Alzheimer: au-delà de la maladie

Laura Fuhrman via Unsplash

Pour une deuxième année consécutive, la campagne de sensibilisation à la maladie d’Alzheimer, qui a lieu tout au long du mois de janvier, reprend le thème «Oui, je vis avec la maladie d’Alzheimer». «Nous voulons poursuivre notre objectif d’humaniser la maladie en plaçant à l’avant-scène des personnes qui sont touchées, ainsi que des proches aidants», dit Nouha Ben Gaied, directrice recherche et développement de la Fédération québécoise des sociétés Alzheimer.

Par la même occasion, ajoute-t-elle, la campagne vise à redonner confiance aux personnes directement atteintes, qui se sentent souvent mises à l’écart, et à les aider à reprendre le contrôle de leur vie. «Des gens à travers le Québec et le Canada feront entendre leur histoire, ce que la maladie représente pour eux et comment se déroule leur quotidien. C’est une façon de répondre aux stigmates et aux préjugés qui entourent encore la maladie.» 

La campagne sera aussi le moment propice pour mettre en lumière la première Charte canadienne des droits des personnes atteintes de maladies neurodégénératives, lancée en septembre dernier. «Elle a été mise en place par un comité de personnes atteintes, toujours dans le but d’aborder certains préjugés et de se voir accorder des droits leur permettant d’être considérées comme des individus à part entière, avec des droits civiques et légaux, comme tous les Canadiens.»

Pour se renseigner sur les activités et les événements organisés par la société d’Alzheimer de notre région, on consulte le site alzheimerquebec.ca ou on compose le 514 369-7891ou le 1 888 636-6473.

Quoi de neuf?

Lors de la conférence internationale de l’Association Alzheimer, qui a eu lieu en juillet dernier à Chicago, les résultats de plusieurs études très prometteuses ont été dévoilés. En voici quelques-uns, rapportés par la Fédération québécoise des sociétés Alzheimer.

En 2019, le Canada deviendra le 32e pays à se doter d’une stratégie nationale sur la maladie d’Alzheimer et d’autres démences. «Nous sommes ravis de compter parmi les membres du comité consultatif des personnes touchées par la maladie ainsi que des proches aidants, dit Nouha Ben Gaied. Leur présence aura certainement un impact important quant à la prise de décisions.»

Une première étude menée auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer à un stade modéré ou avancé a démontré l’efficacité du nabilone, un dérivé du cannabinoïde, pour le traitement des symptômes d’agitation chez celles-ci. Le nabilone, déjà approuvé par Santé Canada pour traiter les symptômes de nausée causés par une chimiothérapie, ne présenterait pas d’effets indésirables, contrairement à d’autres médicaments prescrits pour traiter l’agitation. «Il s’agit d’une petite étude sur 30 personnes, mais ces résultats encourageants, ainsi que la légalisation du cannabis, paveront certainement la voie à des études plus poussées sur les effets du nabilone sur les patients affectés», souligne Mme Ben Gaied.

Les résultats préliminaires d’un essai clinique de phase II sur la molécule BAN2401, un anticorps anti-amyloïde, ont permis de constater pour la première fois un ralentissement de l’évolution du trouble cognitif chez les personnes atteintes faisant partie du groupe contrôle. Les tests de la phase III permettront de déterminer la dose optimale qui donnera les meilleurs effets avec le moins de risques possible pour le patient. Si tout va bien, l’étape suivante sera la commercialisation du produit. À suivre!

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Alzheimer: au-delà de la maladie

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires