Le cancer de la prostate, des symptômes au traitement

Le cancer de la prostate, des symptômes au traitement

iStockphoto.com

Le diagnostic du cancer de la prostate

Deux tests permettent de détecter le cancer de la prostate de façon précoce, avant l’apparition des symptômes: le toucher rectal et le test de l’APS (antigène prostatique spécifique). Le toucher rectal consiste à insérer un doigt ganté à l’intérieur du rectum pour palper la prostate et déceler les anomalies (enflure, durcissement, protubérance). Le test de l’APS, une substance produite par la prostate, se fait à l’aide d’une prise de sang. Il sert à mesurer le taux d’APS dans le sang. Attention: un taux élevé peut révéler l’existence d’un cancer de la prostate, mais pas forcément. Il peut aussi être associé à d’autres problèmes de la prostate. 

Bien qu’ils soient utiles, le toucher rectal et le test de l’APS ne suffisent pas pour établir un diagnostic de cancer de la prostate. Seule la biopsie permet de confirmer à coup sûr la présence de ce cancer. On la prescrit quand les résultats des tests sont anormaux. Cette intervention, réalisée par échographie transrectale, consiste à visionner la prostate et à prélever des échantillons de tissus pour les faire analyser. Même s’il ne peut prédire avec précision le degré d’agressivité ou de progression d’un cancer au moment de sa découverte, le pathologiste peut évaluer le niveau de risque du patient atteint grâce, notamment, à l’échelle de Gleason basée sur le type de cellules cancéreuses. L’échelle est graduée de 2 à 10; un grade 2 indique une évolution lente, tandis qu’un grade 10 signifie une évolution très rapide. 

Le dépistage précoce: un sujet controversé

Il faut toutefois savoir que le dépistage précoce du cancer de la prostate chez les hommes asymptomatiques est un sujet controversé dans le milieu médical. Dans la majorité des cas, le cancer de la prostate évolue lentement, surtout lorsqu’il apparaît à un âge avancé. Selon certains, il y aurait donc un risque de surtraiter des cancers qui ne causeront jamais de problème, avec tous les inconvénients que cela comporte. Par ailleurs, plusieurs médecins ne veulent pas rater le dépistage d’un cancer qui pourrait être agressif. Cela dit, les autorités médicales ne recommandent pas d’emblée le dépistage sur une base annuelle, car il n’est pas démontré hors de tout doute que ce procédé permet d’allonger la durée de vie ou de diminuer la mortalité liée à ce cancer. Par conséquent, si vous ne présentez aucun symptôme ni facteur de risque, prenez le temps d’évaluer avec votre médecin les avantages et les inconvénients du dépistage précoce.



Pages :

1

Commentaires

CHANCEUX

Oui tres chanceux j'ai UN medecin de l'Ontario qui me suis depuis 30 ans et il a commence a faire les testes de sang recommande alors que j'avais 50 ans avec de tres bon resultats a date. Merci a DR BOUFFARD