Le bonheur d'être grand-père

iStockphoto.com

Raymond Lajoie

L’humour au coin des yeux, grand-papa Raymond, 58 ans, fait mine de lancer le ballon à Jérôme, 5 ans, qui ouvre les bras. Mais grand-papa garde le ballon et Jérôme éclate de rire. Tout est rigolo quand grand-papa est là! Surtout lorsqu’il chante à pleine voix, mimant une araignée et un limaçon: «Une araignée sur le plancher se tricotait des bottes! Dans un bocal, un limaçon enfilait sa culotte!» Ou qu’il poursuit le bambin à travers la maison. «Grand-papa, attrape-moi!», crie alors Jérôme, au sommet du bonheur. Jérôme dit aimer son grand-père «comme l’espace». Et il ajoute, radieux: «Il fait des blagues et ça m’apprend à jouer des tours à ma grand-mère!»

Pendant 30 ans, Raymond Lajoie a enseigné la sociologie au cégep. Retraité depuis un an, il consacre maintenant tout son temps à la vie au grand air, à l’amitié, aux voyages, aux concerts, à la lecture et aux activités avec ses trois petits-enfants qu’il chérit. Raymond Lajoie comprend profondément l’univers enfantin. Il sait que le jeu est sacré pour l’enfant. Il l’a vérifié maintes fois avec ses propres enfants – il en a eu quatre – et, maintenant, il s’en donne à cœur joie avec Jérôme, Marjorie et Maya qu’il garde très souvent chez lui ou qu’il visite. «J’entre dans leur monde, dit-il. Je partage leurs jeux et j’y prends plaisir. Ainsi, parfois je me cache et Jérôme m’appelle : “Grand-papa, où es-tu?” Ou alors je le lève au bout de mes bras; il touche presque le plafond et il rigole. Je fais la même chose avec la petite Marjorie, 3 ans.»

Attentif à la personnalité de chacun de ses petits-enfants, Raymond connaît leurs goûts, leurs talents et leurs habitudes. Il sait, par exemple, se faire discret «lorsque Marjorie est dans son univers et se raconte des histoires, installée par terre. Je ne la dérange pas. Elle est concentrée. En pleine création…» Il sait aussi accompagner leur découverte du monde. «Je suis allé avec Jérôme au Biodôme. C’était fascinant de voir son émerveillement face aux oiseaux et aux poissons! Il est resté pendant plusieurs minutes à observer les plongeurs et les poissons multicolores dans l’immense bassin. Ce fut une très belle aventure que nous avons partagée tous les deux. Nous avons pris ensemble le métro – c’était la première fois qu’il montait dans un wagon —, et j’ai répondu à ses questions. J’avais tout mon temps: aucune contrainte, que le bonheur d’être ensemble…»

Raymond, grand sportif et amoureux de la nature, prend plaisir par ailleurs à faire du vélo avec son petit-fils et de la randonnée sauvage en compagnie de son épouse, de ses enfants et petits-enfants. «On part tous ensemble marcher et pique-niquer au mont Tremblant ou aux chutes Monte-à-Peine. Même Maya, 1 an, est de l’excursion. Ce sont des journées inoubliables de communication et de bain de nature.»

Raymond souhaite que ses petits-enfants puissent, un jour, étudier et s’épanouir dans une profession choisie selon leurs goûts et leurs aptitudes. Il espère aussi qu’ils développeront une belle relation avec leurs proches et que l’amitié sera une valeur importante de leur vie.



Pages :