Grandes entrevues Le Bel Âge: Louise Portal

Grandes entrevues Le Bel Âge: Louise Portal

Photo: Laurence Labat; maquillage-coiffure: Manon Parisien; stylisme: Martine Leroy

Adieu Valence

Dans son édition de novembre 2011, Bel Âge magazine publie une courte nouvelle signée Louise Portal. Adieu Valence raconte les adieux d’une femme à sa jumelle décédée, une soeur qui avait rompu tout contact avec elle depuis des années. Louise Portal avait écrit ce texte prémonitoire un an avant le décès de sa jumelle Pauline. Les deux femmes fictives, qu’elle avait fait naître un 14 février, se nommaient Valentine et Valence. «J’aimais la définition du mot valence, explique Louise Portal. (NDLR: c’est le nombre d’atomes d’un corps qui peuvent se combiner à un atome d’un autre corps). Un mot parfait pour définir une jumelle.» 

Quatre ans plus tard, la courte nouvelle est devenue un roman, Pauline et moi, publié aux Éditions Druide. Hasard ou signe du destin, je rencontre Louise Portal le jour même de son anniversaire, et de celui de Pauline, pour le compte du magazine dans lequel toute cette histoire a débuté. À fleur d’émotion, entre les rires et les larmes, Louise me raconte qu’elle a écrit ce livre dans l’espoir de se réconcilier définitivement avec sa jumelle disparue et, enfin, d’accéder à une fusion des coeurs avec la femme la plus importante de sa vie.



Pages :