Un conseil pour la vie: témoignages

Un conseil pour la vie: témoignages

iStockphoto.com

Gaston Bernier, 81 ans. Fermier retraité.

«J’aimerais ça que, en avançant en âge, mes enfants apprécient les beaux côtés de la vie et qu’ils voient le positif. Autrefois, on n’était pas bombardés par toutes les mauvaises nouvelles et les catastrophes qu’on nous présente à la télévision où ça n’arrête pas de tourner en boucle, en plus de toutes les publicités qui nous invitent à consommer! Je leur dirais d’aimer la vie dans ce qu’elle a de simple, de beau et de bon. Prendre congé de la télévision, parfois ça aide!»

Roxanne Lajeunese, 68 ans. Travailleuse autonome en ressourcement personnel.

«Quand mes petits-enfants seront rendus à l’âge de comprendre, je leur dirai ceci: "Tu sais, c’est un privilège d’avoir été mis sur le chemin de la vie. On te place sur le sentier avec un baluchon que tu videras ou rempliras au fil de tes expériences. Tout n’est qu’expérience, ce n’est pas le résultat qui importe mais plutôt la façon de vivre. Sur le chemin, tu auras des choix à faire. Choisis toujours avec ton coeur et en toute liberté. Aie confiance. Même dans les épreuves, la vie nous offre un cadeau. Il y a toujours quelqu’un prêt à te tendre la main pour t’aider à traverser la rivière ou gravir la montagne. À ton tour, tu tendras aussi la main. Rappelle-toi que tu ne peux revenir sur le chemin parcouru et que le chemin à venir est souvent nébuleux. Concentre-toi sur celui que tu traverses. Reste dans l’émerveillement et la gratitude de ce qui est devant toi. Ne perds pas de vue tes rêves et ton idéal, sois toi-même. Apprends à voyager léger. But du voyage: tout ce chemin pour arriver à soi. Et ce qui reste, c’est l’amour."»

Carole Lemaire, 63 ans. Greffière et directrice des services juridiques à la retraite.

«D’après mon expérience de vie, voici ce que j’aimerais dire aux jeunes: "Le travail doit nous permettre de réaliser nos aspirations intellectuelles ou manuelles. Malgré les tensions, le stress et les difficultés de parcours, il faut apprendre à oeuvrer dans la joie et la bonne humeur."»

Jean-Noël André, 60 ans. Directeur de projets interculturels.

«Faites confiance à la vie! À 20 ans, j’ai entrepris des études de génie que j’ai menées à terme. À la veille d’entrer sur le marché du travail, avec des propositions alléchantes, j’ai réalisé que je ne voulais pas perdre ma vie à la gagner, mais ordonner mon existence selon des critères éthiques et spirituels. Les choix que j’ai faits alors m’ont amené à m’engager dans le domaine artistique et culturel. Un parcours passionnant dans le monde associatif! J’ai l’impression d’avoir toujours 20 ans et j’essaie de faire de ma vie une création quotidienne. Quelle aventure merveilleuse! Je recommencerais.»



Pages :