La séduction après 50 ans

iStockphoto.com

Seule depuis son divorce, Marthe aimerait bien rencontrer un compagnon, mais elle a peur de paraître ridicule aux jeux de la séduction. «À 57 ans, je n'ai plus les mêmes atouts physiques qu'à 20 ans!, s’exclame-t-elle. Je me vois mal flirter; je n'ai plus l'âge pour ça!»

À l'instar de bien des gens, Marthe a une fausse perception de la séduction. «Le mot est tellement galvaudé, se désole Danièle Parent, conférencière, conseillère en étiquette et en séduction et auteure du livre Leçons de charme (Libre Expression). Sa définition est bien loin de celle de l'apparence physique: une jolie personne n'est pas nécessairement séduisante, alors qu'une personne moins gâtée par la nature peut l'être énormément. «La séduction, c'est d'abord et avant tout une manière d'être, d'écouter, d'entrer en contact avec les autres, de savoir-vivre qui fait qu'une personne s'intéresse à nous plutôt qu'à une autre, poursuit Danièle Parent. Ainsi, si je vous rencontre pour la première fois et que vous vous différenciez des autres personnes par votre écoute et votre générosité, je ne vous oublierai pas et j'aurai envie de vous revoir à cause de ce petit quelque chose de spécial…» La séduction n'a rien à voir avec l'âge non plus.

La séduction a un but bien précis: convaincre l'autre que l'on est fait pour être ensemble. Facile à dire. Mais quand on a vécu 25 ou 30 ans avec une personne et que, du jour au lendemain, on se retrouve seul, on s'interroge plus qu'à 20 ans. Est-ce que je saurai encore plaire? Comment me comporter? Que l'on se rassure: l'amour n'a pas d'âge. Louise en est la preuve. À 66 ans, la silhouette de ses 20 ans n’est plus qu’un souvenir, mais elle sait mettre ses atouts en valeur. Puis, elle sait écouter et faire croire aux hommes qu'ils sont uniques. Pour Marcel, beau grand sexagénaire, elle est la plus séduisante des femmes! «Je l'ai connue quelques mois après le décès de son mari, raconte-t-il. Son intelligence, son caractère enjoué, son humour, son empathie m’ont tout de suite conquis. Après trois ans de fréquentation, on s'est mariés…»

«Tant qu'il y aura des hommes et des femmes libres, et ce peu importe l'âge, on peut espérer trouver le compagnon idéal, assure Richard Fleet, psychologue, directeur de la recherche clinique au département de psychiatrie de l'Hôpital du Sacré-Coeur, chercheur à l'Institut de cardiologie de Montréal et auteur de La Séduction, vérités et mensonges (Libre Expression). Le grand problème, en vieillissant, c'est de trouver des personnes disponibles. Il y en a, bien entendu. Mais il faut chercher parfois un peu plus longtemps et élargir son réseau social.»

Avec les années, on peut, en effet, compter de moins en moins sur l’entourage pour nous présenter quelqu'un, le réseau des amis célibataires s'étant rétréci. N'empêche, les proches peuvent nous donner un petit coup de pouce en nous présentant leurs connaissances célibataires. Et on garde l'œil ouvert! Danièle Parent raconte que l'une de ses connaissances dînait au resto avec un prétendant. L'homme ne lui plaisait pas. Mais, à la table voisine, un homme qu'elle avait remarqué lui jetait de fréquents coups d'œil. Lorsqu'elle s'est levée pour aller aux toilettes, il l'a suivie. Il lui a tout simplement tendu sa carte en disant: «Vous avez l'air de vous ennuyer, est-ce que je me trompe? Je suis célibataire et je vous trouve de mon goût. Si jamais vous êtes seule, appelez-moi.» Elle l'a fait et depuis, ils sont ensemble! Conclusion: il faut être audacieuse.

Par ailleurs, on n'hésite pas à entamer une conversation avec les gens. Même sans l'intention de séduire, le hasard peut bien faire les choses.

Étrangement, il est plus difficile pour une femme d'un certain âge de trouver l'élu de son cœur que pour un homme du même âge. «Vrai, confirme Richard Fleet. C'est que plus on avance en âge, plus il y a de femmes seules. Autre problématique : les femmes de cette génération sont habituées à voir les hommes faire les premiers pas. Elles n'osent pas prendre les devants.» On sait aussi que les hommes ont tendance à choisir des partenaires plus jeunes qu'eux. Intéressant: ce phénomène se remarque désormais de plus en plus chez les femmes, ce qui élargit leur choix!

Les recherches en psychologie le démontrent: les couples les plus heureux sont ceux qui partagent les mêmes intérêts et les mêmes valeurs. Mais pour découvrir un partenaire qui nous ressemble, encore faut-il bien se connaître. «Pour cela, il faut faire un travail sur soi, souligne Richard Fleet. Se questionner sur ce que l'on aime et sur ce que l'on n'aime pas, sur nos désirs, nos intérêts dans la vie, nos projets.

Ensuite, on essaie de rencontrer des gens avec qui on aurait la chance de partager les mêmes expériences, les mêmes loisirs, les mêmes valeurs.» On aime la lecture? On risque de faire des rencontres dans les librairies et les clubs de lecture. On veut rencontrer des gens dévoués? On fait du bénévolat. On aime la danse? On va dans des clubs de danse sociale. Il faut foncer! Plus on rencontre de gens, plus notre réseau social est élaboré et plus, statistiquement, on a de chances de rencontrer quelqu'un.

Il faut élargir ses horizons. Il n'est jamais trop tard pour se découvrir de nouvelles passions et, par le fait même, rencontrer d'autres personnes. On n'hésite pas non plus à lancer des invitations. Simples et pas trop engageantes toutefois, comme prendre un café ou aller au cinéma. Après le rendez-vous, on appelle pour remercier l'autre de la charmante soirée en sa compagnie. À l'autre de relancer la balle.

Ne l’oublions pas: nous avons des atouts que les jeunes n'ont pas: notre expérience de vie, notre culture, notre maturité… Des richesses à exploiter pour initier des conversations passionnantes!

C'est connu des psychologues: les situations les plus anxiogènes pour la majorité des gens sont les rencontres amoureuses! En fait, chaque fois que l'on rencontre quelqu'un, nos comportements sont modifiés par cette anxiété.

«Certaines personnes vont même préférer rester seules et éviter toute rencontre avec un prétendant plutôt que d'affronter ce stress, raconte Richard Fleet. D'autres vont s’accommoder du premier venu, préférant être moins anxieux avec quelqu'un qui ne leur convient pas du tout que d'être plus anxieux avec quelqu'un qui leur conviendrait. Pour s'en sortir, il faut d'abord accepter que l’anxiété fait partie des rencontres amoureuses. Il faut aussi réaliser que l'autre personne vit la même chose que nous. Déjà plus rassurant ! Ensuite, il faut faire face. Plus on s'expose aux situations de séduction, plus on invite des gens, plus on sort avec des gens différents, plus l'anxiété diminue. On peut aussi mettre en application diverses techniques de relaxation, dont la respiration, pour mieux contrôler son stress», suggère Richard Fleet.

Si l’on craint tant les rencontres amoureuses, c'est souvent par peur du rejet. «Il est normal de craindre le rejet, assure le psychologue. Il faut cependant apprendre à ne pas être paralysée par lui et à surmonter cet obstacle. Pour y arriver, il faut interpréter le rejet pour ce qu'il est. Il ne veut surtout pas dire que l'on ne vaut rien; il signifie seulement que l'on n'est pas la bonne personne pour l’autre à ce moment-là de sa vie. Le problème quand on se fait rejeter par quelqu'un que l'on estime, c'est de penser que son opinion est partagée par tout le monde. C'est faux.»

La séduction n'est pas innée, elle s'apprend. «La séduction, c'est d'abord la capacité à communiquer avec l'autre, tant par sa gestuelle que par sa voix, affirme Danièle Parent. Pour maîtriser l'art de la séduction, il faut d'abord prendre conscience de ses attraits et les mettre en valeur, savoir amorcer une conversation et connaître les règles de base de la courtoisie. Et l’on soigne son apparence : quand on se sent bien dans sa peau et en beauté, on peut séduire n'importe qui ! Enfin, il faut savoir user de tous les comportements gagnants: une lueur dans les yeux, un sourire ravageur, un frôlement subtil de la main de l'autre... Sur la rue, on peut aussi lui tenir le bras en marchant. C'est un signe chaleureux qui veut aussi dire que l'autre nous plaît. Belle façon d'initier un rapprochement.»

Pour séduire, il faut également avoir une bonne écoute. Prendre le temps de s'intéresser à ce que l'autre raconte, c'est assurément un plus ! «Si l’on n'a pas envie d'écouter, c'est que la relation ne mènera nulle part!», s’exclame Danièle Parent.

«Les gens ont aussi un faible pour les personnes drôles, dynamiques, qui ne parlent pas uniquement de leurs maladies et de leurs problèmes, rappelle Richard Fleet. Si l’on se sent mal dans sa peau, si l’on vit difficilement une séparation ou un deuil, ce n'est pas le temps d'aller sur le marché des célibataires. C'est voué à l'échec.»
Par ailleurs, on ne se raconte pas tout de go dès les premières rencontres. De nombreuses études ont démontré que plus une personne se dévoile intimement et rapidement, plus cela rend l’autre inconfortable et l’éloigne. «Au début, on se montre sous son jour le plus favorable et on discute d'actualité, de voyages, de loisirs. Plus on avance dans la relation, plus on peut aborder des sujets intimes», estime Richard Fleet.

Essentiel: regarder droit dans les yeux. Si un prétendant regarde par terre, c'est très mauvais signe. Il pourrait avoir des choses à cacher! Et puis, regarder dans les yeux en parlant ou en écoutant l'autre, c'est lui faire comprendre qu'il est la seule personne au monde qui compte à ce moment-là. Les regards en disent bien plus long que n'importe quelle déclaration d'amour. Très, très séduisant!

Avant tout, on choisit le bon moment pour ouvrir de nouveau son cœur. La peur de la solitude est mauvaise conseillère. On risque de s'accrocher au premier venu. «Après un divorce ou la perte d'un conjoint, on est démoli, explique le psychologue Richard Fleet. Il faut se donner le temps de faire son deuil de la personne aimée.»

Les gestes à éviter

  • Parler — en mal ou en bien — de ses expériences amoureuses antérieures tout au long d'un tête à tête.
  • Bobos, argent, politique, sexe et potins sont des sujets à bannir au début d'une relation.
  • Aller trop vite en affaire: l'autre prendra ses jambes à son cou illico.
  • Se montrer tolérant. L’autre est drôle, gentil, intelligent... et chauve. Et après? Ceux qui s'arrêtent à un détail physique risquent d'avoir beaucoup de difficulté à trouver quelqu'un. Bref, on se donne la chance de mieux le connaître avant de porter un jugement.
  • Se prendre pour un humoriste. Faire montre d'humour, c'est bien. En faire trop, c'est catastrophique.
Vous aimerez aussi:
Si votre rituel maquillage n’a à peu près pas changé en 30 ans, il est grand temps de le mettre à jour. Voici comment remédier aux 12 erreurs les plus fréquentes commises après 50 ans.
Les quinquas ont investi les sites de rencontre sur le Net. Est-ce que ça marche? Témoignages, conseils et pièges à éviter.
Les vêtements en magasins ne vous semblent pas adaptés à votre âge? Voici de judicieux conseils qui vous aideront à choisir les vêtements qui garnissent votre garde-robe!

Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

La séduction après 50 ans

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

8

Commentaires

Sans

Ca m'interrese !!!

rencontre femme désespérément

Très bon commentaire, bonne analyse, pour rencontre éventuelle.

seduction

il n a pas d age pour seduite c est juste qu on n est plus reserver et qu on n a peur de plus plaire apres 50 ans

interessant eyt profond suite d autres articles du genres

ca peut nous im inspirer et nopus encouirager a evoluer continuellement de plus en plus toujours c est le but de l existance non appendes sans casse evopluer et s ameliorer etc atteindre un ideal pour soi comme pour l autremerci bye bye

J'aimerais rencontrer une

J'aimerais rencontrer une femme charmante

vous oubliez le principal!

malheureusement, même si cet exposé sur la séduction s'avère en grande partie exact, vous avez oublié la question qui fâche: la richesse!! en effet, après avoir obtenu quelques RDV via des sites de rencontre, j'ai constaté que dès que j'"avouais" que j'étais pensionné du travail, hop!! plus personne!! enfuies les dames!! donc l'épaisseur du potefeuille a une importance capitale dans le processus de séduction!!! déduction: plus on est "friqué" plus on est séduisant (même si on est une mocheté)
depuis, en ayant eu assez de me faire "jeter" à cause de revenus assez faibles, j'ai décidé de rester seul et ne crois plus pouvoir séduire quiconque!! c'est peut être mieux ainsi!!!

rencontre

J,aimerais m,inscrire a votre réseau

richesse?

je crains malheureusement que le cachou ait raison!! mais c'est en fait une histoire sociétale.Il est exact que le cumul handicap+ faible revenus fait fuir! et pour cachou: ne regrette pas, ces dames étaient de fieffées imbéciles!! car elles ont raté sûrement un mec excellent!! et je leur souhaite de tomber sur un vrai c.......rd bien friqué!! là elle verront!! mais je ne penses pas qu'elles cherchent toutes le fric! peut être aussi ont elles peur de tomber sur un gigolo........car s'il y a des femmes interessées il y a des hommes aussi!!