À la pêche aux oméga-3

Ella Olsson via Unsplash

Si le poisson affiche tant de bienfaits, c'est en grande partie grâce à sa teneur en oméga-3. Ces bons gras aux propriétés anti-inflammatoires réduisent entre autres le risque de maladies cardiovasculaires et de plusieurs types de cancer. Leur effet antidépresseur leur vaut également de se trouver de plus en plus reliés à un meilleur équilibre émotionnel. L’aliment parfait, donc, pour lutter contre la dépression saisonnière! Certains poissons contiennent beaucoup plus d’oméga-3 que les autres:

1) Le saumon On en distingue deux, celui pêché dans le Pacifique et celui venu de l’Atlantique, avec un aspect et un goût légèrement différents. Les connaisseurs apprécient généralement davantage les saumons sauvages du Pacifique (quinnat, kéta, coho, rose et rouge), pour leur goût plus savoureux. Selon l’espèce, une portion du Guide alimentaire canadien (75 g, cuit) contient de 1,39 à 1,70 g d’oméga-3. Ces poissons sont aussi une bonne source de vitamine D: une portion fournit 100 % de l’apport quotidien recommandé. 

2) La truite Souvent confondue avec le saumon en raison de son aspect, la truite arc-en-ciel d’élevage offre une saveur un peu moins prononcée que celle de ce dernier. Une portion de 75 g fournit environ 0,92 g d’oméga-3. 

3) Le hareng Ce poisson de mer, un des plus pêchés au monde, dévoile une chair blanche assez fragile et contenant beaucoup d’arêtes (heureusement, elles s’enlèvent facilement). Une portion de ce poisson gras fournit 1,72 g d’oméga-3. 

4) Le maquereau De la même famille que le thon, ce poisson de mer a une chair blanche assez grasse, d’une saveur prononcée. Une portion contient 0,98 g d’oméga-3, et trois fois l’apport quotidien recommandé en vitamine B12! 

5) L’espadon Ce poisson mi-gras, qu'on reconnaît facilement à sa longue mâchoire supérieure en forme d’épée, fournit une quantité appréciable d'oméga-3; par contre, il compte parmi les plus contaminés au mercure.