Hommage à un être cher

iStockphoto.com

Courageuse, belle et majestueuse

Il y a neuf ans que ma mère est morte et je rêve encore à elle.

Courageuse… Ma mère avait 43 ans quand mon père est décédé subitement. Elle vouait à son homme un amour immense et une admiration sans borne. À une époque où il était exceptionnel pour une femme de se tailler une place sur le marché du travail, elle s’est retrouvée seule avec sept enfants à nourrir. Malgré sa peine, malgré son deuil, elle a fait en sorte que nous ne manquions jamais de rien. Je respecte encore son courage et sa témérité...

Belle… Je suis assise sur un parapet qui longe la rue où j’habite. Je vois venir au loin une femme habillée de la couleur du deuil. Elle marche tranquillement, le regard perdu dans ses pensées. Son travail terminé, elle rentre chez elle pour entamer la deuxième partie de sa journée. Je la regarde à son insu et je la trouve belle. Arrivée à quelques pas de moi, elle remarque ma présence et me tend la main. Je blottis ma petite menotte dans la chaleur de la main de ma mère. J’admire encore sa beauté et sa dignité...

Majestueuse… Assise près de ma mère sur un banc d'église, je caresse la manche de son manteau de fourrure qui change de couleur au gré du va-et-vient de ma main. Coiffée d'un chapeau extravagant et la tête haute, ma mère avait fière allure. Dans les dernières années de sa vie, une douce folie l’habitait. Elle aimait se déguiser toujours avec l’intention d’animer et de faire rire ses enfants et ses petits-enfants. Je m'inspire encore de son audace et de sa vivacité… Toujours en moi précieuse Ma mère… Courageuse, belle et majestueuse.

Marie Paule Lauzière, St-Bruno de Montarville



Pages :

4

Commentaires

hommage à un être cher

J'entame une deuxième carrière en audiovisuel autobiographie.
La principale mission de mon entreprise est créer une œuvre pour les générations futures, au moyen de l’enregistrement vidéo, afin de léguer votre patrimoine historique. Au même titre que la sociologie, l’empreinte de l’être humain sur son milieu est un sujet fascinant, enrichissant et inépuisable.

Mon ange

Ma femme, mon ange a quitté ce monde mardi dernier, à 22 h.
Nous nous sommes connus au collège, à 15 ans. Nous sommes restés 2 ans ensemble. C'était la plus belle fille du collège. Blonde au grands yeux bleus avec une silhouette de rêve.
A 17 ans je l'ai quitté parce que comme tous adolescents, on est instable et on a besoin de voir si l'herbe est plus verte ailleurs.
J'ai appris bien plus tard qu'elle avait tenté de se suicider en se jetant sous une voiture, juste après l'avoir quitté.
Nous nous sommes perdus de vue.
Je me suis marié et j'ai eu deux enfants. De son coté, elle s'est mariée 2 fois et a eu 1 enfant. Elle a suivi sont deuxième mari à Tours.
Après 32 ans de mariage, le démon de midi, la lassitude, le manque d'attention de ma femme ou je ne sais quoi m'a poussé à la rechercher sur internet. J'ai tapé son nom et je suis tout de suite tombé sur le site du collège où elle s'était inscrite pour me retrouver. Nous avons tout de suite repris notre histoire d'amour.
Moins d'un an après nos retrouvailles, nous avons divorcés chacun de notre coté et elle est descendue dans le midi pour vivre avec moi.
Elle était déjà très jolie adolescente mais, devenue femme c'était un canon de beauté. Je n'exagère absolument pas elle était superbe. Qui plus est, elle était toujours terriblement amoureuse de moi. Peut être parce que j'ai été la seule personne qui l'a quitté dans sa vie.
Vous imaginez le bonheur que nous avons vécu pendant 2 ans. Malgré le remord d'avoir quitté mon ex femme, ces deux années ont été de loin les plus belles années de ma vie. On étaient redevenus adolescents et on croquait la vie à pleine dents. Nous avions des tas de projets dont celui de passer tous les hivers en Thaïlande dés notre retraite.
Malheureusement, au printemps 2012, un médecin lui a diagnostiqué un cancer des ovaires. Je ne vous raconte pas le calvaire qui a suivi (3 opérations chirurgicales, 2 radiothérapies, 2 chimiothérapies, hormonothérapie). Vous connaissez sûrement les effets secondaires associés à ces traitements. Hé bien elle, elle a tout encaissé sans broncher, elle a mis en place des parades à tous ces effets secondaires et a gardé sa féminité jusqu'au bout des ongles. C'était une battante. Elle ne s'est jamais apitoyées sur elle même. Quel courage !
En janvier 2012, je l'ai épousé et nous avons eu une accalmie de 6 mois où nous avons pu beaucoup voyager et réorienter nos projets. La Thaïlande, ce n'était plus raisonnable alors nous avons acheté une propriété où vivaient déjà nos deux ânesses, Simone et Sophie. Nous comptions poursuivre notre histoire d'amour entourés de nos nombreux animaux. Elle adorait les animaux et leur prodiguait autant de tendresse qu'avec moi et ce n'est pas peu dire.
Elle était désolé de me "gêner" parce qu'elle était malade. Comme si c'était sa faute. Elle pensait sûrement que je pouvais être heureux alors qu'elle ne l'était pas.
Les douze derniers mois, il ont diagnostiqué des nodules dans le système nerveux. Conséquence => Nouvelle opération chirurgicale mais, cette fois ci au cerveau, en éveillé puis radiothérapie et chimiothérapie avec tout le cortège d'inconvénients dont des nausées permanentes. Elle a perdu 10 kg et ne pesait plus que 38 kg.
Il y a trois semaines, on m'a annoncé ce que je redoutais, l'atteinte au cervelet n'est pas guérissable. Comme son état se détériorait encore, elle est entrée en clinique et n'en est pas ressortie vivante.
J'ai passé toutes les jours et toutes les nuits auprès d'elle. Toutes les nuits elle se réveillait et me prodiguait des moments de tendresse inoubliables avec des mots d'amour. Comment ne pas craquer dans ces moments là et j'ai craqué. C'est elle à moitié consciente qui m'a consolé. Je ne crois pas en dieu mais pour moi, c'est une sainte.
Elle sera incinérée mardi matin.
Son souvenir est partout dans la maison. C'est une torture de ne plus l'avoir à mes cotés. Elle laisse derrière elle un trou béant, un gouffre sans fin.
Il paraît que le chagrin s’estompe avec le temps. Je l'espère mais j'ai du mal à y croire. Je suis démoli, anéanti. Les seules choses que je fais à la maison c'est de nourrir les animaux parce que je sais que c'est ce qu'elle aurait souhaité.
Voilà! En trois semaine, j'ai versé plus de larmes que depuis ma naissance et c'est loin d'être fini.
La moralité de notre histoire d'amour c'est qu'il faut profiter des bons moments de la vie. Chaque minute, chaque seconde. La vie est un cadeau précieux. C'est quand on nous l'enlève qu'on s'en rend vraiment compte. Dire à nos proches qu'on les aime.

Hommage a ma soeur

5 jours que tu es partie ma grande si c'est vrai que tu nous vois de la- haut, protège-moi , je t'aime et même si tu me manque beaucoup ,je veux croire que tu es bien maintenant .

dece de ma petite sœur

Elle est partie si vite, elle a combattu un cancer avec beaucoup de courage mais la maladie la rattraper et on lui donne quelques jours à vivre j'ai été la voir je l'ai serré très fort dans mes bras et lui est dit combien je l'aime et quant elle irait en haut je lui ai dit embrasse maman pour moi elle nous à quittés le 16 mars 2016 à l'âge de 45 ans, mon cœur s'est brisée et ma peine immense je suis toujours triste est pense toujours à elle , je remercie la vie de l'avoir connue et fière d'être sa sœur