L’ultra-transformé, un danger?

L’ultra-transformé, un danger?

Brian Chan via Unsplash

Le Guide alimentaire canadien, à l’instar de celui du Brésil, recommande de limiter sa consommation d’aliments ultra-transformés. Abondants en supermarché, ceux-ci contiennent de longues listes d’ingrédients, dont plusieurs additifs, en plus d’être généralement riches en gras saturés, en sucres et en sodium. Les biscuits, céréales sucrées, beignes, pépites de poulet, plats surgelés, collations sucrées et salées, boissons gazeuses, soupes instantanées et autres aliments ultra-transformés sont aussi souvent pauvres en vitamines, en minéraux et en fibres. 

Récemment, des chercheurs français ont, pour la première fois, établi un lien entre leur consommation et l’incidence de cancer, notamment celui du sein. Selon cette étude prospective menée auprès de plus de 100 000 personnes, la piètre qualité nutritionnelle des produits, les additifs qu’ils renferment et certains composés créés lors de leur transformation seraient en cause. Même si ce lien reste à prouver, on tient là une piste intéressante... De quoi motiver encore plus à lire attentivement les listes d’ingrédients et à cuisiner davantage!

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

L’ultra-transformé, un danger?

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires