Le cancer de la prostate, des symptômes au traitement

Le cancer de la prostate, des symptômes au traitement

iStockphoto.com

Les causes et les facteurs de risque du cancer de la prostate

D’après les données actuelles, le déclenchement de la maladie ne serait pas attribuable à une seule cause. Il résulterait plutôt d’une combinaison de facteurs. Certains ont pu être identifiés. 

L’âge 

Le cancer de la prostate touche surtout les hommes de plus de 60 ans. Règle générale, plus un homme vieillit, plus il est susceptible de recevoir un diagnostic de cancer de la prostate. C’est le facteur le plus fréquent. 

Les antécédents familiaux et les gênes 

Une prédisposition familiale ou héréditaire se rencontre dans environ 15% des cas de cancer de la prostate. Ainsi, les hommes dont le père ou le frère a déjà souffert de ce cancer sont deux fois plus susceptibles que les autres d’être touchés à leur tour. Et plus il y a de proches atteints par la maladie, plus le risque augmente. L’âge auquel le parent proche a reçu son diagnostic a de l’importance: le risque augmente nettement si le cancer est apparu avant la soixantaine. On sait aussi que les porteurs des gènes BRCA voient augmenter leur risque de développer un cancer de la prostate, qui pourrait alors être particuclièrement agressif. 

L’origine ethnique   

Les hommes de descendance africaine sont clairement plus susceptibles de développer un cancer de la prostate, tandis que ceux d’Asie le sont moins. Toutefois, lorsque les Asiatiques migrent vers les pays où la maladie est fréquente, leur risque augmente aussi, jusqu’à devenir égal à celui des hommes de leur nouveau pays. De là à croire que l’alimentation, l’environnement et les habitudes de vie ont une influence, il n’y a qu’un pas. 

L’alimentation  

Selon certaines études, une diète riche en gras, particulièrement d’origine animale, et pauvre en fruits, en légumes et en fibres augmenterait le risque de souffrir d’un cancer de la prostate. Plus encore, elle accélérerait sa progression. 



Pages :

1

Commentaires

CHANCEUX

Oui tres chanceux j'ai UN medecin de l'Ontario qui me suis depuis 30 ans et il a commence a faire les testes de sang recommande alors que j'avais 50 ans avec de tres bon resultats a date. Merci a DR BOUFFARD