Mettre du piquant dans sa vie sexuelle!

iStockphoto.com

Le sexe constitue une partie importante de la vie, affirment 92% des Canadiens de 40 ans à 80 ans interrogés dans le cadre d’un vaste sondage sur la sexualité mené en juin 2001 par la firme Léger Marketing. Après 65 ans, la vie sexuelle reste encore importante pour une forte majorité. De nombreux couples apprécient même leurs rapports sexuels davantage que lorsqu’ils étaient jeunes: ils connaissent mieux leur corps et ses réactions, ils ont plus de temps, moins de blocages, plus de confiance et de respect mutuels, et ils n’ont plus rien à prouver!

«En vieillissant, la sexualité des hommes et des femmes se ressemble plus», remarque Diane Brouillette, sexologue clinicienne en pratique privée et à l’hôpital Saint-Luc de Montréal. Comme bien des femmes, les hommes ont alors besoin de préliminaires amoureux et d’un contexte de détente et de communication pour bien fonctionner sexuellement.

Ce qui mine le désir...

Si la complicité, l’admiration, la sécurité et la confiance jouent en faveur du désir sexuel, il est malheureusement facile à empoisonner. Il arrive qu’avec le temps, nous mettions notre vie sexuelle en veilleuse ou que nous nous retrouvions si fatigué le soir venu que la libido reste au repos… Nous n’avons plus la forme de nos 20 ans, nous mettons plus de temps pour atteindre le même niveau d’excitation et de satisfaction.

Les changements hormonaux entraînent chez certaines femmes une sécheresse vaginale, cause d’inconfort et de douleurs pendant les relations sexuelles. «Après 40 ans se produit un changement physiologique, constate la sexologue. Près du tiers des hommes connaissent alors des difficultés érectiles majeures et plus de 50% éprouvent des difficultés érectiles de tout ordre. Le corps devient plus fragile. Et la fonction sexuelle se fragilise sous l’effet du stress et de la fatigue.» Entre les devoirs et les obligations, l’amour se voit souvent relégué à… plus tard.

Dépression, médicaments, désir de performance, aventure, routine, frustrations, stress, colère, anxiété, manque de confiance… autant de poisons qui enveniment la relation. Si la libido est essoufflée et si l’on évite les relations sexuelles, il faut se questionner et agir, au risque d’être pris dans un drôle de cercle: comme on a moins de désir, on fait l’amour moins souvent, comme on fait l’amour moins souvent, on est moins proche, comme on est moins proche, on a moins de désir et on fait l’amour moins souvent…



Pages :

1

Commentaires

66 ans

quel est le medicament existant pour resoudre la sexualite après 65 ans et soigne la secheresse vaginale