorte d’affection tuberculeuse): odeur de bière rance.

Il a également été prouvé que certains cancers modifient l’odeur corporelle des malades, bien que celle-ci ne soit pas toujours détectable par un nez humain. Enfin, une récente recherche britannique a identifié pas moins de 17 molécules odorantes caractéristiques de la maladie de Parkinson, décrites comme «un parfum à l’odeur musquée». Mais puisque rien ne saurait remplacer un véritable diagnostic médical, on n’hésite évidemment pas à consulter un médecin en cas de doute.



1

Commentaires

Odeur corporelle

Mon mari est décédé d’un cancer de l’estomac il y a 3 ans.Les 2 dernières années de sa vie, je trouvais que son odeur corporelle avait changée, et bien avant le diagnostique de son cancer. Votre article est venu confirmer ce que j’avais observé.