Ménopause et poids

Ménopause et poids

iStockphoto.com

Avec les années, notre corps change. Qu’il y ait ou non une différence sur la balance, nous ne sommes plus vraiment les mêmes. Nos hanches se sont arrondies, notre taille s’est épaissie, notre corps semble ramolli… Certaines voient tout à coup les kilos s’accumuler sans avoir modifié en rien leur alimentation.

Le phénomène n’est pas exclusivement féminin. La trentaine entamée, hommes et femmes gagnent plus facilement du poids: 1 ½ lb (750 g) par année pour ces messieurs, à peu près la même chose pour les dames dont certaines ont aussi vu leur taille transformée par les grossesses. La majorité ont retrouvé leur ligne après l’accouchement, mais elles ont hérité du risque de développer de l’obésité, deux fois plus, paraît-il, que les femmes qui n’ont pas eu d’enfant. Un risque accru que connaissent aussi celles qui ont vécu une puberté précoce. Comme si ce n’était pas assez, la ménopause et ses changements hormonaux vient encore moduler notre poids.

Moins de muscle, plus de gras
À cette étape de la vie, il est plus facile de gagner des kilos que d’en perdre. Une étude menée auprès de 541 femmes âgées de 42 à 50 ans, publiée en 2000 par Simkin-Silverman & Wing, montre que les femmes prennent alors en moyenne 4 ½ lb (2,25 kg) sur une période de 3 ans, soit 1 lb à 1 1/2 lb (500 à 750 g) par année. Près de 20 % des femmes ont gagné plus de 9 lb (4,5 kg), alors que seulement 3 % en ont perdu plus de 9 (4,5).

La composition corporelle se modifie. Après la ménopause, les femmes ont 5 lb (2,4 kg) de masse grasse de plus qu’à la préménopause, indique une étude sur le vieillissement, la composition corporelle et le style de vie parue dans l’American Journal of Clinical Nutrition. Non seulement notre masse grasse augmente, mais l’endroit où nous stockons le gras change aussi. Comme la graisse s’accumule dans la région de l’abdomen et de la poitrine, nous avons plus de gras autour des organes internes, notamment le cœur, et c’est encore plus vrai chez celles qui ne font pas assez d’activité physique.

Et ce n’est pas tout: cette augmentation de la masse grasse se conjugue avec une perte de masse musculaire. Nous perdons du muscle, ce qui peut avoir un impact sur notre métabolisme de repos, qui diminue alors lui aussi. Le métabolisme de repos, c’est la quantité d'énergie dont l'organisme a besoin au repos pour respirer, faire battre le cœur, faire circuler le sang, faire fonctionner les organes, maintenir la température corporelle… Chez un individu qui fait peu d’exercice, 75% de la dépense de calories est associée à ce métabolisme. Lorsque ce dernier baisse, nous en brûlons moins, nous avons ainsi tendance à engraisser sans avoir à ajouter de calories à notre menu.



Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Ménopause et poids

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

6

Commentaires

Ménopause

Ce serait bien d'avoir plus d'informations sur les médicaments que l'on peut prendre pour diminuer les symptômes: chaleurs, fatigue extrême, état dépressif. C'est difficile à vivre la ménopause.

ménopause

bonjour, je suis une femme de 52 ans, g eu la grande opération, il y a 5 ans. Je prends du oestrogel et j'ai toujours des chaleurs? en plus d'avoir pris 30 livres !!!!!!!!!

MÉNOPAUSE

AVEZ VOUS ESSAYER L'HUILE D'ONACRE ET VITAMINE B3 POUR VOS SYMPTOMES DE MÉNOPAUSE?

ménopause

pour les bouffées de chaleur , je prend de l'homéopathie actéane : 1 dragée par jour , ça marche pour moi

Ménopause

Est-ce normal qu'en étant ménopausée que l'on ressente encore des maux abdominaux comme quand on est menstruée?

Chaleur durant la ménaupose

Moi je prend de la graine de lin moulu dans mon café tout les matins, 1 cuillère à thé par tasse.
Le tout r'ammolli et se r'ammasse au fond de la tasse,fini les chaleurs garantie.